Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Visites de feu SM Mohammed V à Tanger et à Tétouan    Courriers et colis destinés à l'international : Barid Al-Maghrib prévoit des changements    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Lévinas, le visage, l'humanité    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    Solidarité nationale : OLA Energy Maroc se mobilise    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Présidence du Ministère public : Appel à l'application stricte des dispositions sur le port de masque    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A trois ans des JO, Tokyo veut conjurer le spectre d'un méga-séisme
Publié dans Libération le 19 - 08 - 2017

Toute ville olympique a en tête les craintes de dérapages financiers ou d'un attentat terroriste, mais à Tokyo, une autre menace existe: celle d'un tremblement de terre dévastateur.
A trois ans du coup d'envoi, fixé au 24 juillet 2020, les organisateurs des Jeux redoublent d'efforts pour dissiper les peurs des athlètes et visiteurs attendus pour cet événement sportif planétaire.
"Le Japon est vulnérable aux tremblements de terre, mais les normes de construction y sont les plus strictes au monde", rassure Satoru Sunada, un responsable de la municipalité de Tokyo chargé des installations olympiques.
La plupart des infrastructures ont été renforcées, à l'image du stade Ariake, monté sur de gigantesques amortisseurs en caoutchouc. Il accueillera les épreuves de volley.
"Nous ferons tout notre possible dans la préparation des sites pour garantir la vie sauve à chacun dans l'éventualité d'un séisme majeur", promet Satoru Sunada.
Et d'insister sur le fait que tous remplissent les très exigeants critères parasismiques du pays.
Si Tokyo est "l'une des villes les mieux préparées au monde à faire face à un désastre naturel", selon le directeur général du comité d'organisation, Toshiro Muto, c'est que le risque est connu.
Selon les plus récentes simulations officielles, un tremblement de terre sous la capitale a 70% de probabilité de se produire dans les trois décennies à venir. Le cas échéant, une secousse de magnitude 7,3 pourrait faire quelque 23.000 morts (dont 70% dans des incendies) et causer la destruction de 610.000 bâtiments. Tokyo, seule cité au monde à reposer sur trois plaques tectoniques, et la ville voisine de Yokohama figurent parmi les zones métropolitaines les plus exposées à un potentiel séisme ou tsunami, d'après une étude du réassureur Swiss Re menée en 2013.
La capitale nippone a déjà souffert de ces maux par le passé, en particulier en 1923, quand plus de 100.000 personnes ont péri dans "la grande catastrophe du Kanto".
Plus récemment, en 2011, ses habitants ont été profondément traumatisés par un violent tremblement de terre suivi d'un terrible tsunami qui a fait plus de 18.500 morts et disparus dans le nord-est du Japon, et provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.
A Tokyo même, les bâtiments ont tenu le choc, mais, à cause d'une restriction d'usage de courant et de problèmes d'approvisionnement logistique, la vie y a été perturbée pendant plusieurs semaines.
"Si un séisme de grande ampleur survenait dans la région de Tokyo d'ici aux JO de 2020, la question ne serait alors plus d'accueillir ou non les jeux mais de savoir si l'économie japonaise peut s'en relever", prévient, alarmiste, Naoshi Hirata, responsable de l'institut de prédiction des tremblements de terre à l'Université de Tokyo.
Les projections font frémir: le "big one" tant redouté, depuis déjà des années, se solderait par une facture économique de plus de 95.000 milliards de yens (730 milliards d'euros au cours actuel).
Dans ce cas, "nous n'aurions pas d'autre option que de chercher une autre ville hôte", souligne M. Hirata.
Et si ce séisme était accompagné d'un tsunami?
Là aussi, les organisateurs des JO se veulent rassurants: les installations olympiques de la baie de Tokyo sont aménagées sur des remblais ou protégées par des digues capables de résister à un raz-de-marée de près de deux mètres.
Mais la nature peut parfois s'avérer bien plus dévastatrice que prévu: "Les dégâts pourraient largement dépasser les anticipations", estime Kojiro Suzuki, chercheur spécialisé dans l'étude des tsunami. "Quand on dépasse les 10 mètres, alors même les murs en béton armé cèdent. Nous ne devrions pas nous reposer uniquement sur les digues. L'évacuation aussi est importante".
La municipalité de Tokyo est en train de mettre au point un manuel en plusieurs langues pour expliquer aux visiteurs des JO comment agir en cas de drame.
Des exercices de sensibilisation destinés aux étrangers ont aussi été lancés. Car si les Japonais sont rompus depuis leur plus jeune âge à de telles pratiques, "les spectateurs des Jeux, les sportifs, tous ces gens qui découvriront Tokyo pour la première fois, ne sauront pas où ni comment fuir si quelque chose devait arriver", insiste Manabu Takahashi, spécialiste des catastrophes naturelles à l'université de Kyoto.
Même une simple secousse, fréquente à Tokyo, pourrait semer la panique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.