Gel des avancements : Le gouvernement tente de rassurer les syndicats    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 602 cas, 36 décès    Allo Yakada : Plus de 5.000 appels traités par les équipes de Majorel    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Coronavirus : l'ancien président du Congo Yhombi Opango décède des suites du Covid-19    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Communiqué du Bureau politique du PPS    Affaire “Hamza mon bb”: la prison de Marrakech balaie les dernières rumeurs    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Covid-19 en France: une dotation de 4 milliards pour financer du matériel médical    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Santé mentale du personnel médical : Une cellule psychologique mise en place pour les équipes soignantes    La culture à portée de clic!    Coronavirus : Les autorités apportent des précisions sur le décès d'un bébé à Oujda    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    BAM émet de nouvelles directives monétaires et prudentielles    Coronavirus : plus de 3.000 morts aux Etats-Unis et des grèves de protestations sociales    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le Parlement bravera le coronavirus sous précautions    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie
Publié dans Libération le 24 - 02 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/20388858-23893273.jpg?v=1519389184" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/20388858-23893273.jpg?v=1519389200" alt="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" title="Narjis Nejjar : "Apatride" est un devoir de mémoire envers ces Marocains expulsés d'Algérie" width="708" /
La réalisatrice Narjiss Nejjar, a indiqué que son film "Apatride" qui est projeté à la 68ème édition du Festival international du film de Berlin (Berlinale) représente l'étape de maturité de son parcours cinématographique.
"Tout le monde reconnaît peut-être dans ce film la réalisatrice des "Yeux secs", mais je ne le suis plus car ma vision des choses, en tant que femme qui se pose un tas de questions, évolue", a confié à la MAP Narjis Nejjar, en marge de la projection de son film lors de ce Festival.
Elle s'est dit fière de voir un grand public de cinéphiles applaudir chaleureusement son film. "Quand on applaudit ma réalisation, on applaudit tout le cinéma marocain et quand la salle affiche complet lors d'un aussi grand festival, je sens qu'il y'a encore beaucoup à espérer", a-t-elle ajouté.
"Pour moi, c'était un moment très émouvant que je voulais partager avec l'ensemble de mes collègues marocains en leur signifiant que leur rêve se doit d'être toujours grand car tout est possible", a-t-elle affirmé.
Interrogée sur la présence des femmes dans ses films, Narjiss Nejjar a expliqué qu'elle braque surtout ses projecteurs sur la catégorie à laquelle on interdit de s'exprimer. "Et puisque les femmes sont la catégorie la plus précaire, je m'efforce d'en être la porte-parole", a-t-elle confié.
Narjiss Nejjar a tenu à souligner que son film "Apatride" qui s'attaque à un pan sensible de l'histoire marocaine, à savoir l'expulsion de 350.000 Marocains d'Algérie en décembre 1975, est "un geste de sa part pour mettre en lumière certains faits qui me font mal ou d'autres qui me donnent le sourire".
Pour la réalisatrice, ce film est avant tout un devoir de mémoire envers ces Marocains qui ont été expulsés d'Algérie. "Le fait d'oublier cette étape de l'histoire du Maroc, c'est oublier 350.000 Marocains qui ont vécu l'enfer de l'expulsion", a-t-elle soutenu.
Le film projeté dans le cadre de ce Festival a été suivi par un grand public de cinéphiles qui ont applaudi chaleureusement ce long métrage qui suit le parcours d'une femme de 35 ans, hantée par une enfance déchirée par cet exil forcé qui a séparé de nombreuses familles maroco-algériennes.
L'héroïne, qui avait douze ans lorsqu'elle a fui au Maroc avec son père, laissant sa mère seule en Algérie, a grandi avec une obsession: revenir en Algérie et retrouver sa mère.
Le film est interprété par des acteurs tels que Aziz El Fadili ("La Brigade"), Avishay Benazra ("L'orchestre de minuit") et Julie Gayet ("Quai d'Orsay").
Le film, une coproduction franco-marocaine (Moon&Deal et La Prod), a reçu des subventions du Maroc et du Doha Film Institute.
Conçu comme une fable, le film est destiné à entrer en résonance avec les conflits contemporains dans de nombreuses régions du monde (du Moyen-Orient à l'Asie occidentale), a confié la réalisatrice.
La participation marocaine à ce Festival est marquée aussi par la projection du dernier film du réalisateur, scénariste et romancier marocain Hicham Lasri, "La blessure la plus rapprochée du soleil" (Al Jahiliya), un film choral qui traite de la hogra ("le mépris" en arabe marocain).
La 68ème édition du Festival international du film de Berlin a été inaugurée par "L'île aux chiens", le tout dernier long-métrage du réalisateur américain Wes Anderson.
Au programme de ce Festival, figure la projection de quelque 385 films, dont 19 sont en lice pour remporter les Prix de l'Ours d'or et de l'Ours d'argent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.