Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Piqûres de scorpion et morsures de serpent à tire-larigot lors de la saison estivale
Publié dans Libération le 26 - 06 - 2018

Comme à chaque saison estivale qui correspond à une période où, morsures de serpent et de différents reptiles et autres piqures de scorpion et insectes venimeux sont fréquents, le Centre antipoison et de pharmacovigilance met œuvre une stratégie nationale de lutte contre ce phénomène dangereux voire parfois fatal pour la santé du citoyen.
Cette année pour ce faire, le CAPM a distribué quelque, 1100 kits d'antidotes à travers le Royaume. Au Maroc les régions les plus touchées par les cas d'envenimations par piqûres de scorpion et morsures de serpent sont Marrakech-Safi, la région de Souss- Massa, Béni Mellal-Khénifra, la région de Drâa-Tafilalet, Fès-Meknès, Settat et la région d'El Jadida.
Dans ces régions affectées par les cas d'envenimation dus aux piqûres de scorpion ou aux morsures de serpent et plus particulièrement les zones rurales, les hôpitaux et centres de santé ont donc été fournis en antivenins (FAV-Afrique®).
La distribution de ces kits a été répartie en fonction de cas enregistrés par rapport à l'année de référence et c'est ainsi que selon les régions respectives, 360 kits de médicaments ont été fournis à Marrakech-Safi, 140 dans le Souss-Massa, 160 à Béni Mellal-Khénifra, 80 pour le Drâa-Tafilalet, 60 pour la région Fès-Meknès, 70 pour Settat et 70 pour la région d'El Jadida. D'après les chiffres du CAPM, le Royaume a connu l'an dernier 52 décès dus des piqûres de scorpion.
Les morsures de serpent répertoriées au même titre qu'une douzaine de maladies tropicales comme une ‘'maladie négligée'' par l'OMS, sont la cause d'environ un demi-million de cas d'envenimations de par le monde avec pour fatalité 20.000 décès chaque année. Appellation donnée au fait qu'elle soit entretenue par la pauvreté et touche presque exclusivement les populations démunies vivant dont de mauvaises conditions. Les enfants sont les plus vulnérables. L'évolution en cas de morsure vers le décès chez les enfants de moins de 15 ans est plus élevée que chez l'adulte, la gravité de l'envenimation étant en rapport au rapport venin/poids.
Au Maroc, les morsures sont bien plus rares mais restent cependant un fléau avec des conséquences graves pour la santé des citoyens malgré les progrès scientifiques et médicaux. Un rapport du CAPM relève que les envenimations scorpioniques et vipérines sont en tête des causes d'envenimation au Maroc.
La conduite à tenir en cas de morsure de serpent c'est avant tout de garder son calme et allongé (toute agitation favorise la diffusion du venin) et appeler les urgences pour un transfert immédiat à l'hôpital. Il est aussi important d'identifier le serpent agresseur ou du moins de savoir le décrire. Laver la plaie avec du savon ou avec un antiseptique, enlever bijoux, montre et bracelets du membre mordu (un œdème pouvant apparaître après coup) et surtout éviter tout traitement traditionnel (succion, incision et garrots…). En fait, le salut consiste à rejoindre les urgences ou un centre de santé le plus rapidement possible.
On distingue trois familles de serpents au Maroc : les vipéridés (taux d'envenimation le plus élevé), les élapidés représentés par une seule espèce : Naje haje legionis (ou Cobra), nécessitant en cas de morsure une hospitalisation en milieu de réanimation (son endémicité se situe dans le Sud- ouest du Maroc) et enfin quelque 25 espèces de colubridés généralement sans danger pour l'homme.
Grosso-modo, et plus banalement les trois types de serpents vivant au Maroc sont les cobras, les vipères et les couleuvres qui malheureusement deviennent de plus en plus rares car victimes de l'homme (braconnage, spectacles des charmeurs, tuerie, accidents de route, etc.) bien que notre pays ait fait le choix de se lancer dans la protection de la nature.
Pourtant ces espèces venimeuses (serpents et scorpions) réputées potentiellement sournoises et dangereuses ont un rôle irremplaçable dans l'écosystème où elles évoluent au même titre que d'autres tout autant venimeuses mais appréciées par l'homme comme par exemple les abeilles.
Les serpents n'attaquent jamais délibérément, et ont plutôt tendance à fuir l'homme car ils le considèrent comme un prédateur. Les principales mesures pour se protéger contre d'éventuelles morsures sont de ne pas les déranger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.