Ghalta, une erreur très cher payée... Dimanche à 22h45 (Bande-annonce)    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego
Publié dans Libération le 20 - 09 - 2017

C'est un problème que l'entraîneur du PSG va vite devoir régler: Edinson Cavani et Neymar se sont chamaillés dimanche contre Lyon (2-0) pour tirer -et manquer- un penalty, premier signe d'une rivalité entre un "ancien" et la nouvelle star du club de la capitale.
Ce lundi, Cavani a bien tenté de faire profil bas: "Ce sont des choses montées en épingle. (...) des choses normales, qui arrivent dans le football (...) La vérité, c'est qu'il n'y a aucun problème", a déclaré "Edi", le buteur attitré du club parisien, à l'émission uruguayenne Gol de Medianoche (Le but de minuit) sur Radio Universal.
Mais dimanche soir, après PSG-Lyon, son attitude disait le contraire: la tête basse, Cavani n'avait visiblement pas le coeur à célébrer la victoire. L'Uruguayen, dont le penalty avait été repoussé sur la barre, est ainsi vite rentré aux vestiaires, sans adresser un regard aux supporters ni se présenter ensuite face aux médias.
Avant l'ère Neymar et après l'empire "Zlatan", l'affaire était entendue: "Edi", le buteur attitré, tirait tous les penalties pour soigner ses statistiques. Sauf que l'arrivée de l'ex-Barcelonais pour le montant record de 222 millions d'euros change la donne.
Le Brésilien est venu pour faire grandir le PSG, mais aussi pour décrocher le Ballon d'or, ce qui passe par un maximum de buts sous ses nouvelles couleurs.
Résultat, quand Kylian Mbappé a obtenu un penalty à la 78e minute, Neymar est venu réclamer le ballon dont s'était emparé Cavani.
L'Uruguayen a refusé, puis - peut-être un peu perturbé par l'épisode - a échoué. Une dispute qui ressemble à l'ordinaire d'un club de Ligue 1, mais qui prend bien sûr un relief tout particulier à l'échelle du PSG et son trio de vedettes Mbappé-Cavani-Neymar.
D'autant que Neymar avait déjà approché Cavani lors de deux précédents penalties, contre Saint-Etienne (3-0 fin août) et le Celtic mardi en Ligue des champions (5-0).
Dimanche, une première querelle entre Sud-Américains avait eu lieu quelques minutes plus tôt. A la 57e, sur un coup franc obtenu par Paris, l'autre star brésilienne du club, Dani Alves, a empêché Cavani de tenter sa chance pour confier le ballon à son compatriote Neymar.
Il y a donc bel et bien une bataille d'ego qu'Unai Emery va vite devoir calmer. En conférence de presse, l'entraîneur parisien est resté prudent, sans véritablement éclaircir les choses. "Il faut un +gentlemen's agreement+ sur le terrain pour frapper les penalties. Après, on va s'arranger en interne pour les penalties qui arrivent, parce que je crois que les deux sont capables de les tirer, et je veux que les deux alternent pour frapper les penalties".
"Entre attaquants, c'est normal", a aussi relativisé Adrien Rabiot, qui a laissé entendre que les consignes d'origine étaient de laisser les penalties à Cavani. "Après c'est des hommes, c'est à eux de s'arranger. Ils peuvent aussi alterner, je pense que ce serait pas mal, mais c'est à eux de s'arranger", a-t-il conclu.
Quant à Presnel Kimpembe, il a contourné le problème par une petite pirouette: "Celui qui tire, il tire".
Cavani, arrivé en 2013, a pour lui l'antériorité au club et ses statistiques ébouriffantes la saison dernière: 49 buts toutes compétitions confondues en cinquante matches.
Avec l'été spectaculaire du PSG sur le marché des transferts, l'Uruguayen s'est pourtant retrouvé dans l'ombre. Il y a eu les 222 millions d'euros pour Neymar, les 180 M EUR (bonus compris) pour Mbappé, sous la forme d'un prêt d'un an avec option d'achat, bien loin des 64 millions dépensés pour transférer Cavani de Naples à Paris.
L'arrivée de nouvelles stars au PSG réveille des souvenirs pas très heureux pour l'avant-centre, ceux de l'époque Zlatan Ibrahimovic, quand il se retrouvait obligé de jouer sur le côté, au service du géant suédois.
Après le départ de Zlatan, Cavani avait immédiatement récupéré le poste d'attaquant de pointe et définitivement balayé les critiques sur ses maladresses techniques en empilant les buts.
Maintenant que Neymar est là, les petites rancoeurs et les reproches insidieux affleurent, au risque de fragiliser un clinquant acronyme: MCN pour la triplette offensive parisienne Mbappé-Cavani-Neymar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.