Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tarik El Malki dévoile les contours d'un nouveau modèle économique
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2018

Sur les rives de la Méditerrané, à Tétouan, le bureau provincial de la « Chabiba Ittihadia » a récemment organisé une conférence articulée autour du thème : ‘'Le nouveau modèle économique de développement au Maroc‘'. L'exposé de Tarik El Malki, membre du comité directeur de l'Union socialiste des forces populaires et docteur en économie, a constitué le point d'orgue de cette assemblée. Après avoir fait le bilan du modèle en vigueur, son intervention a dévoilé les contours d'un nouveau modèle de développement économique.
Tarik El Malki a amorcé son intervention en énumérant les principales réussites du modèle économique actuel, à savoir une croissance économique constante dont le taux aura atteint les 5 %, un niveau moyen du revenu individuel en nette hausse, passant de 14.380 en 2000 à 32600 DH en 2016. Le PIB est lui aussi concerné par une sensible augmentation, dépassant le plafond de 1000 milliards de dirhams annuellement, en 2016. Le conférencier a fait remarquer que l'ensemble des facteurs positifs cités y sont pour beaucoup dans la part de plus en plus grandissante des investissements dans le PIB (30 %). Par exemple, les investissements publics ont atteint le seuil des 60MDH, et les prêts bancaires sont en plein boom, dépassant les 700MDH.
Selon les propos de Tarik El Malki, la conjoncture positive qu'a connue l'économie marocaine depuis le début du nouveau millénaire, est principalement due à la diversification des secteurs économiques, fruit de la planification et du suivi des nombreux plans structurels visant à consolider les performances du secteur agricole, mais aussi à développer l'artisanat et la pêche maritime, sans omettre la réalisation de plusieurs projets structurants, dont le port de Tanger-Med, mais aussi des autoroutes et des barrages, ainsi que l'ouverture du marché marocain au reste du monde, par la signature de plusieurs conventions de libre-échange.
Cependant, le modèle économique présent a aussi ses imperfections, et Tarik El Malki ne s'est pas fait prier pour les citer, tant leur importance s'avère cruciale. A commencer par la hausse du taux de chômage en agglomération, à hauteur de 40 %, ou encore, les disparités sociales qui deviennent de plus en plus accrus et l'augmentation conjuguée du déficit budgétaire et de la dette extérieure. Tous ces éléments se sont considérablement amplifiés lors des cinq dernières années et de ce fait, la croissance économique a fini par enregistrer une importante diminution, atteignant les 3 % entre 2010 et 2015.
En dévoilant ces éléments, Tarik El Malki a clairement établi les failles du modèle économique marocain. Une stratégie inopérante face aux nouveaux modèles économiques mondiaux, échouant à impulser une dynamique économique et industrielle, et surtout incapable de créer des équilibres macro-économiques, comme il l'a indiqué.
Dans l'optique de faire face à ces défis, Tarik El Malki, plusieurs fois distingué par des prix de recherche, dont celui de L'Economiste, a révélé les contours d'un nouveau modèle de développement économique. Un modèle se basant sur plusieurs réformes et notamment celle du régime fiscal afin d'augmenter les revenus de l'Etat. Néanmoins, il a tenu à préciser que les revenus des Marocains ne seront en aucun cas ponctionnés. Cette réforme devrait principalement concerner l'impôt sur le revenu et la taxe sur la valeur ajoutée.
En outre, la nouvelle stratégie économique proposée par Tarik El Malki, entend améliorer le climat des affaires au Maroc par l'ouverture de l'économie nationale à de nouveaux secteurs. Et plus encore, la création d'un ministère dédié à la planification et la coordination entre les politiques publiques, en plus du renforcement des mécanismes de gouvernance financière contrôlée avec la création d'une banque publique de l'investissement au niveau régional pour financer les entreprises locales.
En conclusion, Tarik El Malki a évoqué le chômage, la bonne gouvernance mais aussi les inégalités sociales et la pauvreté comme principaux problèmes auxquels il faudra trouver des solutions de toute urgence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.