Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Pour protéger votre peau contre le soleil, Forever recommande ses trois produits phares    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Beyrouth: Plus de la moitié des hôpitaux "hors service"    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/20388858-23893273.jpg?v=1519389184" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/20388858-23893273.jpg?v=1519389200" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" width="708" /
La réalisatrice Narjiss Nejjar, a indiqué que son film "Apatride" qui est projeté à la 68ème édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) représente l'étape de maturité de son parcours cinématographique.
"Tout le monde reconnaît peut-être dans ce film la réalisatrice des "Yeux secs", mais je ne le suis plus car ma vision des choses, en tant que femme qui se pose un tas de questions, évolue", a confié à la MAP Narjis Nejjar, en marge de la projection de son film lors de ce Festival.
Elle s'est dit fière de voir un grand public de cinéphiles applaudir chaleureusement son film. "Quand on applaudit ma réalisation, on applaudit tout le cinéma marocain et quand la salle affiche complet lors d'un aussi grand festival, je sens qu'il y'a encore beaucoup à espérer", a-t-elle ajouté.
"Pour moi, c'était un moment très émouvant que je voulais partager avec l'ensemble de mes collègues marocains en leur signifiant que leur rêve se doit d'être toujours grand car tout est possible", a-t-elle affirmé.
Interrogée sur la présence des femmes dans ses films, Narjiss Nejjar a expliqué qu'elle braque surtout ses projecteurs sur la catégorie à laquelle on interdit de s'exprimer. "Et puisque les femmes sont la catégorie la plus précaire, je m'efforce d'en être la porte-parole", a-t-elle confié.
Narjiss Nejjar a tenu à souligner que son film "Apatride" qui s'attaque à un pan sensible de l'histoire marocaine, à savoir l'expulsion de 350.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975, est "un geste de sa part pour mettre en lumière certains faits qui me font mal ou d'autres qui me donnent le sourire".
Pour la réalisatrice, ce film est avant tout un devoir de mémoire envers ces Marocains qui ont été expulsés d'Algérie. "Le fait d'oublier cette étape de l'histoire du Maroc, c'est oublier 350.000 Marocains qui ont vécu l'enfer de l'expulsion", a-t-elle soutenu.
Le film projeté dans le cadre de ce Festival a été suivi par un grand public de cinéphiles qui ont applaudi chaleureusement ce long métrage qui suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes.
L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a fui au Maroc avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.
Le film est interprété par des acteurs tels que Aziz El Fadili ("La Brigade"), Avishay Benazra ("L'orchestre de minuit") et Julie Gayet ("Quai d'Orsay").
Le film, une coproduction franco-marocaine (Moon&Deal et La Prod), a reçu des subventions du Maroc et du Doha Film Institute.
Conçu comme une fable, le film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde (du Moyen-Orient à l'Asie occidentale), a confié la réalisatrice.
La participation marocaine à ce Festival est marquée aussi par la projection du dernier film du réalisateur, scénariste et romancier marocain Hicham Lasri, "La blessure la plus rapprochée du soleil" (Al Jahiliya), un film choral qui traite de la hogra ("le mépris" en arabe marocain).
La 68ème édition du Festival international du film de Berlin a été inaugurée par "L'île aux chiens", le tout dernier long-métrage du réalisateur américain Wes Anderson.
Au programme de ce Festival, figure la projection de quelque 385 films, dont 19 sont en lice pour remporter les Prix de l'Ours d'or et de l'Ours d'argent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.