Taghazout Bay: des hôtels épinglés pour infractions urbanistiques    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Le classement des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Zamalek Vs Espérance de Tunis avec un arbitre marocain    Béni Mellal : arrestation d'un mineur ayant gravement blessé un conducteur par jets de pierre    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    De rupture en échec    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Botola Pro D1 : Le Wydad tombe à domicile, Berkane se contente du nul    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche au Maroc    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Casablanca: Ramid a pris la parole au SIEL    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Kristalina Georgieva: «Le Maroc doit maintenir l'effort de réforme»    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Rapporteur de l'ONU appelle à une amnistie de prisonniers en Corée du Nord
Publié dans Libération le 08 - 06 - 2018

Le Rapporteur de l'ONU sur la Corée du Nord a appelé jeudi Pyongyang à une "amnistie" pour libérer "graduellement" des "centaines de prisonniers" dans le contexte de la tenue du sommet historique entre le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump.
"Une proposition concrète du point de vue des droits de l'Homme dans le contexte de ces négociations, c'est que le gouvernement de la RPDC (République populaire démocratique de Corée du Nord, nom officiel de la Corée du Nord, ndlr), accorde une amnistie générale pour libérer des centaines de prisonniers", a déclaré M. Tomas Ojea Quintana, en conférence de presse à Genève.
"Ce serait un signal très important de la part du gouvernement" en matière d'engagement envers les droits de l'Homme de l'ONU, a-t-il ajouté.
Il a ainsi estimé que cette libération constituerait "un geste concret en faveur de ceux qui sont arrêtés arbitrairement dans le pays", soulignant notamment l'absence d'état de droit en Corée du Nord.
Le Rapporteur, qui est mandaté par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU mais qui n'a pas eu le feu vert de Pyongyang pour visiter le pays, a indiqué ne pas savoir personnellement combien de prisonniers sont détenus en Corée du Nord, mais il a cité un rapport d'une commission d'enquête de l'ONU affirmant il y a 4 ans qu'il y a entre 80.000 à 120.000 prisonniers politiques dans des camps.
M. Ojea Quintana a expliqué qu'il était un homme "raisonnable" et que le processus de libération des prisonniers pouvait se faire "graduellement".
Cet appel intervient à quelques jours du sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un, qui doit se tenir le 12 juin à Singapour.
Le Rapporteur a indiqué qu'il voyait ce sommet d'un "bon oeil" et souligné que ce "processus" devait prendre en compte les droits de l'Homme, un appel qu'il a déjà lancé à plusieurs reprises ces derniers mois.
"Je ne suis pas en train de dire que si les questions des droits de l'Homme ne sont pas abordées lors du prochain sommet, il y aura un problème sérieux", a affirmé jeudi M. Quintana.
Mais, a-t-il dit, "à un moment donné, que cela soit au prochain sommet ou lors d'une autre réunion, il est très important que les droits de l'Homme soient soulevés parce que sinon ce sera un problème pour élaborer un accord durable avec la RPDC en ce qui concerne la dénucléarisation".
Durant la conférence de presse, l'expert argentin a également appelé la communauté internationale à se pencher sur l'avenir des sanctions économiques fixées par le Conseil de sécurité, car elles "peuvent avoir un effet préjudiciable" sur la population.
"Je ne demande pas que les sanctions soient levées à ce stade (...) mais je suis préoccupé par l'impact des sanctions", a-t-il affirmé, faisant valoir que les sanctions nuisent à la réalisation des "progrès" dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels.
L'expert a expliqué ne pas savoir quelle était la bonne "formule", mais a évoqué l'idée d'"exemptions temporaires".
Il a par ailleurs appelé la communauté internationale à plus de générosité pour financer l'aide humanitaire en Corée du Nord, indiquant que l'ONU n'avait reçu pour l'instant que 4 millions de dollars (3,4 millions d'euros) sur les 12 millions demandés pour 2018.
"La situation est assez critique", a-t-il dit.
Le rapporteur spécial a conclu en demandant une nouvelle fois aux autorités de Pyongyang de lui permettre d'effectuer une visite en RPDC.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.