Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    Diego Maradona : « El Pibe de Oro » ne brillera plus    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    Supercoupe d'Afrique: Berkane refuse d'affronter Al-Ahly en Egypte    Une personne interpellée à Dakhla : Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine de 38 candidats    Semaine de solidarité pour les personnes handicapées du 22 au 26 décembre    Rabat, zone interdite aux Casablancais et vis versa    Youssef Chiheb : Le Maroc a agi selon le droit international qui interdit l' entrave à la circulation de flux commerciaux entre deux Etats souverains    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    Maroc/Covid-19: 2.533 nouveaux cas et 57 décès ces dernières 24h    Man Stop Man...    Nouveau coup dur pour le Real    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Source gouvernementale)    Relance économique. CDM se penche sur la santé    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Listes électorales : L'Intérieur apporte des précisions sur les mises à jour    La CGEM et l'IFC font cause commune    «Restore Africa Soils», un dispositif scientifique dédié au suivi de la cartographie des sols    Rabat : Gal'Rue, une exposition en espace ouvert dans la capitale    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    Après inwi, Nadia Fassi-Fehri intègre l'OCP    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Deux commissaires européens attendus mardi au Maroc    SM le Roi: La Cause palestinienne est la «clé de voûte» de toute solution Juste au Moyen-Orient    Enjeux sanitaires et économiques    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Aspirer à la synchronie nationale!    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Exposition. « CASARCHIVES », la mémoire historique de Casablanca    Le Sahara marocain se métamorphose    Plus de 15 000 élèves d'Espagne et du Maroc participent à l'Espace Ecole du FCAT    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Maradona victime de négligence médicale?    Botola: pour une véritable nouvelle saison    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    La province de Taza face à une intense vague de froid    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Inédit : Une application anti-violence numérique
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 10 - 2020

Enfin une application marocaine pour contrer les violences liées au genre et spécialement les violences numériques. Les victimes pourront désormais soumettre leurs plaintes en toute sécurité et sans être inquiétées.
Par Hayat Kamal Idrissi
Bonne nouvelle pour celles qui souffrent en silence et dans la solitude, des assauts d'agresseurs virtuels. « « Stop violence numérique » vient renforcer les efforts de lutte contre les violences numériques à l'égard des femmes. Cette application enrichit en effet le dispositif national de lutte contre les violences du genre tout en confirmant le rôle, de premier plan, de la société civile », nous affirme Bouchra Abdou, directrice d'ATEC ( Association Tahadi pour l'Egalité et la Citoyenneté (ATEC)). A l'origine de cette initiative, l'association vient de lancer cette nouvelle application avec le soutien de l'Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Maroc.
A l'écoute
« Cette application démontre la capacité de la société civile nationale à proposer des réponses et des solutions pratiques et intelligentes qui tiennent compte de l'évolution dangereuse du phénomène des violences numériques à l'égard des femmes », explique Abdou qui est en contact direct avec la souffrance de milliers de femmes victimes de violence en général et celle numérique spécialement. Recevant chaque jour des dizaines d'appels de détresse, le centre d'écoute de Tahadi n'a pas chômé ces derniers temps et spécialement pendant la période de confinement.
Décrite par ses initiateurs comme une application innovante et facilement accessible et téléchargeable, « Stop violence numérique » adopte un langage interactif et commode. « A travers lequel les femmes victimes des violences numériques peuvent facilement soumettre leurs plaintes et leurs revendications et sans complications », décrit la directrice de Tahadi. Télécharger l'application, y poster sa plainte en toute sécurité, spécifier ses revendications... Le rôle de l'application ne se limite pas cependant à être une simple oreille compatissante. Les révélations d'une victime vont suivre un circuit bien défini... selon ses propres choix.


