L'AMDH-Nador dénonce les refus de rapatrier des dépouilles de Marocains décédés à Melilla    Revue de presse quotidienne de ce jeudi 26 mai 2022    Hilton s'installe à la Marina d'Agadir    Trésor : la dette à 960 MMDH en 2022    Réduction des charges, situation des cultures, récolte : Sadiki fait le point chez les conseillers    Halilhodzic : La sélection nationale accessible à tout joueur capable d'apporter un plus    La sélection marocaine de para-athlétisme au Grand Prix de Paris en juin    Plus de 200 cas confirmés de variole du singe dans le monde    Sénégal : onze nouveau-nés tués dans un incendie dans un hôpital    Maroc : Le journaliste Soulaiman Raissouni transféré à la prison d'Ain Borja    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    Politiques migratoires et chiffres    Tanger: lancement de l'exercice de recherche et de sauvetage en mer «Sarex Détroit 2022»    Ligue des Champions d'Afrique : Lancement ce jeudi de la vente des billets de la finale    Education par le sport : lancement officiel du centre Tibu-Casa Settat    Le Suriname inaugure son ambassade à Rabat    Economie circulaire: les recommandations du CESE en 4 points clés    Cameroun : 140 morts en sept mois dans une résurgence du choléra    Accidents de la circulation : 18 morts et 2.333 blessés en une semaine    Pivot asiatique des Etats-Unis : première Tournée du Président Biden en Asie    Festival des Musiques Sacrées du Monde de Fès. « L'architecture et le sacré » à l'honneur    Diplomatie algérienne : Récit d'un naufrage    La circulation entre Sidi Maarouf et Bouskoura suspendue ce jeudi soir    Un Marocain sur deux serait en état de dépression    La BAD prévoit 1,8% de croissance et plus de 4% d'inflation au Maroc en 2022    Gestion de l'eau: «le Maroc peut profiter l'expérience israélienne», assure Orit Farkash-Hacohen    Visite de travail du CESE du Maroc en Côte d'Ivoire    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    Hakim Ziyech s'en prend violemment à Vahid Halilhodzic (VIDEO)    Maroc/Covid-19: 170 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Découvrez « Yallah Rouh », le dernier clip de Samira Saïd (VIDEO)    La danseuse Maya au cœur d'une polémique    Frontières maritimes : L'ambassadrice du Maroc en Espagne tente de rassurer les Iles Canaries    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    Qui est Salvador Ramos, le tireur d'Uvalde ?    Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner    Le Maroc accueille une réunion de militaires et civils libyens    Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective    Le Museo Arqueológico Nacional célèbre les liens entre le Maroc et l'Espagne dans sa nouvelle exposition    La liste des 25 Lions de l'Atlas pour la date FIFA de juin 2022    Sélection nationale: voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Variole du singe au Maroc : les 3 cas suspects testés négatifs    L'espace maroco-italien invite Mohamed El Jem et sa troupe chez Da Vinci    Fusillade au Texas. Biden tire sur le lobby des armes    Chelsea passe des Russes aux Américains    Les couleurs du Maroc brillent à Cannes pour la troisième année consécutive    SIEL : la 27e édition célèbre la littérature africaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



2M. Les dessous de l'affaire Pegasus
Publié dans L'observateur du Maroc le 27 - 01 - 2022

«Pegasus, les dessous d'une affaire». Le Grand format de 2M présenté, mercredi 26 janvier en fin de soirée, a tenu la promesse énoncée dans son titre. De nouveaux éléments de réponse ont été apportés à ces grandes questions posées dès le début de cette émission d'investigation par son présentateur, Youssef Zouitni : Est-ce par hasard que l'affaire Pegasus ciblant le Maroc, en particulier, et dont l'instigateur est encore inconnu a éclaté le 18 juillet 2021, soit 12 jours avant la fête du Trône ? Et qui a intérêt à déstabiliser le Royaume en liant l'affaire Pegasus au pays dérangeant qu'est devenu le Maroc ?
Face aux caméras de 2M, maîtres Olivier Baratelli et Rodolphe Bosselut affirment, qu'ils ont, eux aussi, posé cette dernière question à la Justice française qui tarde encore à leur répondre. Les deux avocats du Royaume dans cette affaire soulignent que le Maroc a été injustement ciblé par des accusations sans fondement et que ses diffamateurs doivent donc répondre de leurs actes.
