Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pop art exubérant made in Morocco
Publié dans L'observateur du Maroc le 28 - 07 - 2014

L'Observateur du Maroc : Vous avez fait le buzz dernièrement avec vos collages un peu décalés. Comment vous est venue l'idée du « GB Art & Photography »?
GHITA BELAMLIH : Lors de mes premières années d'études en architecture, j'ai eu l'occasion d'expérimenter la technique du collage papier, mais aussi la chance de manipuler la composition d'image 3D. Au début, cela m'amusait et c'est en alliant l'amour de ma culture et ma créativité que l'idée de ces collages m'est venue.
On qualifie votre travail de pop art oriental, qu'en pensez-vous ?
J'ai toujours été attirée par les oeuvres Pop Art d'artistes comme Andy Warhol et Roy Lichtenstein. Assimiler mon travail à un courant aussi incroyable que celui du Pop Art est plus que gratifiant pour moi.
Qu'est ce qui vous inspire ?
Un rien m'inspire. J'ai toujours été attirée par tous les domaines qui touchent à la créativité, que ce soit l'art, l'architecture, la photographie, le cinéma. Mais pas seulement. La « fausse » banalité du quotidien est peut être la plus inspirante quand on sait y voir ce que tout le monde ne voit pas forcément ou du moins n'y accorde pas d'importance.
Vous fusionnez le traditionnel et le moderne, l'Orient et l'Occident, le chic et le kitch. Que recherchez-vous en faisant cela ?
Je cherche à créer des ponts entre les différentes cultures et univers car l'échange c'est l'enrichissement mutuel.
Oum Kalthoum en baskets ? Beyoncé en femme berbère ? Pharrell Williams en Djellaba ? Nelson Mandela portant la Chachiya ? Quel est votre objectif ?
Mon travail les rapproche de notre époque, les désacralise pour les aînés et les dépoussière pour les plus jeunes, mais pas seulement. Il y a certes cette envie d'ancrer ces personnages dans le contexte actuel mais aussi surtout de rester dans cette idée de pop art exubérant, ce brassage culturel, qui met avant tout en valeur la culture orientale.
Vous parlez même de « printemps culturel » ?
Oui, il n'y a jamais eu un tel engouement pour l'art ou du moins affiché. Il n'y a qu'à voir la quantité de jeunes arabes talentueux qui sortent de l'ombre et s'expriment artistiquement sur tous les supports et par tous les moyens. Les webzines spécialisés sur l'Orient sont de plus en plus nombreux et on ne peut s'empêcher de qualifier ce phénomène de « printemps culturel » par son ampleur et sa contagiosité.
Qu'est ce qui vous révolte ?
Ce qui me révolte, ce sont les gens qui dénigrent leur pays et/ou ne réalisent pas à quel point leur culture est riche et extraordinaire et qu'il faut en être fier au lieu d'aller toujours regarder vers nos voisins européens. Nous sommes capables de faire des choses merveilleuses en partant de nos racines, et en les adaptant à la vie moderne.
On a l'impression que pour vous, l'art est un jeu. Cette touche d'humour n'est-elle pas parfois provocatrice ?
L'humour occupe une place centrale dans mon travail. On peut appeler ça un jeu, car je joue avec les codes culturels et les icônes en les inversant, les mélangeant. L'humour naît de ce brassage inattendu et confus de toutes ces données visuelles. Provocatrice oui, mais pas dans le mauvais sens, j'espère plutôt provoquer l'énorme sourire du public.
Etes-vous consciente que vous réinterprétez les codes de la culture marocaine, arabe et berbère?
Evidemment que oui. Cette réinterprétation est d'ailleurs le fil conducteur entre tous mes collages. De nos jours, le monde arabomusulman est perçu de manière négative, comme une civilisation arriérée et minée par le spectre de l'obscurantisme, et pour moi, parer des icônes de symboles orientaux et vice-versa est un appel à la tolérance et à l'acceptation des différentes cultures. Une façon de montrer un Orient rayonnant doté d'une richesse culturelle incroyable.
Est-ce qu'il y a des artistes en particulier qui vous inspirent?
Je suis sensible à des artistes étrangers comme Andy Warhol, Mr Brainwash, Pablo Picasso, Basquiat et tant d'autres. Côté marocain, j'admire particulièrement le travail de la grande Châaibia Tallal, Mahi Binebine et Jilali Gharbaoui et la liste est encore longue !
Que pensez-vous de la situation de l'art au Maroc ?
Je suis encore jeune pour avoir suffisamment de recul sur la situation de l'art dans notre pays. Mais je pense que les choses bougent pas mal actuellement, mais cela reste réservé aux élites et à aux cercles d'initiés à l'art. Le Maroc a besoin d'espaces culturels, musées et galeries accessibles à tous pour que tout le monde puisse s'imprégner de l'art.
Avez-vous des projets d'expositions au Maroc ?
J'espère vous annoncer très bientôt une expo pour la fin de l'été, je prends mon temps afin de trouver l'endroit idéal ! ❚


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.