Que veut-on ?    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Edito : Anticiper    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Al Omrane Expo Marocains du Monde : Le programme «Istitmar» présenté aux Marocains de France    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Un centre de dialyse et un autre de santé urbain inaugurés à Hay Hassani    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Météo: les prévisions de ce mardi    L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Bab Sebta: Arrestation d'un Français, objet d'un mandat d'arrêt    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le Tihad Athletic Sportif de Casablanca remporte sa première Coupe du Trône    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Paris : Al Omrane dévoile sa stratégie aux Marocains du Monde    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Nous sommes tous concernés par le diabète    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pièce "Ma ville m'a tué" ouvre le bal du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca
Publié dans Libération le 04 - 07 - 2018

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/23452172-25724039.jpg?v=1530620342" alt="La pièce "Ma ville m'a tué" ouvre le bal du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca" title="La pièce "Ma ville m'a tué" ouvre le bal du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/23452172-25724039.jpg?v=1530620344" alt="La pièce "Ma ville m'a tué" ouvre le bal du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca" title="La pièce "Ma ville m'a tué" ouvre le bal du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca" /
Une belle prestation théâtrale intitulée "Ma ville m'a tué", présentée par la troupe universitaire "Théâtre Anfass", a ouvert, lundi soir, le bal de la 30ème édition du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca (FITUC). Conçue et adaptée spécialement pour la cérémonie d'ouverture du festival, cette pièce de 55 minutes, mise en scène par Asmaa Houri, raconte l'histoire d'un groupe de personnes qui, suite à leur vécu tragique et frustrant, décident de porter plainte contre leur propre ville.
Ces personnes critiquent et culpabilisent leur ville avec amour et lucidité et se dressent comme des remparts humains pour contrer la violence et l'intolérance qui guettent la ville. "Ce spectacle constitue un univers entier qui expose la complexité humaine à travers des histoires intimes, des rencontres mystiques, des disputes chroniques, des monologues introspectifs et des questionnements contemplatifs", a déclaré à la MAP le directeur artistique du festival, Abdelfattah Diouri. La forte présence des thématiques du mouvement et de l'interaction dans la scène est motivée par le fait que ces deux éléments ont touché tous les domaines et sont devenus une particularité centrale du théâtre contemporain, a-t-il expliqué.
La 30ème édition du FITUC, qui se poursuivra jusqu'au 7 juillet sous le signe "Interaction", se veut un espace de formation et de dialogue intercontinental, mais aussi un carrefour de rencontre qui ne cesse de renforcer le rayonnement artistique du Maroc et de la métropole économique, a-t-il précisé, ajoutant que le but est d'enraciner chez les jeunes les valeurs de reconnaissance, d'ouverture, d'interculturalité et d'interdisciplinarité.
Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette manifestation culturelle, qui se déroulera dans divers espaces de la métropole, connaît la participation de plusieurs pays, dont la Corée du Sud, l'Italie, la Russie, le Mexique, l'Allemagne, la France, l'Egypte, la Tunisie, l'Algérie et le Bangladesh outre le Maroc. La cérémonie d'ouverture a été marquée par la projection d'un film documentaire qui retrace les temps forts du festival depuis sa création ainsi que par un hommage à trois figures emblématiques de la culture marocaine, à savoir l'acteur Abdelkader Motaa, l'académicien Abdelouahed Ouzri et le journaliste Hamid Saadni.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.