Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/20388858-23893273.jpg?v=1519389184" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/20388858-23893273.jpg?v=1519389200" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" width="708" /
La réalisatrice Narjiss Nejjar, a indiqué que son film "Apatride" qui est projeté à la 68ème édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) représente l'étape de maturité de son parcours cinématographique.
"Tout le monde reconnaît peut-être dans ce film la réalisatrice des "Yeux secs", mais je ne le suis plus car ma vision des choses, en tant que femme qui se pose un tas de questions, évolue", a confié à la MAP Narjis Nejjar, en marge de la projection de son film lors de ce Festival.
Elle s'est dit fière de voir un grand public de cinéphiles applaudir chaleureusement son film. "Quand on applaudit ma réalisation, on applaudit tout le cinéma marocain et quand la salle affiche complet lors d'un aussi grand festival, je sens qu'il y'a encore beaucoup à espérer", a-t-elle ajouté.
"Pour moi, c'était un moment très émouvant que je voulais partager avec l'ensemble de mes collègues marocains en leur signifiant que leur rêve se doit d'être toujours grand car tout est possible", a-t-elle affirmé.
Interrogée sur la présence des femmes dans ses films, Narjiss Nejjar a expliqué qu'elle braque surtout ses projecteurs sur la catégorie à laquelle on interdit de s'exprimer. "Et puisque les femmes sont la catégorie la plus précaire, je m'efforce d'en être la porte-parole", a-t-elle confié.
Narjiss Nejjar a tenu à souligner que son film "Apatride" qui s'attaque à un pan sensible de l'histoire marocaine, à savoir l'expulsion de 350.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975, est "un geste de sa part pour mettre en lumière certains faits qui me font mal ou d'autres qui me donnent le sourire".
Pour la réalisatrice, ce film est avant tout un devoir de mémoire envers ces Marocains qui ont été expulsés d'Algérie. "Le fait d'oublier cette étape de l'histoire du Maroc, c'est oublier 350.000 Marocains qui ont vécu l'enfer de l'expulsion", a-t-elle soutenu.
Le film projeté dans le cadre de ce Festival a été suivi par un grand public de cinéphiles qui ont applaudi chaleureusement ce long métrage qui suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes.
L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a fui au Maroc avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.
Le film est interprété par des acteurs tels que Aziz El Fadili ("La Brigade"), Avishay Benazra ("L'orchestre de minuit") et Julie Gayet ("Quai d'Orsay").
Le film, une coproduction franco-marocaine (Moon&Deal et La Prod), a reçu des subventions du Maroc et du Doha Film Institute.
Conçu comme une fable, le film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde (du Moyen-Orient à l'Asie occidentale), a confié la réalisatrice.
La participation marocaine à ce Festival est marquée aussi par la projection du dernier film du réalisateur, scénariste et romancier marocain Hicham Lasri, "La blessure la plus rapprochée du soleil" (Al Jahiliya), un film choral qui traite de la hogra ("le mépris" en arabe marocain).
La 68ème édition du Festival international du film de Berlin a été inaugurée par "L'île aux chiens", le tout dernier long-métrage du réalisateur américain Wes Anderson.
Au programme de ce Festival, figure la projection de quelque 385 films, dont 19 sont en lice pour remporter les Prix de l'Ours d'or et de l'Ours d'argent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.