Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamada Eddarouich : Le Polisario n'agit que par procuration d'Alger
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2017

Jusqu'à son retour à la mère patrie en 2008, Hamada Eddarouich
était l'un des principaux bailleurs de fonds du
Polisario et l'un de ses plus importants soutiens en
territoire mauritanien. Convaincu par le discours de Sa Majesté le Roi
annonçant l'autonomie des provinces marocaines du Sahara comme solution
à ce dossier, il a organisé le congrès de Gjeijimat
et le premier ralliement massif de l'histoire.
En ralliant la patrie, Hamada Eddarouich
avait abandonné plusieurs propriétés et une fortune colossale en Mauritanie
où il avait occupé plusieurs postes de responsabilités
10 ans après, il a décidé de se rendre en visite familiale au Pays d'un million de poètes. Cette nouvelle
a suscité des rumeurs dans différents milieux. Libé
l'a rencontré pour tenter
de comprendre les causes de ces rumeurs.
Libé : Plusieurs médias mauritaniens ont relaté votre voyage comme s'il s'agissait d'un retour définitif en Mauritanie. Qu'en est-il ?
Hamada Eddarouich : (Rire)
D'abord, je remercie ces médias pour avoir accordé autant d'importance à mon voyage. Je les remercie, également, pour les gratifications et les qualificatifs qu'ils m'ont donné (homme d'Etat, bête de la politique, etc.). Je sais que la presse, en général, est friande de scoop et d'inédits. 10 ans après avoir regagné le Maroc, je me rends compte que la majorité des observateurs n'ont pas compris la portée de mon action et l'intérêt qu'elle représente pour ceux concernés par l'affaire du Sahara. Je ne me suis pas déraciné, je n'ai pas tout abandonné pour un caprice ou un jeu d'enfant. Le problème est sérieux. Il est douloureux et engage l'avenir de la sous-région. Mon retour au Maroc a été mûrement réfléchi. Je connais parfaitement l'histoire du Maroc, l'histoire du Sahara et ses populations. J'ai vécu son actualité, ses joies et ses douleurs. Cela fait plus de quarante ans que nous vivons des malheurs au quotidien. Il est temps que ce calvaire cesse. Les concepts ont évolué. Le monde est devenu un village. Les blocs ont disparu avec la fin de la guerre froide. Les grandes puissances renoncent à leur souveraineté pour s'unir avec de petits pays. Par conséquent, la seule solution qui s'offre à nous, la plus juste, la plus viable et la plus facile à mettre en œuvre, est celle préconisée par le Maroc : une autonomie large sous la souveraineté marocaine. Je considère que cette proposition est une aubaine, un don d'Allah et c'est pourquoi je l'ai embrassée. Avant de regagner le Maroc, j'ai discuté avec de nombreux responsables sahraouis et je sais que la majorité d'entre eux, pour ne pas dire la totalité accepte cette solution. Il n'y a que le diktat de l'Algérie qui empêche sa mise en place. Depuis dix ans, mes convictions restent inchangées.
Pour répondre à votre question, mon retour définitif, je l'ai fait il y a de cela dix ans. Je ne me renie pas et j'en suis fier. Je vais en Mauritanie en visite privée et familiale et je serai de retour chez moi, à Agadir dans une quinzaine de jours. Inchaa Allah.
Les relations maroco-mauritaniennes traversent une phase délicate. Qu'en est-il exactement ?
Les relations entre le Maroc et la Mauritanie sont des relations entre frères. Tous les Mauritaniens ont de la famille au Maroc et vice-versa. Ces relations sont beaucoup plus fortes et plus profondes que de simples rapports de chancellerie. Je ne me fais aucun souci sur l'avenir de ces relations familiales. Les interférences extérieures provoquent parfois des perturbations légères et passagères. Ni plus ni moins. J'ai déjà écrit dans des articles et dit dans des interviews qu'il faut décomplexer les relations entre deux frères voisins et que la Mauritanie est éminemment importante pour l'équilibre sous-régional. De par son histoire, sa sociologie, son rayonnement culturel, sa situation stratégique, son caractère de trait d'union entre l'Afrique noire et l'Afrique du Nord, la Mauritanie est un Etat extrêmement important.
La situation étant ce qu'elle est, comment sortir de l'impasse et mettre fin au conflit artificiel créé à propos de nos provinces sahariennes ?
Le Polisario agit par procuration. Je considère que l'Algérie est un pays important : un vaste territoire, une grande population, des ressources naturelles importantes, des frontières communes avec tous les pays du Maghreb. Mais tous ces atouts ne doivent pas être exploités pour déstabiliser toute la sous-région à des fins de leadership.
Cela dure depuis plus de quarante ans et les opportunités avortées sont immenses pour tous les pays de notre ensemble et au-delà. Il faut que l'Algérie revienne à la raison et permette aux Sahraouis de rentrer chez eux et parachever leur autonomie dans le cadre d'un Maroc démocratique. A partir de là nous construirons le Maghreb arabe pour l'intérêt des peuples.
Mon combat personnel s'inscrit dans cette logique et il n'est pas question pour moi de revenir en arrière. J'espère me faire comprendre.
Selon la presse mauritanienne, vous méritez plus de la part du Maroc. Qu'en pensez-vous ?
Mon ralliement au Maroc n'a jamais été dans le cadre d'une opération commerciale. J'ai regagné le Maroc par conviction et je n'ai jamais exprimé mon insatisfaction. J'ai été bien accueilli, bien traité, bien respecté et je suis parfaitement à l'aise. Les postes de responsabilité, je les aurais, le moment venu, inchaa Allah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.