Résolution du PE: un eurodéputé prend la défense du Maroc    Benmoussa devant les diplomates: mais où sont passés les ambassadeurs d'Espagne et d'Allemagne?    Charte des services publics: le projet de loi adopté à l'unanimité par la 2ème Chambre    Marhaba 2021: les premiers MRE débarquent à Ouarzazate !    La Bourse de Casablanca finit en repli    Les coulisses de la visite d'Ismaël Haniyeh au Maroc    Israël lance une page Facebook dédiée au Maroc (PHOTO)    Euro 2020: les chances de qualification de la Turquie compromises (VIDEO)    Sergio Ramos quitte le Real Madrid    Yassine Bounou dans le viseur de trois clubs anglais    Maroc/Covid-19: le nombre de personnes complètement vaccinées à ce jour    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Nordin Amrabat : "Il y a un certain intérêt de clubs de laLiga"    Botola Pro D1 :Le programme de la 22e journée    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Services juridiques à distance: lancement d'une nouvelle plateforme au profit des MRE    Averses orageuses localement fortes durant 48 heures dans plusieurs provinces marocaines    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Maroc et la Serbie dans une approche tridimensionnelle pour l'Afrique, dit El Malki    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khiame réexplique aux Français la stratégie antiterroriste marocaine
Publié dans L'observateur du Maroc le 18 - 06 - 2018

Abdelhak El Khayam, directeur du Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ).
"Avoir des renseignements sur une personne radicalisée et ne pas pouvoir l'interpeller... Aberrant !", s'indigne Abdelhak Khiame, dans un entretien publié par Valeurs actuelles. Dans sa dernière livraison, cet hebdomadaire français a choisi ce titre pour son focus sur la lutte contre le terrorisme au Maroc.
Sous l'impulsion du Roi Mohammed VI, le Maroc a adopté, depuis les attentats de Casablanca, une politique sécuritaire anticipative, a affirmé le directeur du bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ).
« Grâce à une loi votée en 2003, il y a, certes, eu le renforcement de l'arsenal juridique et sécuritaire, permettant d'agir avant qu'un terroriste ne passe à l'acte, mais également la réforme intégrale du champ religieux pour ne pas laisser l'islam à l'emprise des mouvances extrémistes », a expliqué Khiame.
« Cet aspect est essentiel. Il a fallu aussi lutter contre la précarité et la pauvreté, le meilleur terreau de l'Etat islamique », a ajouté le patron du BCIJ, rappelant en outre que depuis 2015, 815 terroristes ont été interpellés et remis à la justice.
« En 2017, nous avons neutralisé 186 terroristes. Depuis la création du BCIJ, nous avons démantelé 21 cellules terroristes en 2015, 19 en 2016, 9 en 2017 et 4 pour le moment [au 25 avril, NDLR] en 2018 », a-t-il encore dit. Il a aussi rappelé que le BCIJ dépend de la Direction générale de la surveillance du territoire, faisant savoir que ce sont les agents de toutes les directions de ce service qui communiquent les renseignements avant que les cellules ne passent à l'acte.
Cette stratégie anticipative permet de gagner un temps considérable avant d'intervenir puisque tout est décloisonné, a fait valoir Khiame, précisant que le BCIJ a ainsi accès aux renseignements du terrain, qu'il peut croiser avec des analyses ou avec des renseignements partagés avec d'autres pays.
« Pouvoir croiser le renseignement local et le renseignement plus éloigné permet d'être efficace pour arrêter de manière préventive des terroristes potentiels », a-t-il soutenu.
Khiame a, par ailleurs, qualifié d'excellente la coopération sécuritaire avec la France, faisant savoir que le BCIJ échange beaucoup avec les services français, principalement la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure], mais aussi avec la police judiciaire française.
« Quand on a un renseignement concernant un ressortissant, on le communique systématiquement », a-t-il précisé. Il a, d'autre part, fait état d'une baisse de la radicalisation au Maroc depuis quelques mois, notant qu'avant la prison, de nombreuses équipes constituées de juristes, psychologues, sociologues, oulémas interviennent pour toucher les populations à risque.
Ces spécialistes interviennent aussi dans le milieu carcéral pour amener les terroristes à réviser leur opinion sur le djihad, a indiqué Khiame, estimant que « cela fonctionne plutôt bien, certains ont même été graciés après leur déradicalisation ; aujourd'hui, ils sont quelques-uns à s'investir en politique et à s'adresser aux publics fragiles pour les sensibiliser ».
Le patron du BCIJ a en outre évoqué le lien établi entre le Polisario et les réseaux terroristes dans la région, faisant savoir que 100 séparatistes du Polisario évoluant dans des mouvements islamistes ont été recensés.
Ce conflit déstabilise la région et offre à Daech, une opportunité pour continuer d'exister, a-t-il insisté, notant que « quand on découvre après le crash de l'avion militaire algérien, le 11 avril dernier, que figuraient sur la liste des passagers 26 membres du Polisario, qui étaient donc transportés par les autorités algériennes...Cette hostilité de l'Algérie doit cesser ».
Selon lui, les organisations terroristes profitent des réseaux des trafics des cités, la cocaïne, mais aussi l'immigration clandestine, le trafic des pièces d'identité et d'armes.
Tous ces crimes financent le terrorisme, a-t-il dit, ajoutant que les mouvements terroristes cherchent des ressources.
« Des mouvements religieux extrémistes, assurent régulièrement l'escorte d'acheminement de produits contrefaits ou prohibés. Il y a une vraie connexion », a-t-il poursuivi, précisant qu' »on a observé récemment, pour financer le départ de volontaires en Syrie, un cas de réseau de contrefaçon de produits alimentaires et de santé ».
Dans un reportage réalisé à Rabat et intitulé: « Maroc : les secrets de la lutte contre le terrorisme », Valeurs actuelles souligne que frappé durement par les attentats de Casablanca (2003) et Marrakech (2011), le Royaume a entièrement réformé l'encadrement de l'islam et transformé ses services de renseignements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.