La BCIJ arrête l'un des extrémistes allié à Daesh    L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Le discours de la vérité!    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie marque les 7 ans de sa révolution sur fond de revendications sociales
Publié dans Libération le 14 - 01 - 2018

La Tunisie marque le septième anniversaire de la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali sur fond de manifestations réclamant le retrait d'une loi de Finances controversée qui a instauré des hausses des prix.
Depuis le début de l'année, la capitale à l'instar d'autres régions du pays, comme Sidi Bouzid, berceau du mouvement de contestation ayant chassé Ben Ali du pouvoir, a été le théâtre de violences éclatées suite à des mouvements de protestation contre la cherté de la vie.
Ces troubles surviennent sur fond de contestation de la cherté de la vie, en raison de répercussions de cette loi de Finances qui a engendré des hausses des prix de plusieurs produits, dans un contexte social difficile marqué notamment par un rebond de l'inflation (6,4% en glissement annuel) et une crise économique aiguë avec ses effets délétères sur les équilibres financiers.
Sept ans après la révolution, tous les gouvernorats connaissent de nouveaux troubles sociaux et la contestation semble s'étendre pour réclamer "travail, liberté, dignité, patrie", un slogan phare de la révolution.
Ces troubles ont fait un mort et une centaine de blessés parmi les forces de l'ordre qui ont procédé à l'interpellation de près de 800 personnes impliquées dans des actes de pillage et de saccages ayant émaillé ce mouvement.
Samedi, le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) Massoud Romdhani a mis en garde contre la multiplication des mouvements sociaux et la montée des tensions en 2018, en raison de la crise sociale et la stagnation des indicateurs relatifs à l'emploi et au développement.
Tout en soulignant l'urgence de traiter les dossiers sociaux en suspens pour faire avancer le processus démocratique, Romdhani a appelé le gouvernement actuel à être plus à l'écoute de la société civile qui est une force de proposition.
Par ailleurs, Romdhani a indiqué que la hausse des prix et des taxes inscrites dans la loi de Finances de 2018 renforcera la colère des citoyens et attaquera directement leur pouvoir d'achat, alors que sept ans après la révolution, l'emploi des jeunes et le développement dans les régions intérieures défavorisées n'ont pas été réalisés à ce jour.
D'autres personnalités et leaders des partis de gauche ont réclamé, la suspension de certains articles de la loi de Finances 2018 liés à l'augmentation des prix et d'élaborer une nouvelle loi de Finances complémentaire contenant des mesures urgentes en faveur du développement.
Dans une déclaration publiée à l'occasion de la commémoration du 7e anniversaire de "la Révolution de la liberté et de la dignité", le Parti socialiste, Al-Thawabet, le Parti de l'unité populaire, le Parti la Tunisie verte, le Parti populaire progressiste et le Parti du travail patriotique démocratique appellent le Président de la République, en sa qualité de garant de la Constitution et premier responsable de la bonne marche du pays, à inviter le gouvernement à suspendre l'application des articles en lien avec la hausse des produits.
"Cette augmentation des prix a ravivé les tensions et attisé la colère des catégories démunies et marginalisées", selon eux.
La solution à la crise en Tunisie, estiment-ils, ne réside pas dans la chute du gouvernement et la formation d'un autre, mais dans l'élaboration d'une feuille de route prenant en considération les besoins fondamentaux des citoyens et les causes de la révolution de décembre 2010/janvier 2011.
Les signataires considèrent que tous les gouvernements successifs ont échoué à mettre en place un modèle de développement capable d'assurer la justice sociale, le développement durable et l'équilibre entre les régions, en tenant compte des indicateurs du développement et du principe de la discrimination positive, tel que stipulé dans la Constitution.
D'après eux, cet échec a empêché la mise en œuvre de réformes économiques radicales, entraînant ainsi un surendettement, la baisse de la production et favorisant la prolifération de la corruption et le crime organisé, malgré les efforts des institutions militaire et sécuritaire dans la lutte contre le terrorisme sous ses différentes formes.
Les signataires appellent à hâter la réalisation des grandes réformes qu'exige cette étape, à travers notamment l'octroi des subventions en faveur des bénéficiaires réels, la réforme du système de la sécurité sociale et de l'administration, ainsi que la mise en place d'une législation pour lutter contre la corruption.
Ils lancent un appel au rassemblement de toute la gauche dans le but de lutter contre les projets libéraux, défendre la souveraineté nationale et éviter au pays de nouveaux échecs le "poussant vers l'inconnu".
Samedi, le gouvernement tunisien a annoncé une batterie de mesures sociales après une semaine de contestation contre l'austérité émaillée de heurts, espérant ainsi calmer la colère d'une partie de la population.
Le plan d'action gouvernemental, qui doit toucher plus de 120.000 bénéficiaires, coûtera plus de 70 millions de dinars (23,5 millions d'euros), a indiqué à la presse le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi.
Il prévoit une aide à l'accès à la propriété pour les familles pauvres, des mesures visant à assurer "une couverture médicale pour tous", et une augmentation de l'allocation sociale en faveur des familles nécessiteuses, qui passera de 150 dinars (50 euros) à 180 et 210 dinars (60 et 70 euros) en fonction du nombre d'enfants, soit une augmentation d'au moins 20%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.