Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie marque les 7 ans de sa révolution sur fond de revendications sociales
Publié dans Libération le 14 - 01 - 2018

La Tunisie marque le septième anniversaire de la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali sur fond de manifestations réclamant le retrait d'une loi de Finances controversée qui a instauré des hausses des prix.
Depuis le début de l'année, la capitale à l'instar d'autres régions du pays, comme Sidi Bouzid, berceau du mouvement de contestation ayant chassé Ben Ali du pouvoir, a été le théâtre de violences éclatées suite à des mouvements de protestation contre la cherté de la vie.
Ces troubles surviennent sur fond de contestation de la cherté de la vie, en raison de répercussions de cette loi de Finances qui a engendré des hausses des prix de plusieurs produits, dans un contexte social difficile marqué notamment par un rebond de l'inflation (6,4% en glissement annuel) et une crise économique aiguë avec ses effets délétères sur les équilibres financiers.
Sept ans après la révolution, tous les gouvernorats connaissent de nouveaux troubles sociaux et la contestation semble s'étendre pour réclamer "travail, liberté, dignité, patrie", un slogan phare de la révolution.
Ces troubles ont fait un mort et une centaine de blessés parmi les forces de l'ordre qui ont procédé à l'interpellation de près de 800 personnes impliquées dans des actes de pillage et de saccages ayant émaillé ce mouvement.
Samedi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) Massoud Romdhani a mis en garde contre la multiplication des mouvements sociaux et la montée des tensions en 2018, en raison de la crise sociale et la stagnation des indicateurs relatifs à l'emploi et au développement.
Tout en soulignant l'urgence de traiter les dossiers sociaux en suspens pour faire avancer le processus démocratique, Romdhani a appelé le gouvernement actuel à être plus à l'écoute de la société civile qui est une force de proposition.
Par ailleurs, Romdhani a indiqué que la hausse des prix et des taxes inscrites dans la loi de Finances de 2018 renforcera la colère des citoyens et attaquera directement leur pouvoir d'achat, alors que sept ans après la révolution, l'emploi des jeunes et le développement dans les régions intérieures défavorisées n'ont pas été réalisés à ce jour.
D'autres personnalités et leaders des partis de gauche ont réclamé, la suspension de certains articles de la loi de Finances 2018 liés à l'augmentation des prix et d'élaborer une nouvelle loi de Finances complémentaire contenant des mesures urgentes en faveur du développement.
Dans une déclaration publiée à l'occasion de la commémoration du 7e anniversaire de "la Révolution de la liberté et de la dignité", le Parti socialiste, Al-Thawabet, le Parti de l'unité populaire, le Parti la Tunisie verte, le Parti populaire progressiste et le Parti du travail patriotique démocratique appellent le Président de la République, en sa qualité de garant de la Constitution et premier responsable de la bonne marche du pays, à inviter le gouvernement à suspendre l'application des articles en lien avec la hausse des produits.
"Cette augmentation des prix a ravivé les tensions et attisé la colère des catégories démunies et marginalisées", selon eux.
La solution à la crise en Tunisie, estiment-ils, ne réside pas dans la chute du gouvernement et la formation d'un autre, mais dans l'élaboration d'une feuille de route prenant en considération les besoins fondamentaux des citoyens et les causes de la révolution de décembre 2010/janvier 2011.
Les signataires considèrent que tous les gouvernements successifs ont échoué à mettre en place un modèle de développement capable d'assurer la justice sociale, le développement durable et l'équilibre entre les régions, en tenant compte des indicateurs du développement et du principe de la discrimination positive, tel que stipulé dans la Constitution.
D'après eux, cet échec a empêché la mise en œuvre de réformes économiques radicales, entraînant ainsi un surendettement, la baisse de la production et favorisant la prolifération de la corruption et le crime organisé, malgré les efforts des institutions militaire et sécuritaire dans la lutte contre le terrorisme sous ses différentes formes.
Les signataires appellent à hâter la réalisation des grandes réformes qu'exige cette étape, à travers notamment l'octroi des subventions en faveur des bénéficiaires réels, la réforme du système de la sécurité sociale et de l'administration, ainsi que la mise en place d'une législation pour lutter contre la corruption.
Ils lancent un appel au rassemblement de toute la gauche dans le but de lutter contre les projets libéraux, défendre la souveraineté nationale et éviter au pays de nouveaux échecs le "poussant vers l'inconnu".
Samedi, le gouvernement tunisien a annoncé une batterie de mesures sociales après une semaine de contestation contre l'austérité émaillée de heurts, espérant ainsi calmer la colère d'une partie de la population.
Le plan d'action gouvernemental, qui doit toucher plus de 120.000 bénéficiaires, coûtera plus de 70 millions de dinars (23,5 millions d'euros), a indiqué à la presse le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi.
Il prévoit une aide à l'accès à la propriété pour les familles pauvres, des mesures visant à assurer "une couverture médicale pour tous", et une augmentation de l'allocation sociale en faveur des familles nécessiteuses, qui passera de 150 dinars (50 euros) à 180 et 210 dinars (60 et 70 euros) en fonction du nombre d'enfants, soit une augmentation d'au moins 20%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.