Accompagnement légal et psychique
« L'association se charge, par la suite, de traiter directement la plainte ou de la renvoyer aux autorités compétentes, en veillant, bien entendu, à ce que le suivi soit assuré, tout au long de son itinéraire légal, en coordination avec la personne concernée », assure Bouchra Abdou. Ne se contenant pas d'écouter, les initiateurs de l'application propose un véritable accompagnement légal et psychique aux « plaignantes ». « Notre avocat, notre psychologue et nos assistantes sociales sont là pour épauler les victimes qui souffrent souvent dans la solitude, la crainte et la honte. La nature des violences les plongent dans l'isolement. L'application est venue justement pour les sortir de ce cercle infernal », ajoute la responsable.
« Stop violence numérique » est ainsi conçue pour fournir aux victimes des violences numériques et à tous les visiteurs des données et des informations riches et pratiques. Textes législatifs, dispositions et procédures juridiques, noms, numéros et adresses des différents intervenants... tout y est. « L'application fournit également un certain nombre de conseils aux victimes réelles ou potentielles des violences numériques pour qu'elles puissent y faire face », ajoute-t-on auprès de Tahadi.
Agressions prolongées
« Ce qui caractérise la violence numérique, c'est son aspect publique. La victime est doublement atteinte. Elle subie l'agression devant des centaines voire de milliers de « spectateurs ». C'est une atteinte à son intégrité qui se prolonge dans le temps et dans l'espace », nous explique Soukaina Zerradi, psychologue clinicienne, opérant auprès des victimes de violence numérique au centre d'écoute de l'ATEC. Une agression qui est revécue à répétition et à chaque fois que les photos ou les vidéos sont visionnées par des internautes « voyeuristes ».
« Le problème avec la violence numérique c'est son aspect « infini ». Les vidéos et les photos relatant l'acte peuvent être téléchargées, conservées et repartagées. Impossible de s'en débarrasser définitivement et c'est là le côté profondément destructif de ce type de violence surtout pour des victimes jeunes et vulnérables », regrette Bouchra Abdou.
Des propos confirmés par la psychologue qui est en contact direct avec la détresse des victimes et n'en connait que trop l'impact de telles épreuves sur leur santé psychique. Mais ce n'est pas tout ! Profondément tourmentées, la plupart ont eu des idées suicidaires à un certain moment et sont même passées à l'acte. « La mort devient une issue assez pratique à cet enfer », dévoile Zerradi.
Pire que la détresse d'être agressée sauvagement, d'être offertes malsainement aux commérages sur les réseaux sociaux, ces jeunes filles doivent affronter leur propre esprit. D'après la psychologue, les victimes de la violence numérique doivent surmonter, au préalable, un douloureux dilemme : Elles se considèrent comme coupables. « Elles ne se représentent pas comme étant des victimes. Tout au contraire, elles s'auto-incriminent et trouvent qu'elles sont coupables et responsables de ce qu'il leur arrive. Ce sentiment de honte de soi est encore plus accentué lorsqu'il s'agit d'affronter le regard stigmatisant des autres : La famille, les voisins, la société en général », analyse la psychologue.


Un frein psychique puissant qui empêche d'ailleurs la plupart des victimes d'aller dénoncer leurs agresseurs auprès de la police, comme nous l'affirme Bouchra Abdou. « Elles ont peur du scandale, de qu'on dira-t-on. Elles sont certaines que tout le monde va les considérer comme des filles faciles, des coupables qui ont creusé elles mêmes leur tombe », explique, avec regret, la directrice d'ATEC.
1,5 million de victimes
D'après une enquête menée par le Haut Commissariat au Plan concernant la cyber-violence, elles sont près de 1,5 million de femmes au Maroc à en être des victimes au moyen de courriels électroniques, d'appels téléphoniques, de SMS… avec une prévalence de 14%. Ceci tout en prenant en considération le grand nombre de victimes qui n'arrivent pas ou renoncent à leur droit de dénoncer ce type d'agressions. «Seule une femme sur dix dépose plainte quand il s'agit de violence numérique », affirme auparavant la directrice de Tahadi. Par « violence numérique » on indique toute violence ou agression ou harcèlement via les réseaux sociaux, à travers les outils technologiques que ça soit par des appels, des SMS, des messages, des photos...
Notons que les acteurs de la société civile multiplient les efforts de sensibilisation et d'accompagnement pour «mettre à profit», la loi 103-13 relative à la violence contre les femmes, fraichement mise en application. Car personne n'est à l'abri comme le confirme les différentes affaires éclatant ici et là ; tout en révélant le côté sombre de la révolution des moyens de communication et des réseaux sociaux, toutes catégories confondues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.