Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    Startups: L'OCP met le turbo    Les européens appelés aux urnes    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    L'aide à l'éducation, un modérateur    Service militaire obligatoire. Le roi Mohammed VI ordonne le recrutement de plus de candidats pour cette année    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Divers Economie    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au moins 24 morts dans des affrontements à Bangui
Publié dans Libération le 04 - 05 - 2018

Au moins 24 personnes ont été tuées et 170 blessées à Bangui lors des affrontements de mardi, a-t-on appris de sources médicales.
Mardi, un accrochage entre un groupe armé du général autoproclamé "Force" et les forces de sécurité centrafricaines a dégénéré. Les premières attaques meurtrières ont débuté avec l'attaque d'hommes armés de l'église Fatima, située non loin du quartier musulman du PK5, provoquant la mort de plusieurs civils, dont le respecté abbé Albert Tougoumalé-Baba.
En réaction à la mort de l'abbé, une foule en colère a incendié une mosquée et lynché deux personnes qualifiéees de musulmans.
"Dans un pays où les images des mois de violence horrible sont encore fraîches dans la mémoire des gens, ces tensions renouvelées pourraient attiser davantage d'attaques et de massacres si les responsables ne sont pas arrêtés une fois pour toutes", selon Balkissa Ide Siddo, chargée de la Centrafrique pour Amnesty international.
L'ONG a appelé à traduire en justice les responsables des crimes de mardi dans un communiqué.
Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a dénoncé mercredi en présence de l'archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga, l'instrumentalisation de la religion à des fins politiques par des groupes armés.
L'archevêque a condamné mercredi l'attaque dans la paroisse de Fatima et a lancé un appel au gouvernement et à la mission de l'ONU (Minusca) "pour que la lumière soit faite" sur les événements, tout en appelant les Centrafricains à s'unifier pour "dire non à la violence, non à la barbarie".
En Centrafrique, l'Etat ne contrôle qu'une maigre partie du territoire national. Les groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail.
Dans le pays, des tentatives de médiation sont en cours, notamment grâce à l'Union africaine (UA), qui promeut une feuille de route pour la paix. Un groupe de facilitateurs a rencontré ces dernières semaines la quinzaine de groupes armés qui sèment la violence dans les provinces de ce pays classé parmi les plus pauvres au monde.
Depuis 2013, la Centrafrique est embourbée dans un conflit meurtrier. Les groupes armés contrôlent une majeure partie du territoire, où ils combattent pour le contrôle des ressources naturelles et de l'influence.
La descente en 2013 sur Bangui de la rébellion de la Séléka, prétendant défendre les musulmans, a entraîné la réaction de milices "antibalakas", souvent chrétiennes et animistes, contre ces hommes venus du Nord considérés comme des envahisseurs.
"Les violences intercommunautaires n'ont jamais cessé depuis la crise de 2014. Elles prennent différentes formes en fonction des intérêts", relève Nathalia Dukhan, auteure de plusieurs rapports sur les milices centrafricaines pour l'ONG Enough Project.
La Minusca et les forces de sécurité centrafricaines mènent depuis le 8 avril une opération militaire contre des milices armées du PK5 dont celle de "Force".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.