Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Vahid (VIDEO)    DGSN: deux interpellations à la gare routière d'Oujda    Maroc/Covid-19: 2.391 nouveaux cas, dont 1.250 à Casa-Settat    Casablanca: réouverture des écoles et prolongement du couvre-feu    Marché public remporté par la même entreprise : L'administration pénitentiaire s'explique    Rendement décroissant des principaux impôts de l'Etat    La Botola Pro D1 promet un sprint " show "    Calcio : L'Inter et l'Atalanta carburent d' entrée    Nasser Bourita : Le dialogue inter-libyen a transformé une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Mission accomplie pour l'hôpital des FAR au camp Zaatari    Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp    Hassan Bargach : « Nous espérons vivement une ouverture partielle des frontières aériennes le 10 octobre »    L'ONDE lance une dynamique nationale pour contrer l'exploitation sexuelle des enfants    Une première intervention chirurgicale dans le cadre d'une convention entre l'UNHCR et le CNOM    Maroc. A quoi sert encore le Parlement ?    UFC: Abu Azaitar se retire de son combat!    WAC. El Haddad out Lakhal in !    Reprise. Les PME naviguent à vue    CDH : le Maroc affirme sa position contre le racisme    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Laâyoune: ouverture d'une enquête judiciaire    Halilhodzic dévoile son nouveau staff technique (PHOTO)    Maroc : le déficit budgétaire maîtrisé, selon la Cour des Comptes [Document]    Mali: La junte militaire fait appel à un Premier ministre civil    Covid-19, quel impact sur les populations ?    Les entreprises anticipent une baisse moyenne de 32% de leurs revenus    Bank Of Africa s'en sort bien au premier semestre    Google investit dans la presse mondiale    Soutien financier aux artistes : les clarifications d'El Ferdaous    «L'écrivain est sauveur du livre, cette ‘'créature en voie de disparition»    Festival international du film d'auteur de Rabat : Une 25ème édition digitale consacrée à la mémoire de Touria Jabrane    Loin des projecteurs, El Miloudi Chaghmoum souffre en silence!    Les résultats du «programme exceptionnel» sèment la discorde!    Le roi Mohammed VI a écrit au président chinois    Que veut cacher le PAM ?    Inwi : Nadia Fassi-Fehri quitte la présidence    Colors of Africa. Ces photographes qui renouvellent le portrait...    Maroc : le confinement a favorisé l'achat en ligne [Etude]    Deux Belgo-marocaines nommées ministres dans le nouveau gouvernement fédéral belge    Vote : Des astronautes livrent une leçon de civisme aux abstentionnistes    Botola Pro / 27ème journée : Une journée « remue-ménage » !    Vaccins anti-Covid: La France à la recherche de 25.000 volontaires pour des essais cliniques    Othmane El Firdaous craque sous le pression du PJD    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Rencontre : AfricaDev Sessions débat des infrastructures et de logistique    Allemagne: Le Bayern remporte la Supercoupe    Marrakech : enfin une bonne nouvelle pour le tourisme    Subventions au profit des artistes: Said Mosker a pris une décision    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guevara face au génie tactique d'Abdelkrim El Khattabi
Publié dans Libération le 07 - 02 - 2009

Che Guevara a fait deux passages au Maroc en 1959. A l'époque, il n'était pas encore une image d'Epinal pour tee-shirts, mais l'envoyé spécial de la révolution cubaine à la recherche d'alliés parmi les non-alignés. Le Maroc n'avait pas encore versé dans le camp de l'Ouest. Alors le Che y a fait un saut, à tout hasard.
“En survolant le Rif en avion, j'ai regardé par le hublot. La région est une zone idéale pour la guérilla. C'est tout un symbole”. C'est par ces paroles que Che Guevara aurait salué Abdelkrim Khattabi à l'ambassade du Maroc au Caire en 1959.
L'anecdote a été confiée à Mohamed Louma, ancien compagnon de Fqih Basri, par le défunt Abdallah Ibrahim pour les besoins d'un ouvrage en préparation. Ibrahim, chef du gouvernement marocain de l'époque, aurait même présenté le Commandante au héros de la guerre du Rif à la faveur d'un concours de circonstances.
Che Guevara était alors en tournée à l'étranger comme ambassadeur de Cuba afin de nouer des relations avec d'autres pays du tiers-monde, dits “non-alignés”. Le Caire de la révolution nassérienne était à ce titre une escale incontournable pour le Che. Au même moment, Abdallah Ibrahim, à la tête du premier gouvernement de gauche du Maroc, est en visite officielle dans la capitale égyptienne.
Che Guevara, qui a entendu parler de l'expérience “socialiste” en cours au Maroc, émet alors le souhait de le rencontrer. Ce sera chose faite, le 14 juin 1959, à l'ambassade du Maroc au Caire. “Abdallah Ibrahim a présenté Che Guevara à Abdelkrim Khattabi, alors en exil au Caire. Puis Guevara et Khattabi se sont isolés au fond du jardin de l'ambassade pour une conversation de plusieurs heures sur l'expérience de la guerre du Rif”.
Khattabi connaissait Che Guevara de réputation. La révolution cubaine, toute récente, avait fait la une des médias partout dans le monde. Le Che, quant à lui, féru de techniques militaires, respectait le génie tactique du héros rifain. Il avait été initié, avec Fidel et Raul Castro, aux actions de guérilla d'Abdelkrim Khattabi par Alberto Bayo, un général espagnol d'origine cubaine, vétéran de la guerre du Rif, qui a combattu ensuite du côté républicain lors de la guerre d'Espagne.
Ce sont ces mêmes hommes entraînés par le général républicain qui débarqueront à Cuba pour constituer le premier maquis castriste dans la Sierra Maestra en 1958 : “Bayo nous enseignait comment mettre en place une guérilla pour briser une défense à la manière des Marocains d'Abdelkrim face aux Espagnols”, a raconté Fidel Castro à Ignacio Ramonet, directeur de la rédaction du Monde Diplomatique, dans Cien Horas con Fidel (Cent heures avec Fidel).
D'après le témoignage de l'ex-compagnon de Khattabi, Mohand Sillam Amezyane, publié par Mustapha Aarab dans Le Rif entre la monarchie, l'Armée de libération nationale et le Parti de l'Istiqlal, on peut supposer qu'il y a eu d'autres rencontres entre le Che et Khattabi. Mohand Sillam Amezyane signale, pour l'anecdote, que le Che lui a offert un stylo lors d'une de ces conférences guerrières...
Combien de fois le Che s'est-il rendu à l'ambassade du Maroc du Caire ? Sans aucun doute plus d'une fois. La célèbre photo d'Ibrahim serrant la main du Che sous le regard de Abdelkhaleq Torres, ambassadeur du Maroc au Caire, aurait été prise lors d'une deuxième rencontre entre le chef du gouvernement marocain et le guerillero.
C'est là qu'Ibrahim aurait invité le Che à visiter le Maroc avec, pour recommandation, de l'appeler sur son téléphone personnel au cas où il rencontrerait un quelconque problème à son arrivée. Prémonition d'Ibrahim ? Toujours est-il que la visite du Che au Maroc a donné lieu à une passe d'armes entre Hassan II, alors prince héritier, et le chef du gouvernement marocain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.