Abderrazak Soumah : «Dounia Filali cherche à réhabiliter Ali Aarrass, terroriste et menteur pathologique»    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de Private Equity    Le Maroc coparraine le lancement à Genève d'un guide sur les droits de l'homme    Le Groupe parlementaire du PPS critique une « décision hâtive »    Cycle de conférences et Forum «Morocco 21»    Le Bangladesh en proie aux violences inter-religiueuses    Amical : La sélection marocaine féminine bat l'Atlético Madrid    Tirage des barrages de la CAF : La Renaissance Sportive de Berkane face à une équipe rwandaise pour passer à la phase des poules    Europol annonce 150 interpellations    Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains    Clôture en grande pompe pour la 5ème édition de « WeCasablanca »    A Khemlia, « PORTRAITS DES SULTANS ET ROIS DU MAROC » exposés «chez les artistes»    «Le masque», une nouvelle pièce signée par Naima Zitan    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Dakhla / Kite Surf : Championnat mondial Prince Moulay El Hassan    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    L'avenir du gazoduc Maghreb-Europe définitivement scellé    Green Middle East Summit : Ryad met sur la table 39 milliards de SAR    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 26 octobre 2021 à 16H00    Nasser Bourita : « Il est temps que le partenariat UA-UE fasse l'objet d'une mise à jour stratégique »    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Fluctuation du dirham. La pression des instances internationales pour accélérer la réforme [Par Charaf Louhmadi]    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    PLF-2022: Principaux chiffres de l'intervention de la ministre de l'Economie et des Finances devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Non à l'indécision
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 10 - 2020


Par Ahmed Charaï

La situation est critique. La crise du Coronavirus a mis à mal l'économie mondiale, a fragilisé les structures sociales, asphyxié les entreprises. L'on sait désormais qu'il faudra des années pour avoir un rebond significatif, pour que les Etats retrouvent une crédibilité financière et puissent entamer la réduction de leur endettement colossal.
Le Maroc n'est pas en dehors de ce contexte mondial. L'effort, remarquable de l'Etat ne peut pas perdurer. Mais en plus, toutes nos fragilités sont mises à nu. C'est donc le temps d'une action globale pour apporter les solutions susceptibles de restaurer la confiance.
Au lieu de cela, nous proposons la réflexion. On repart dans les conjectures pour un tour.
Nous avons besoin d'une vision globale pour inscrire les réformes nécessaires, éclairer les perspectives d'avenir, parce que l'exécutif, pare au plus pressé et manque parfois de cohérence. Mais nous avons les moyens, les outils institutionnels pour le faire, sans ajouter une couche au mille-feuilles. Le conseil économique et social a cette vocation et a la capacité de remplir cette mission. La Banque Centrale et le HCP sont dans la réflexion permanente, les projections chiffrées. Toutes ces institutions sont indépendantes et ne peuvent être soupçonnées de calcul politique.
D'autres peuvent s'y ajouter. Le Centre Marocain de conjoncture livre des travaux sérieux depuis des décennies, on peut aussi penser à la confédération patronale, qui devrait mettre sous le boisseau son éternel cahier revendicatif et proposer une vision de l'articulation du public et de son rôle économique avec le privé, mais aussi une vision de son rôle dans le social.
Au lieu de cela nous assistons à des reculs extraordinaires. L'IER et feu Benzekri nous avaient permis de clore le dossier des atteintes aux droits de l'homme. On offre la possibilité à des voix, aussi « crédibles » soient-elles, ne représentant qu'elles même, pour remettre le dossier sur la table, niant toutes les avancées réalisées.
Cette manière de procéder porte un vrai danger, celui de l'inaction, de l'attentisme, alors que la crise exige une réaction immédiate, pour que, une fois l'aspect sanitaire maîtrisé, l'économie soit dans les meilleures dispositions pour redécoller.
L'autre danger c'est l'optimisme béat. Croire que ce n'est qu'une question de temps, c'est s'endormir. L'enjeu réel c'est de limiter la profondeur de la crise et de préparer l'avenir. Ce n'est pas une équation simple, mais il n'y a pas de choix. Le reste n'est que palabre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.