Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Donald Trump fait volte-face sur le traité transpacifique
Publié dans Libération le 14 - 04 - 2018

Donald Trump envisage de rejoindre le nouvel accord de libre-échange transpacifique, s'il est "meilleur", après s'être retiré sans ménagement du traité initial le jour même de son arrivée à la Maison Blanche l'an passé, une volte-face qui soulève des critiques.
"(Nous) allons rejoindre le TPP si l'accord est substantiellement meilleur par rapport à ce qui a été offert au président (Barack) Obama", a tweeté tard jeudi le président américain.
"Nous avons déjà des accords bilatéraux avec six des onze nations du TPP et travaillons pour parvenir à un accord avec la plus grande de ces nations, le Japon, qui nous a fait très mal sur le plan commercial pendant des années!", a-t-il poursuivi.
La Maison Blanche avait auparavant annoncé jeudi que M. Trump avait chargé un de ses conseillers économiques, Larry Kudlow, et son représentant américain au Commerce (USTR), Robert Lighthizer, "de regarder s'il y avait une possibilité ou non de négocier un meilleur accord".
Pour Tokyo, il serait "extrêmement difficile" de renégocier certaines parties du traité, désormais appelé Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP), car "il ressemble à une sculpture de verre".
"Nous aimerions saluer l'initiative du président (américain) si elle signifie qu'il reconnaît la portée et la signification" du traité, a ajouté vendredi le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga, soulignant que Tokyo attend plus de précisions sur les intentions américaines.
Donald Trump avait eu pendant la campagne électorale des mots particulièrement durs pour le TPP le qualifiant de "désastre". Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis et la Chine sont en profond désaccord sur le commerce international. Or, le TPP avait été initialement élaboré avec l'idée d'en faire un contrepoids à l'influence grandissante de Pékin dans le commerce international. Donné pour mort l'an passé après le retrait des Etats-Unis, l'accord avait été ranimé par les onze autres pays des deux rives du Pacifique. Le 8 mars, Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam l'ont paraphé.
Dans sa forme originale, le TPP avait été promu par Washington sous la présidence du démocrate Barack Obama. Il avait été signé en février 2016 après des années de négociations entre 12 pays ayant un accès sur le Pacifique. Sans Pékin.
Mais avant son entrée en vigueur, Donald Trump avait annoncé le 23 janvier 2017 le retrait de son pays, mettant en péril l'ambitieux accord censé englober 40% du PIB mondial et presque 25% du commerce international.
Au dernier Sommet de Davos en Suisse, le président américain avait commencé à tempérer sa prise de position. "Je me joindrais au (traité de libre-échange transpacifique) TPP si nous avions un bien meilleur accord que celui-ci", avait-il déclaré le 26 janvier à CNBC.
"Le président a constamment dit qu'il était ouvert à un accord substantiellement amélioré", a assuré jeudi Lindsay Walters, l'une des porte-parole de la Maison Blanche.
Mais, depuis, les tensions commerciales avec Pékin ont redoublé d'intensité, ce qui pourrait l'avoir poussé à adoucir sa position.
Washington, qui accuse le géant asiatique de pratiques commerciales "déloyales", a imposé des taxes supplémentaires sur les importations chinoises notamment l'acier et l'aluminium. Pékin a répliqué en annonçant des représailles sur des produits américains dont le soja.
En outre, l'administration Trump a initié la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) avec le Canada et le Mexique, deux pays qui ont ratifié le CPTPP.
"Le TPP a été détruit parce que c'était un échec pour les travailleurs de l'Amérique et il ne doit pas être ressuscité. Il n'y a aucun moyen de le faire revivre sans trahir le peuple qui travaille", a réagi jeudi Richard Trumka, président de la principale centrale du pays, l'AFL-CIO.
"Etant donné le rôle central joué par l'opposition au TPP pendant l'élection et Trump ayant largement vendu l'idée d'un retrait de cet accord (...) cette marche arrière (...) pourrait donner le signal que Trump (...) n'est digne d'aucune confiance", a commenté de son côté Lori Wallach de l'ONG américaine Public Citizen.
Le futur secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a, lui, rappelé jeudi qu'il avait soutenu le TPP lorsqu'il était membre du Congrès.
"L'anti-mondialisation de Trump a été rattrapée par la réalité: personne ne veut d'accords commerciaux bilatéraux avec les Etats-Unis et Trump n'a pas de plan B", a commenté Ashish Kumar du centre de réflexion Atlantic Council.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.