Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/20388858-23893273.jpg?v=1519389184" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/20388858-23893273.jpg?v=1519389200" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" width="708" /
La réalisatrice Narjiss Nejjar, a indiqué que son film "Apatride" qui est projeté à la 68ème édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) représente l'étape de maturité de son parcours cinématographique.
"Tout le monde reconnaît peut-être dans ce film la réalisatrice des "Yeux secs", mais je ne le suis plus car ma vision des choses, en tant que femme qui se pose un tas de questions, évolue", a confié à la MAP Narjis Nejjar, en marge de la projection de son film lors de ce Festival.
Elle s'est dit fière de voir un grand public de cinéphiles applaudir chaleureusement son film. "Quand on applaudit ma réalisation, on applaudit tout le cinéma marocain et quand la salle affiche complet lors d'un aussi grand festival, je sens qu'il y'a encore beaucoup à espérer", a-t-elle ajouté.
"Pour moi, c'était un moment très émouvant que je voulais partager avec l'ensemble de mes collègues marocains en leur signifiant que leur rêve se doit d'être toujours grand car tout est possible", a-t-elle affirmé.
Interrogée sur la présence des femmes dans ses films, Narjiss Nejjar a expliqué qu'elle braque surtout ses projecteurs sur la catégorie à laquelle on interdit de s'exprimer. "Et puisque les femmes sont la catégorie la plus précaire, je m'efforce d'en être la porte-parole", a-t-elle confié.
Narjiss Nejjar a tenu à souligner que son film "Apatride" qui s'attaque à un pan sensible de l'histoire marocaine, à savoir l'expulsion de 350.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975, est "un geste de sa part pour mettre en lumière certains faits qui me font mal ou d'autres qui me donnent le sourire".
Pour la réalisatrice, ce film est avant tout un devoir de mémoire envers ces Marocains qui ont été expulsés d'Algérie. "Le fait d'oublier cette étape de l'histoire du Maroc, c'est oublier 350.000 Marocains qui ont vécu l'enfer de l'expulsion", a-t-elle soutenu.
Le film projeté dans le cadre de ce Festival a été suivi par un grand public de cinéphiles qui ont applaudi chaleureusement ce long métrage qui suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes.
L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a fui au Maroc avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.
Le film est interprété par des acteurs tels que Aziz El Fadili ("La Brigade"), Avishay Benazra ("L'orchestre de minuit") et Julie Gayet ("Quai d'Orsay").
Le film, une coproduction franco-marocaine (Moon&Deal et La Prod), a reçu des subventions du Maroc et du Doha Film Institute.
Conçu comme une fable, le film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde (du Moyen-Orient à l'Asie occidentale), a confié la réalisatrice.
La participation marocaine à ce Festival est marquée aussi par la projection du dernier film du réalisateur, scénariste et romancier marocain Hicham Lasri, "La blessure la plus rapprochée du soleil" (Al Jahiliya), un film choral qui traite de la hogra ("le mépris" en arabe marocain).
La 68ème édition du Festival international du film de Berlin a été inaugurée par "L'île aux chiens", le tout dernier long-métrage du réalisateur américain Wes Anderson.
Au programme de ce Festival, figure la projection de quelque 385 films, dont 19 sont en lice pour remporter les Prix de l'Ours d'or et de l'Ours d'argent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.