Météo Maroc: Temps nuageux avec pluies ce mardi 9 mars    Cette semaine en Liga...    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    Ahmad Ahmad et la CAF, c'est fini !    Bounou de retour !    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    L'OCP et le CAM s'allient pour un meilleur accès des agriculteurs aux solutions mobiles de financement    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Al Bayane fête le 8 mars    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Le Maroc élu à la vice-présidence    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Les femmes fortement impactées par la pandémie    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Barça: Laporta déclare la guerre au PSG à cause de Messi    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mise au point : « L'approche conspiratrice » adoptée par HRW fausse tout
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 01 - 2021

Les autorités publiques marocaines ont exprimé, ce mardi, leur "rejet catégorique" du chapitre consacré au Maroc dans le rapport mondial 2021 de l'organisation Human Rights Watch (HRW).
Suite à la publication par HRW de son rapport annuel 2021, les autorités publiques "rejettent catégoriquement" le chapitre consacré au Maroc, étant donné que cette organisation persiste dans son approche inappropriée pour l'évaluation de la situation des droits de l'Homme au Maroc, tout en faisant fi, avec préméditation, des prérequis méthodologiques et des normes en vigueur dans le travail des organisations non gouvernementales, notamment l'impartialité et l'objectivité.
Les autorités publiques, tout en déplorant l'instrumentalisation, encore une fois, par HRW du discours des droits de l'Homme pour véhiculer des allégations et mensonges qui incarnent des positions politiques concernant le Sahara marocain, pourtant démenties par la réalité sur le terrain et l'évolution de la situation sur la scène internationale, en particulier les récentes résolutions du Conseil de sécurité, réaffirment leur fort engagement en faveur du processus onusien et son soutien aux efforts déployés par les Nations-Unies pour parvenir à une solution politique réaliste et pragmatique, fondée sur le compromis, dans le plein respect de l'unité et de la souveraineté du Royaume du Maroc, indique un communiqué de la Délégation interministérielle aux droits de l'Homme (DIDH).
Par ailleurs, poursuit le communiqué, les autorités publiques, qui déplorent le fait que les conclusions contenues dans le rapport soient fondées sur des jugements de valeur non basés sur des faits mais plutôt sur des idées préconçues de l'organisation sur le Maroc, s'étonnent de l'évaluation arbitraire que HRW a tenté de véhiculer en ce qui concerne le système de justice pénale et la liberté de rassemblement et ce, à travers des allégations infondées et établies sur d'anciens cas spécifiques, sachant que la période concernée par le rapport est exceptionnelle, ayant obligé tous les pays du monde, y compris le Maroc, à prendre les mesures de précaution et de prévention nécessaires pour faire face à la pandémie pour protéger les droits et les libertés fondamentaux, et non pour les restreindre, comme le prétend l'organisation.
Dans le même contexte, et contrairement aux allégations de cette organisation, les autorités publiques réaffirment leur engagement à garantir l'exercice de l'action associative, des libertés de rassemblement et de création d'associations sur l'ensemble du territoire national sans aucune restriction ni discrimination quelconque et ce, conformément aux dispositions de la Constitution et de la loi, ajoute-t-on de même source.
Les autorités publiques affirment également leur rejet catégorique des prétendues restrictions des libertés d'expression avancées par l'organisation, étant donné que les personnes objets de ces allégations ont été poursuivies pour des actes s'inscrivant dans le cadre d'affaires de droit commun et que les dossiers de leur majorité sont toujours devant la justice, ce qui fait de toutes conclusions ou interprétations émises par une quelconque partie à cet égard une ingérence dans les affaires d'une autorité indépendante.
Les autorités publiques considèrent en outre que l'approche conspiratrice adoptée par HRW, qu'elles ont toujours réfutée, a fait que l'organisation a présenté des faits irréels et une image fausse sur la réalité et les acquis des droits de l'Homme à travers le Royaume, notant qu'il aurait été plutôt judicieux pour cette organisation de dénoncer les violations flagrantes des droits de l'Homme à l'encontre des séquestrés dans les camps de Tindouf, qui endurent au quotidien humiliation, privation des droits fondamentaux et violation des libertés.
Tout en réitérant leur rejet de cette approche par laquelle HRW continue d'évaluer la situation des droits de l'Homme au Maroc, les autorités publiques attirent l'attention de cette organisation sur le fait que la politisation des droits de l'Homme est une option inutile, qui va à l'encontre de la nature des missions des ONG censées contribuer de manière constructive aux efforts des Etats en vue de promouvoir et de protéger les droits de l'Homme, conclut le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.