Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le retour en force de l'Etat
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 10 - 2020


Par Ahmed Charaï

Les théories ultralibérales qui ont submergé le monde durant des décennies ont du plomb dans l'aile. Dans tous les pays, face à la profondeur de la crise, l'Etat est appelé à la rescousse, pour assurer le dynamisme de l'économie et les équilibres sociaux. Un keynésianisme rénové est à l'œuvre, non par choix idéologique, mais par nécessité impérieuse.
Le Discours du Roi Mohammed VI lors de l'ouverture de la session parlementaire illustre parfaitement ce choix. La constitution d'un fonds pour encourager l'investissement, la mobilisation d'un million d'hectares de terres collectives, le maintien de l'effort de formation professionnelle, sont à même de consolider l'économie marocaine à la sortie du Covid-19.
En même temps, le projet décliné d'étendre la protection sociale à l'ensemble des citoyens est une vraie révolution. Cela permettra d'atténuer les disparités sociales, de renforcer la cohésion sociale, mais aussi d'avoir un marché national susceptible de porter l'économie et d'inciter à l'investissement.
Ce projet est colossal et constitue la meilleure réponse à la situation actuelle. Il ne s'agit plus de pallier aux effets de la crise, mais de projeter le pays dans un nouveau modèle de développement, où l'Etat-Stratège est un acteur essentiel et où les leviers de l'émergence sont maitrisés.
Mais cela a besoin d'une boite à outils performante. Les politiques, exécutif et parlement, doivent se hisser au niveau de cette responsabilité, face à ces choix historiques, car toute défaillance sera lourde de conséquences, puisqu'il s'agit de l'avenir du pays et de la remise en marche d'une économie qui souffre.
Cependant, il ne faut pas se voiler la face. Sans l'implication citoyenne des détenteurs de capitaux, nous n'y arriverons pas. Dans les salons de Casablanca et d'ailleurs, le discours est le même. On critique l'Etat, on se plaint des impôts, des syndicats, des banques et on se refuse à tout sacrifice.
«La bourgeoisie» marocaine doit accepter qu'il faille sauvegarder l'emploi, pour conforter la stabilité, qu'il faille investir malgré les incertitudes et peut être de gagner moins, beaucoup moins, pendant quelques années. Un projet national d'envergure, comme celui qui nous est proposé, ne peut réussir que s'il emporte l'adhésion de tous.
Les capitalistes ont l'obligation, le devoir moral, et devraient avoir l'obligation tout court, de porter leur part du fardeau. Il ne faut pas oublier que pendant des décennies, l'Etat marocain a porté à bout de bras le capitalisme marocain.
Ce discours de vérité s'impose. Tous les clignotants sont au rouge et les politiques-sparadrap ne servent à rien. Nous avons besoin de tout reconfigurer et tout un chacun doit y mettre du sien, pour construire une économie plus solide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.