Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mois de privation c'est aussi celui du gaspillage
Publié dans Libération le 25 - 05 - 2018

Au-delà de la crapuleuse flambée des prix actuelle, qui ne légitime sa raison d'être que lors du mois de Ramadan, la hausse vertigineuse que connaissent fruits, légumes, poisson, viande, œufs, etc (les prix passant, pour certains de ces produits, du simple au double voire au triple), ne sera donc pas prise en considération dans les lignes à venir puisqu'il sera question d'un autre phénomène tout autant douloureux n'en plaise ou déplaise à la ménagère et son panier, c'est le gaspillage alimentaire.
Cette période sacrée étant particulièrement propice à cet état de fait, on se doit donc de faire de cette problématique un enjeu majeur de notre société afin d'y remédier. C'est qu'au Maroc, ce sont près de la moitié (un peu plus de 45%) de nos aliments qui finissent dans les poubelles. Aussi, doit-on être tenus de s'organiser en conséquence, la prise de conscience à elle seule n'étant pas suffisante pour compenser la perte d'une nourriture pourtant propre à la consommation, puisque faite de produits viables au niveau de la chaîne d'approvisionnement.
En outre, histoire d'en purifier le fond de notre conscience justement, la question qui vient à l'esprit et le taraude sitôt, après ce constat, n'en devient qu'un sommes-nous des consommateurs avertis et responsables ? Pour bien s'en laver les yeux au regard d'un petit tour du côté de la grande ou petite surface du coin, nous constaterons que non. Car dans les caddies et les lourds sacs, la moitié de la nourriture s'y trouvant finira, transformée ou pas, sûrement dans les poubelles.
En effet, nous autres Marocains achetons de la nourriture en quantité démesurée et deviner qu'une bonne partie de ces provisions ne sera probablement pas consommée et donc vouée à être jetée surtout en cette période, n'est qu'un jeu d'enfant. De plus, si l'on se réfère aux dires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui avance que le gaspillage alimentaire est souvent lié aux habitudes d'achats des ménages, la plupart du temps beaucoup plus importants que leurs besoins et quand on sait qu'il n'est guère recommandé de faire ses courses le ventre creux, on se dit alors, bonjour les dégâts.
La FAO qui précise que le pic du gaspillage est plus important pendant le mois de Ramadan, car il flirte aisément avec les 84,8% dans les pays du Mena où le rite du jeûne est minutieusement observé (Algérie, Egypte, Liban, Maroc, Tunisie, Turquie,…) indique que beaucoup de plats préparés, consommés en partie ou pas, sont du lot des déchets alimentaires bons pour la décharge, le pain et autres produits à base de farine faisant office de référence dans cette configuration devant les produits laitiers, fruits, viandes et légumes.
L'organisation avançant même le côté pécuniaire de la chose qui se chiffre à plus de 51 dollars pour 1% de la population, voyez-y la part du riche, entre 21 et 50 dollars pour les moyennement nantis (11%), alors que l'équilibre, si l'on peut oser dire, se situe entre 6 et 20 dollars (42%). Le Maroc, à des fins de réduction de ce gaspillage de moitié, a souscrit, en juin 2015, en partenariat avec la FAO, à un plan d'action qui s'inscrit à l'horizon 2024.
Bien malin qui nous en dira des choses aujourd'hui car il est, comme qui dirait, un semblant d'échec dans l'espace de ce temps. En effet, à défaut d'actions concrètes sur le terrain, nous sommes loin d'être à l'avant-garde de la lutte pour réduire le gaspillage alimentaire. Pour cela, condition sine qua none, il faudra avant tout au consommateur marocain, changer son mode de consommation à des fins d'empreinte écologique digne et rester en phase avec une bonne partie de l'humanité qui consomme moins sans souvent malheureusement subvenir à ses besoins les plus élémentaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.