Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    Clôture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde : Le succès toujours au rendez-vous    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Bac 2019 : Un taux de réussite de 65,55%    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Marche de Rabat: Oui à la Palestine, non au «Deal du siècle»    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Cartier Saada: 80% du programme d'investissements réalisés    Gouvernance spatiale et développement    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    L'université Ibn Zohr en apothéose!    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    Lions de l'Atlas. Une victoire, mais encore...?    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    OPV Maroc Telecom. "Bon timing"    Edito : Excédent au Bac    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Divers    Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran    Hamid El Kasri et Susheela Raman enflamment la scène Moulay Hassan    Mawazine 2019: Concerts explosifs de Lartiste et David Guetta à la scène OLM Souissi    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Baccalauréat 2019 : un taux de réussite de 65,55%    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    Ethiopie: le chef d'état-major de l'armée et le président de la région d'Amhara tués    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Forum international des oasis a tenu ses promesses
Publié dans Libération le 01 - 03 - 2018

S'il est une recommandation que tous les participants à la cinquième édition du Forum international des oasis ont proposée, c'est bien celle d'accélérer l'approvisionnement des populations en eau potable depuis les barrages de Tiwiyin et Tamchtout. Une action qui traduirait l'aspiration des populations, dont une partie était restée à court de cette matière vitale, l'été dernier. L'on ne pouvait effectivement tenir un débat ouvert sur le développement sans souligner cette revendication consistante et vitale.
La recommandation de la mise en synergie et la convergence des actions et programmes des politiques publiques et privées dans les zones oasiennes sont revenues aussi de manière récurrente dans les différentes interventions. Experts, chercheurs et acteurs associatifs, ainsi que d'autres représentants des administrations agissant dans le territoire oasien ont déploré la multitude d'actions non coordonnées. Une défaillance qui aggrave les manques à gagner sur le plan de développement de ces zones déjà fragiles vu la faiblesse des investissements publics, mais aussi la non implication des populations dans des programmes projetés unilatéralement et par ricochet sans retombées.
Les participations ont, également, souligné la nécessité de promulguer un code urbain spécifique aux zones oasiennes et respectueux des normes culturelles, architecturales et socioéconomiques. L'existence de modes architecturaux non conformes aux tissus ancestraux et traditionnels cause, en effet, une hybridité altérant l'image et l'identité d'un espace menacé de manière permanente par la désertification et l'ensablement. Encourager l'agriculture oasienne passe en particulier par la mise en valeur des produits locaux et la promotion des filières de production pour créer une valeur ajoutée à même d'attirer l'attention des jeunes potentialités humaines et de les convaincre de s'investir dans les oasis.
Pour un
«Bani Géopark»
La vision à adopter est dès lors globale et nécessite, selon les participants à cette édition, la prise en considération de facettes négligées, du moins mal-exploitées par les décideurs locaux et nationaux. Et c'est dans ce cadre que le conseil provincial de Zagora s'est porté partenaire dans un projet scientifique relatif au patrimoine géologique « Bani Géopark », alors que le conseil provincial de tourisme soutient pour sa part le projet de préservation des gravures rupestres dans la région. Dans ce même contexte, il a été recommandé la création d'un noyau universitaire spécialisé dans les disciplines scientifiques en relation avec le développement des zones oasiennes, notamment l'aménagement du territoire, l'agriculture oasienne, le patrimoine culturel et architectural, ainsi que des industries alimentaires et transformationnelles.
Préserver le patrimoine géologique et mettre en valeur les produits locaux ne peut réussir sans la formation des ressources humaines et la sauvegarde des expressions culturelles oasiennes (Ahidous, Ahwach, Gnaoua, Rokba, Melhoun, Chamra…), les capacités matérielles, ainsi que les savoir-faire locaux (monuments patrimoniaux, architecture locale et plateaux naturels). Sans nul doute, soulignent les participants, la pluralité ethnique, linguistique et culturelle enrichira davantage les potentialités naturelles et sociales oasiennes. C'est pourquoi, les décideurs régionaux et nationaux sont appelés à soutenir et à veiller au perfectionnement des rencontres culturelles des zones oasiennes, afin qu'elles jouent au mieux leur rôle dans la promotion, la mise en valeur et la préservation de leurs richesses.
Sides Event
et approche pays
Toute une province en mouvement ! Des activités en tout genre, à partir du programme sportif qui a permis aux passionnés du cyclisme et du foot de briller lors de cette édition, en passant par des matinées récréatives en faveur des enfants et des soirées musicales qui ont été suivies par des milliers de personnes.
Mais c'est la fantasia qui a pu attirer le plus grand nombre de visiteurs avoisinant les 30 mille personnes, quatre jours durant.
Quant au Salon des produits du terroir et de l'artisanat, il a connu un important flux qui a permis aux producteurs et artisans de commercialier, mais et surtout de promouvoir leurs produits.
Les collectivités locales et
la démocratie participative
En marge des actes scientifiques du Forum international des oasis et du développement local, les collectivités locales ont tenu à marquer cette édition par un débat ouvert et décliné sous forme d'ateliers, où les élus de la province de Zagora ont porté leurs réflexions sur la gestion territoriale et la démocratie participative.
Ils ont, à cet effet, appelé les collectivités de la province à parachever les mécanismes de démocratie participative et mettre en œuvre ses structures à travers l'implication et l'interpellation des concernés. Pour ce, les élus comme les acteurs associatifs devraient faire l'objet de sessions de formation pour un renforcement des compétences à même de hisser les indicateurs de la bonne gouvernance et d'une gestion territoriale efficiente. Par ailleurs, les participants n'ont pas omis de souligner l'urgence de la création d'une entreprise de développement locale pour la mise en valeur des produits spatiaux, pour les aider en termes de concurrence, de positionnement et de commercialisation.
Outre la demande d'approvisionner les quartiers en eau potable, les participants ont aussi appelé à l'aménagement de décharges publiques intercommunales et la réalisation de projets relatifs à l'assainissement dans les centres en nette extension.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.