Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamada Eddarouich : Le Polisario n'agit que par procuration d'Alger
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2017

Jusqu'à son retour à la mère patrie en 2008, Hamada Eddarouich
était l'un des principaux bailleurs de fonds du
Polisario et l'un de ses plus importants soutiens en
territoire mauritanien. Convaincu par le discours de Sa Majesté le Roi
annonçant l'autonomie des provinces marocaines du Sahara comme solution
à ce dossier, il a organisé le congrès de Gjeijimat
et le premier ralliement massif de l'histoire.
En ralliant la patrie, Hamada Eddarouich
avait abandonné plusieurs propriétés et une fortune colossale en Mauritanie
où il avait occupé plusieurs postes de responsabilités
10 ans après, il a décidé de se rendre en visite familiale au Pays d'un million de poètes. Cette nouvelle
a suscité des rumeurs dans différents milieux. Libé
l'a rencontré pour tenter
de comprendre les causes de ces rumeurs.
Libé : Plusieurs médias mauritaniens ont relaté votre voyage comme s'il s'agissait d'un retour définitif en Mauritanie. Qu'en est-il ?
Hamada Eddarouich : (Rire)
D'abord, je remercie ces médias pour avoir accordé autant d'importance à mon voyage. Je les remercie, également, pour les gratifications et les qualificatifs qu'ils m'ont donné (homme d'Etat, bête de la politique, etc.). Je sais que la presse, en général, est friande de scoop et d'inédits. 10 ans après avoir regagné le Maroc, je me rends compte que la majorité des observateurs n'ont pas compris la portée de mon action et l'intérêt qu'elle représente pour ceux concernés par l'affaire du Sahara. Je ne me suis pas déraciné, je n'ai pas tout abandonné pour un caprice ou un jeu d'enfant. Le problème est sérieux. Il est douloureux et engage l'avenir de la sous-région. Mon retour au Maroc a été mûrement réfléchi. Je connais parfaitement l'histoire du Maroc, l'histoire du Sahara et ses populations. J'ai vécu son actualité, ses joies et ses douleurs. Cela fait plus de quarante ans que nous vivons des malheurs au quotidien. Il est temps que ce calvaire cesse. Les concepts ont évolué. Le monde est devenu un village. Les blocs ont disparu avec la fin de la guerre froide. Les grandes puissances renoncent à leur souveraineté pour s'unir avec de petits pays. Par conséquent, la seule solution qui s'offre à nous, la plus juste, la plus viable et la plus facile à mettre en œuvre, est celle préconisée par le Maroc : une autonomie large sous la souveraineté marocaine. Je considère que cette proposition est une aubaine, un don d'Allah et c'est pourquoi je l'ai embrassée. Avant de regagner le Maroc, j'ai discuté avec de nombreux responsables sahraouis et je sais que la majorité d'entre eux, pour ne pas dire la totalité accepte cette solution. Il n'y a que le diktat de l'Algérie qui empêche sa mise en place. Depuis dix ans, mes convictions restent inchangées.
Pour répondre à votre question, mon retour définitif, je l'ai fait il y a de cela dix ans. Je ne me renie pas et j'en suis fier. Je vais en Mauritanie en visite privée et familiale et je serai de retour chez moi, à Agadir dans une quinzaine de jours. Inchaa Allah.
Les relations maroco-mauritaniennes traversent une phase délicate. Qu'en est-il exactement ?
Les relations entre le Maroc et la Mauritanie sont des relations entre frères. Tous les Mauritaniens ont de la famille au Maroc et vice-versa. Ces relations sont beaucoup plus fortes et plus profondes que de simples rapports de chancellerie. Je ne me fais aucun souci sur l'avenir de ces relations familiales. Les interférences extérieures provoquent parfois des perturbations légères et passagères. Ni plus ni moins. J'ai déjà écrit dans des articles et dit dans des interviews qu'il faut décomplexer les relations entre deux frères voisins et que la Mauritanie est éminemment importante pour l'équilibre sous-régional. De par son histoire, sa sociologie, son rayonnement culturel, sa situation stratégique, son caractère de trait d'union entre l'Afrique noire et l'Afrique du Nord, la Mauritanie est un Etat extrêmement important.
La situation étant ce qu'elle est, comment sortir de l'impasse et mettre fin au conflit artificiel créé à propos de nos provinces sahariennes ?
Le Polisario agit par procuration. Je considère que l'Algérie est un pays important : un vaste territoire, une grande population, des ressources naturelles importantes, des frontières communes avec tous les pays du Maghreb. Mais tous ces atouts ne doivent pas être exploités pour déstabiliser toute la sous-région à des fins de leadership.
Cela dure depuis plus de quarante ans et les opportunités avortées sont immenses pour tous les pays de notre ensemble et au-delà. Il faut que l'Algérie revienne à la raison et permette aux Sahraouis de rentrer chez eux et parachever leur autonomie dans le cadre d'un Maroc démocratique. A partir de là nous construirons le Maghreb arabe pour l'intérêt des peuples.
Mon combat personnel s'inscrit dans cette logique et il n'est pas question pour moi de revenir en arrière. J'espère me faire comprendre.
Selon la presse mauritanienne, vous méritez plus de la part du Maroc. Qu'en pensez-vous ?
Mon ralliement au Maroc n'a jamais été dans le cadre d'une opération commerciale. J'ai regagné le Maroc par conviction et je n'ai jamais exprimé mon insatisfaction. J'ai été bien accueilli, bien traité, bien respecté et je suis parfaitement à l'aise. Les postes de responsabilité, je les aurais, le moment venu, inchaa Allah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.