Bank Al-Maghrib : les indicateurs hebdomadaires    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Décès du Combattant Abderrazak Afilal    Nouvelle visite au Maroc du président de la Chambre des représentants de la Libye    Daya de Dar Bouazza bientôt propriété privée ?    Lumière bleue : Quels effets sur la peau ?    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    La digitalisation, un levier clé pour une montée en gamme de l'industrie agroalimentaire    Le président algérien à l'isolement après plusieurs cas suspects de coronavirus proches    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Les Rouges voient rouge    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    A Casablanca, le vélo a le vent en poupe    Les soins du visage digitaux sont-ils l'avenir de la beauté ?    Le Pr. Redouane Rabii a la médecine dans la peau et la patrie dans le cœur    Le coronavirus se propage comme une trainée de poudre    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Covid-19 au Maroc: 3.020 nouveaux cas confirmés et 2.823 guérisons en 24H    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Botola: Le Libyen Mohamed Anis Saltou rejoint le FUS    France-Plan social : Nokia revoie sa copie    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cavale du tueur en série d'Agadir se termine à Imintanoute
Publié dans Libération le 09 - 03 - 2018

L'histoire morbide qui ne cessait de défrayer les chroniques du côté d'Agadir et environs depuis décembre 2017, semble avoir trouvé son dénouement avec l'arrestation du présumé assassin de huit SDF. Le feuilleton qui, jusqu'à présent, se déroulait en huit épisodes pour huit victimes recensées, s'est semble-t-il terminé, avant même d'avoir entamé sa neuvième partie. En effet, le serial killer qui semait la panique dans la capitale du Souss, Marrakech, Aït Melloul, Ouled Taïma, Bouigra, Inezgane et Kliaâ a été appréhendé, mercredi, par les éléments de la police de la ville d'Imintanoute dans la province de Chichaoua, dans la région de Marrakech-Safi après la découverte d'une huitième victime retrouvée sans vie jeudi dernier dans une station d'essence entre Inezgane et Aït Melloul.
Il aurait été remis aux autorités judiciaires d'Agadir pour être entendu avant que de répondre de tous les crimes pour le moins odieux qui lui seraient reprochés. Son mode opératoire a tout d'un certain Abdelali Amer, un tueur en série comme lui dit ‘'Bouhajra'', SDF et ex-militaire qui sévissait à Rabat et environs au début des années 2000 et qui est actuellement dans le couloir de la mort à la prison centrale de Kénitra. Ce dernier qui s'attaquait aussi à des vagabonds tuait ses victimes (14) d'un coup de pierre à la tête à la seule différence que notre criminel des nouveaux temps, d'Agadir, les dissimulait, quant à lui, après coup, sous un tas de chiffons.
L'affaire qui remonte à décembre dernier avait en réalité éclaté le 8 janvier dernier avec la découverte du cadavre d'un jeune clochard aux environs d'un souk hebdomadaire de Bioukri dans la province de Chtouka Aït Baha. Puis d'autres corps furent retrouvés çà et là, le 3 janvier à Kliâa, le 11 janvier près du marché de gros d'Inezgane et le 15 du même mois à Oulad Tayma, dans la province de Taroudant. Les lieux de l'assassinat, suite aux découvertes macabres d'un sans-abri à proximité de Oued Souss ainsi que deux autres n'ont toujours pas été communiqués. La septième victime serait tombée vers le 22 du mois de février.
L'enquête menée conjointement par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la Gendarmerie Royale, avait permis dans un premier temps d'identifier l'auteur de ces homicides pour ne pas dire exécutions, suite aux témoignages et descriptions de plusieurs SDF, comme étant, tout comme ses victimes, un sans-abri. Elle n'aura toutefois pas en l'absence de communication et d'informations complémentaires révélé ses tenants et aboutissants, pour reprendre une expression de circonstance à cette affaire. En effet, on n'en est qu'au tout début de l'instruction et bien des choses restent encore à venir aussi passionnantes que captivantes malgré le côté sordide de la chose. Cependant, elles sont des versions qui se tiennent, à l'instar de celles de quelques canards d'envergure et à sensation qui, parfois, semblent tenir le bon bout.
Selon l'un des deux, les plus lus ici-bled, il se dit que le présumé coupable de ces crimes abjects dont on ignore en réalité les raisons, aurait été victime d'abus collectifs pour ne pas dire viol de la part de personnes dans la même situation que lui, d'où ce désir de vengeance pour le moins fatal pour ces derniers. Enfin, tant que le parquet n'aura pas communiqué, tous ces propos resteront du domaine de la supposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.