Dette souveraine : le Maroc veut lever 2 milliards $ sur les marchés    Etat d'urgence sanitaire: ce que dit le projet de loi adopté ce vendredi    Tourisme national : un secteur d'avenir    Prime exceptionnelle pour les professionnels de santé: C'est pour bientôt !    Nouveau modèle du développement : La population carcérale participe au processus de réflexion    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Rentrée scolaire: ce qui va changer au primaire l'année prochaine    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Liban : une instabilité explosive    Pacte pour la relance économique et l'emploi : Près d'une vingtaine d'engagements pris par le Patronat    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Greenvillage.ma : Une plateforme ultra moderne pour le Bio voit le jour    Bisazza ouvre sa première vitrine virtuelle au Maroc    Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche à Berkane    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    HCP: cinq régions concentrent plus de 70% des chômeurs    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Le bilan s'alourdit au Liban    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mois de privation c'est aussi celui du gaspillage
Publié dans Libération le 25 - 05 - 2018

Au-delà de la crapuleuse flambée des prix actuelle, qui ne légitime sa raison d'être que lors du mois de Ramadan, la hausse vertigineuse que connaissent fruits, légumes, poisson, viande, œufs, etc (les prix passant, pour certains de ces produits, du simple au double voire au triple), ne sera donc pas prise en considération dans les lignes à venir puisqu'il sera question d'un autre phénomène tout autant douloureux n'en plaise ou déplaise à la ménagère et son panier, c'est le gaspillage alimentaire.
Cette période sacrée étant particulièrement propice à cet état de fait, on se doit donc de faire de cette problématique un enjeu majeur de notre société afin d'y remédier. C'est qu'au Maroc, ce sont près de la moitié (un peu plus de 45%) de nos aliments qui finissent dans les poubelles. Aussi, doit-on être tenus de s'organiser en conséquence, la prise de conscience à elle seule n'étant pas suffisante pour compenser la perte d'une nourriture pourtant propre à la consommation, puisque faite de produits viables au niveau de la chaîne d'approvisionnement.
En outre, histoire d'en purifier le fond de notre conscience justement, la question qui vient à l'esprit et le taraude sitôt, après ce constat, n'en devient qu'un sommes-nous des consommateurs avertis et responsables ? Pour bien s'en laver les yeux au regard d'un petit tour du côté de la grande ou petite surface du coin, nous constaterons que non. Car dans les caddies et les lourds sacs, la moitié de la nourriture s'y trouvant finira, transformée ou pas, sûrement dans les poubelles.
En effet, nous autres Marocains achetons de la nourriture en quantité démesurée et deviner qu'une bonne partie de ces provisions ne sera probablement pas consommée et donc vouée à être jetée surtout en cette période, n'est qu'un jeu d'enfant. De plus, si l'on se réfère aux dires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui avance que le gaspillage alimentaire est souvent lié aux habitudes d'achats des ménages, la plupart du temps beaucoup plus importants que leurs besoins et quand on sait qu'il n'est guère recommandé de faire ses courses le ventre creux, on se dit alors, bonjour les dégâts.
La FAO qui précise que le pic du gaspillage est plus important pendant le mois de Ramadan, car il flirte aisément avec les 84,8% dans les pays du Mena où le rite du jeûne est minutieusement observé (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Tunisie, Turquie,…) indique que beaucoup de plats préparés, consommés en partie ou pas, sont du lot des déchets alimentaires bons pour la décharge, le pain et autres produits à base de farine faisant office de référence dans cette configuration devant les produits laitiers, fruits, viandes et légumes.
L'organisation avançant même le côté pécuniaire de la chose qui se chiffre à plus de 51 dollars pour 1% de la population, voyez-y la part du riche, entre 21 et 50 dollars pour les moyennement nantis (11%), alors que l'équilibre, si l'on peut oser dire, se situe entre 6 et 20 dollars (42%). Le Maroc, à des fins de réduction de ce gaspillage de moitié, a souscrit, en juin 2015, en partenariat avec la FAO, à un plan d'action qui s'inscrit à l'horizon 2024.
Bien malin qui nous en dira des choses aujourd'hui car il est, comme qui dirait, un semblant d'échec dans l'espace de ce temps. En effet, à défaut d'actions concrètes sur le terrain, nous sommes loin d'être à l'avant-garde de la lutte pour réduire le gaspillage alimentaire. Pour cela, condition sine qua none, il faudra avant tout au consommateur marocain, changer son mode de consommation à des fins d'empreinte écologique digne et rester en phase avec une bonne partie de l'humanité qui consomme moins sans souvent malheureusement subvenir à ses besoins les plus élémentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.