«C'est une question de principe pour le Royaume qui défend en l'occurrence les services de sécurité, les institutions et les fonctionnaires diffamés», assurent-ils.
Les deux avocats regrettent que les meneurs de la cabale contre le Maroc tentent de se réfugier derrière l'écran de fumée de l'irrecevabilité de l'affaire, au lieu d'apporter des preuves sur les mensonges qu'ils ont colportés à travers le réseau Forbiden Stories.
«Nous ne lâcherons rien», insiste Me Rodolphe Bosselut. Son collègue, Me Baratelli invoque des jurisprudences qui ne laissent aucun doute sur la recevabilité de la plainte du Maroc.
En attendant que la Justice française fasse son travail, le mystère reste entier concernant l'émetteur ou les émetteurs de la liste comportant les 200.000 redevenus 50 .000 noms supposés avoir été espionnés pour une grande partie par le Maroc.
Pour tenter de lever ce mystère, les investigateurs de 2M ont cherché des éclairages auprès d'éminents spécialistes des médias comme Pascal Airault, Dominique Wolton et François Soudan, et auprès de l'expert dans le renseignement Alain Juillet. Tous ont indiqué que le b.a-ba du travail journalistique professionnel n'ont pas été respectés dans l'affaire Pegasus. Wolton a regretté que certains médias véhiculent de fausses informations, sans le moindre recoupement, rien que pour être les premiers à les publier. Plus grave encore, ajoute Alain Juillet en faisant le parallèle avec l'affaire Clearstream ayant ciblé en France Nicholas Sarkozy, quand il était ministre de l'Intérieur, la manipulation n'est jamais loin.
«Il y a des gens qui ont intérêt à opposer certains pays à d'autres, en l'occurrence le Maroc et la France», poursuit-il, en s'étonnant de ne constater qu'aucun américain, par exemple, n'est cité ni dans l'affaire Pegasus ni dans les Panama Papers ou encore dans les China Papers.
Les investigateurs de 2M se sont intéressés à Forbiden Stories en tant qu'entité. Ils ont trouvé son adresse à Paris, mais n'ont pas trouvé le bureau qu'elle indique. Ils ont aussi relevé que cette organisation à but non lucratif dispose d'une liste bien fournie de bailleurs de fonds européens et américains. Ils ont également remarqué que la liste à l'origine de l'affaire Pegasus a été d'abord remise à Berlin en Allemagne, pays qui est publiquement connu pour son utilisation du logiciel Pegasus, mais qui n'a pas été cité par Forbiden Stories.
C'est justement vers l'Allemagne que se sont tournés les investigateurs de 2M. Avant le lancement de la cabale contre le Maroc, ce pays avait multiplié les actes hostiles à l'encontre du Royaume. Les autorités allemandes ont tout fait pour court-circuiter la médiation marocaine dans le processus de réconciliation inter-libyen. Elles ont fermé les yeux sur la profanation du drapeau national au siège de l'ambassade du Maroc à Berlin. Pire, elles ont entouré de leur bienveillance le terroriste Mohamed Hajib qui s'est spécialisé dans l'injure des institutions marocaines.
Youssef Zouitni s'est étonné de constater que ce propagandiste a même annoncé l'affaire Pegasus dans l'une de ces vidéos, en parlant de graves fuites de listes compromettantes, 72 heures avant l'éclatement de l'affaire Pegasus. «Qui a informé ce protégé des Allemands?».
Pour François Soudan, il ne fait aucun doute que l'Allemagne, qui ne cache pas ses ambitions africaines, est gênée par le leadership grandissant du Maroc au sein de son continent. «Avec la politique dynamique et avisée du Roi Mohammed VI, le Royaume suscite des jalousies», confirme Christian Cambon, président de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat français.
Une jalousie clairement affichée à travers le rapport du think-tank allemand SWP, que financent les autorités allemandes, appelant à «un rééquilibrage des forces au Maghreb pour contre l'hégémonie marocaine».
C'est à l'aune de ces éclairages présentés par 2M qu'il faut lire l'affaire Pegasus qui ne restera pas sans suite. «Pour faire éclater la vérité, nous irons jusqu'à l'épuisement de tous les recours possibles, y compris celui de la cour européenne de justice», prévient Me Olivier Baratelli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.