Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Piqûres de scorpion et morsures de serpent à tire-larigot lors de la saison estivale
Publié dans Libération le 26 - 06 - 2018

Comme à chaque saison estivale qui correspond à une période où, morsures de serpent et de différents reptiles et autres piqures de scorpion et insectes venimeux sont fréquents, le Centre antipoison et de pharmacovigilance met œuvre une stratégie nationale de lutte contre ce phénomène dangereux voire parfois fatal pour la santé du citoyen.
Cette année pour ce faire, le CAPM a distribué quelque, 1100 kits d'antidotes à travers le Royaume. Au Maroc les régions les plus touchées par les cas d'envenimations par piqûres de scorpion et morsures de serpent sont Marrakech-Safi, la région de Souss- Massa, Béni Mellal-Khénifra, la région de Drâa-Tafilalet, Fès-Meknès, Settat et la région d'El Jadida.
Dans ces régions affectées par les cas d'envenimation dus aux piqûres de scorpion ou aux morsures de serpent et plus particulièrement les zones rurales, les hôpitaux et centres de santé ont donc été fournis en antivenins (FAV-Afrique®).
La distribution de ces kits a été répartie en fonction de cas enregistrés par rapport à l'année de référence et c'est ainsi que selon les régions respectives, 360 kits de médicaments ont été fournis à Marrakech-Safi, 140 dans le Souss-Massa, 160 à Béni Mellal-Khénifra, 80 pour le Drâa-Tafilalet, 60 pour la région Fès-Meknès, 70 pour Settat et 70 pour la région d'El Jadida. D'après les chiffres du CAPM, le Royaume a connu l'an dernier 52 décès dus des piqûres de scorpion.
Les morsures de serpent répertoriées au même titre qu'une douzaine de maladies tropicales comme une ‘'maladie négligée'' par l'OMS, sont la cause d'environ un demi-million de cas d'envenimations de par le monde avec pour fatalité 20.000 décès chaque année. Appellation donnée au fait qu'elle soit entretenue par la pauvreté et touche presque exclusivement les populations démunies vivant dont de mauvaises conditions. Les enfants sont les plus vulnérables. L'évolution en cas de morsure vers le décès chez les enfants de moins de 15 ans est plus élevée que chez l'adulte, la gravité de l'envenimation étant en rapport au rapport venin/poids.
Au Maroc, les morsures sont bien plus rares mais restent cependant un fléau avec des conséquences graves pour la santé des citoyens malgré les progrès scientifiques et médicaux. Un rapport du CAPM relève que les envenimations scorpioniques et vipérines sont en tête des causes d'envenimation au Maroc.
La conduite à tenir en cas de morsure de serpent c'est avant tout de garder son calme et allongé (toute agitation favorise la diffusion du venin) et appeler les urgences pour un transfert immédiat à l'hôpital. Il est aussi important d'identifier le serpent agresseur ou du moins de savoir le décrire. Laver la plaie avec du savon ou avec un antiseptique, enlever bijoux, montre et bracelets du membre mordu (un œdème pouvant apparaître après coup) et surtout éviter tout traitement traditionnel (succion, incision et garrots…). En fait, le salut consiste à rejoindre les urgences ou un centre de santé le plus rapidement possible.
On distingue trois familles de serpents au Maroc : les vipéridés (taux d'envenimation le plus élevé), les élapidés représentés par une seule espèce : Naje haje legionis (ou Cobra), nécessitant en cas de morsure une hospitalisation en milieu de réanimation (son endémicité se situe dans le Sud- ouest du Maroc) et enfin quelque 25 espèces de colubridés généralement sans danger pour l'homme.
Grosso-modo, et plus banalement les trois types de serpents vivant au Maroc sont les cobras, les vipères et les couleuvres qui malheureusement deviennent de plus en plus rares car victimes de l'homme (braconnage, spectacles des charmeurs, tuerie, accidents de route, etc.) bien que notre pays ait fait le choix de se lancer dans la protection de la nature.
Pourtant ces espèces venimeuses (serpents et scorpions) réputées potentiellement sournoises et dangereuses ont un rôle irremplaçable dans l'écosystème où elles évoluent au même titre que d'autres tout autant venimeuses mais appréciées par l'homme comme par exemple les abeilles.
Les serpents n'attaquent jamais délibérément, et ont plutôt tendance à fuir l'homme car ils le considèrent comme un prédateur. Les principales mesures pour se protéger contre d'éventuelles morsures sont de ne pas les déranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.