Tensions à Jérusalem: Washington appelle à la « désescalade »    Fès ne connaîtra pas des restrictions exceptionnelles de déplacement (autorités)    Le Maroc reçoit deux millions doses supplémentaires de vaccin de la Chine    Journée Internationale de l'Arganier : le Maroc et l'ONU célèbrent ce patrimoine immatériel(Reportage)    Météo: le temps prévu ce mardi 11 mai au Maroc    El Othmani a-t-il vraiment menacé de démissionner du gouvernement?    Manifestations à Rabat et Casablanca en solidarité avec la Palestine    Covid: le variant B.1.617 découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS    Nasser Bourita s'est entretenu avec son homologue burundais    Italie: pas de Serie A pour la Juve si elle reste dans la Super Ligue    Mutandis SCA: Châabi Capital Investissement réduit ses parts (AMMC)    CAF : Le Tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations Féminine "Total, Maroc 2022"    Vaccination : réception de 2 millions de doses supplémentaires du vaccin Sinopharm    Covid-19: Les déplacements de et vers la ville de Fès, du 11 au 16 mai soumis à conditions    La croissance du PIB réel au Maroc prévue à 4,8% en 2021    Le PSG s'éloigne du titre    Manchester United fait attendre City en gagnant à Aston Villa    Le Maroc dénonce les violences israéliennes à Al-Qods    De nouvelles dispositions ravivent les espoirs des « petits » partis    Le Maroc réélu au comité exécutif    Campagne de solidarité en faveur des artistes    Bras de fer entre les professionnels du cinéma et le CCM !    L'Opinion: Délais de paiement, la croix des TPE    Botola Pro: la phase aller en chiffres    La Fondation Mohammed VI insiste sur la sauvegarde et le développement de l'arganier    L'association Arts et Cultures se mobilise en faveur de l'inclusion sociale et du développement humain    Arts plastiques: Ces maîtres «singuliers»    Artisanat : le Maroc triple ses exportations vers l'Australie    Akhannouch à El Mundo : Le Maroc a besoin de positions qui rétablissent la confiance dans les relations avec Madrid    Les marches du Hirak doivent être «déclarées»... «L'Algérie Nouvelle s'installe dans la dictature», selon la LADDH    Sahara : la RDC réaffirme le caractère sérieux et crédible de l'Initiative marocaine d'autonomie    Patrick Buisson, ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy : «J'ai tendance à considérer que les musulmans sont des êtres supérieurs»    Liga / Zidane : « On va se battre jusqu'au bout ! »    Le Maroc lance un programme de bourses d'excellence destinés aux étudiants de pays subsahariens    Nouvelle tribune de militaires : le monde de la défense en France n'en peut plus du délitement du pays    Les raisons de la brouille entre le Maroc et l'Allemagne    Hakimi au sommet de la Botte    Maroc/Campagne céréalière: Des mesures incitatives à la commercialisation de la production nationale    Mohamed Laroussi: «méditations et médisances»    Mosquée Al-Aqsa: des dizaines de Palestiniens blessés dans des attaques de l'armée d'occupation    L'ORSEM et AtlantaSanad Assurance publient un guide RSE sur les conditions du travail au Maroc    Croissance, finances publiques, marché des taux…CDG Capital expose ses prévisions pour 2021 et 2022    Abdelmadjid Tebboune ordonne la résiliation des contrats noués avec les sociétés marocaines    Canada : le Maroc contourne l'embargo pour équiper ses drones turcs    Géostratégie : Le renforcement régional du Maroc vu d'Espagne    Interview avec Abderrahmane Chabib : «les institutions nationales manquent de Public-Diplomacy»    Zlatan Ibrahimovic blessé à 5 semaines de l'Euro    Marrakech : La société civile mobilisée pour préserver le cachet de la Place de Jemaa El Fna (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Rester ou partir ». Un film sur les libertés sexuelles au Mobil Film Festival Africa
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 02 - 2021

Le premier court métrage de Soufiane Hennani « Rester ou partir » (Stay or leave) contre les lois liberticides au Maroc vient d'être sélectionné au Mobil Film Festival Africa (saison 2020).


Dans un Maroc où les libertés sexuelles et corporelles sont interdites, vues comme une honte, une déviation, un péché. Faut-il rester ou partir ? Voici le message véhiculé par Soufiane Hennani dans son premier court métrage « Partir ou rester ? ». « Mon film parle de libertés individuelles au Maroc et la difficulté des jeunes à se projeter dans une société conservatrice mais au même temps, permissive », nous confie le créateur du podcast Machi Rojola.
Âgé de 28 ans, le jeune chercheur en biologie moléculaire (Faculté de Médecine à Casablanca) nous explique que c'est son engagement pour les droits humains et les libertés individuelles qui l'a mené vers différentes formes d'expression comme la photo, la réalisation, l'écriture ou le podcast…« Pendant le confinement, je prenais des cours de réalisation en ligne avec la réalisatrice canadienne Karine Hazé. Au même temps, je prenais beaucoup d'images du quotidien et du mal être que nous avons toutes et tous vécu pendant le confinement. Le sujet m'est apparu évident suite à une conversation que j'ai eu avec mon amie présente dans le film ».
Pour un Maroc libre et pluriel
Soufiane Hennani. Crédit photo Fathallah El Fihri

Heureux de voir son projet sélectionné parmi 51 films originaires de 23 pays au Mobil Film Festival Africa, Sofiane Hennani estime que « montrer son travail à une échelle africaine et internationale lui permettrait de donner de la visibilité à d'autres projets sur lesquels il est engagé tel que le podcast Machi Rojola », un podcast qui repense et questionne les masculinités au Maroc sous un prisme féministe et intersectionnel. « Notre but est de promouvoir des masculinités positives et plurielles et lutter contre des masculinités toxiques, hégémoniques et dominantes, précise-t-il ».
Le réalisateur qui dédie son court métrage aux victimes des lois liberticides au Maroc, rappelle que « c'est en multipliant les projets comme Machi Rojola et Moroccan out laws que nous arriverons à libérer la parole et à nous rendre compte que nous sommes nombreuses et nombreux à vouloir vivre dans un Maroc libre et pluriel ».



Avec très peu de moyens, Soufiane Hennani a réussi le pari difficile exigé par le festival digital qui consiste à filmer avec un Smartphone un court-métrage ne dépassant pas une minute. Le format très réduit du film ne l'a pas empêché de rendre son message plus poignant : « La contrainte du temps rendait difficile la narration d'une histoire complète. Un défi que j'ai pu relever en traitant un sujet qui me tient à cœur », conclut-il.

LIRE AUSSI :
Cinéma. Yazid El Kadiri remporte le 1er prix du Festival « Panorama » en Tunisie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.