Selon l'USFP, l'accueil de Brahim Ghali en Espagne est un «scandale» et une «trahison»    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Gloire au peuple palestinien    Tétouan: Quatre personnes interpellées pour escroquerie et vol    Covid-19 : Un allègement du couvre feu prévu après le ramadan    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Israël : Péril en la demeure    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Législatives 2021: Le PAM accélère la cadence    FC Séville: Lopetegui explique pourquoi il écarte El Haddadi    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Le leadership marocain en matière de protection de la biodiversité mis en exergue à Tokyo    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    La LADDH dénonce "la grave" détérioration de la situation des droits de l'Homme en Algérie    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Allemagne : Jusqu'à un tiers des emplois du secteur auto menacé par l'électrique    Edito : Data cash    Lutte contre la production de sacs en plastique interdits : Démantèlement d'un atelier clandestin à Benslimane    Ch'hiwa bel khef: pâte à pizza (VIDEO)    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Akid sanctionné par l'OCK    Le dirham s'apprécie face à l' euro du 29 avril au 5 mai    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Fatima Tabaamrant : la voix engagée !    Musique : Un album posthume du rappeur DMX prévu pour le 28 mai    France: "covid" au masculin et en minuscule dans "Le Petit Robert" 2022    Observation mercredi du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual (ministère)    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    Gaza : Israël dit avoir frappé 130 cibles militaires et éliminé 15 militants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benchaâboun: Le Maroc lèvera un milliard d'euros à l'international en 2019
Publié dans L'observateur du Maroc le 26 - 11 - 2018

Le Maroc compte lever un milliard d'euros sur le marché financier international en 2019, a annoncé le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun.
Une émission sur le marché financier international « est envisagée en 2019, autour d'un milliard d'euros ou de dollars, mais tout dépend bien évidemment des conditions qui seront offertes par le marché et de l'appétit des investisseurs », confirme Benchaâboun à nos confrères de « L'Economiste ».
Une telle émission, explique-t-il, permettrait d'établir une nouvelle référence pour la signature du Maroc sur le marché financier d'où il s'est absenté depuis 2014 et de renforcer le stock des avoirs extérieurs du Royaume, en particulier « dans un contexte de pression sur notre balance commerciale en raison de la hausse des prix du pétrole ».
« Ce serait aussi une occasion pour renouer le contact avec nos investisseurs internationaux et leur présenter les dernières réformes aussi bien sectorielles que structurelles engagées par notre pays », ajoute le ministre, notant que « le choix de sortir est souvent motivé par des considérations de coûts et de risques, notamment l'écart entre le coût de mobilisation des fonds sur le marché domestique et celui à l'international ainsi que le niveau de la liquidité sur le marché local ».
Parallèlement, Benchaâboun, qui a abordé le sujet de l'endettement, se réjouit que le Maroc « se compare très favorablement par rapport aux normes internationales et à plusieurs pays développés ou émergents ».
« Notre niveau d'endettement reste en deçà du seuil de 70% fixé par le FMI pour les pays émergents », relève-t-il, ajoutant que malgré la hausse qu'a connue l'endettement ces dernières années, « sa structure reste saine telle que l'attestent les principaux indicateurs de coût et de risque qui restent maîtrisés avec une répartition adéquate entre dette intérieure et extérieure et entre court terme et moyen-long terme ».
L'encours de la dette du Trésor se compose de 78% de dette domestique et de 22% de dette extérieure, précise-t-il, ajoutant que la durée de vie moyenne de la dette du Trésor à fin 2017, de 6 ans et 10 mois, ainsi que la part du court terme qui ne dépasse pas 12,4%, « témoignent de la maîtrise du risque de refinancement ».
Par ailleurs, le Maroc, « compte tenu d'un contexte marqué notamment par les risques de flambée des cours du pétrole en relation avec les tensions géopolitiques, les incertitudes sur la croissance en Europe, la montée de la vague du protectionnisme et le retrait des politiques monétaires non conventionnelles dans les pays avancés, a demandé au FMI de bénéficier d'un nouvel accord au titre d'une ligne de précaution et de liquidité (LPL), fait savoir Benchaâboun.
« Des consultations sont en cours avec ses services en prévision de l'approbation par son conseil d'administration », indique-t-il, estimant que le montant de cette nouvelle facilité devrait être en baisse par rapport au dernier accord, qui reflète « le renforcement des fondamentaux de notre économie et de sa résilience aux chocs exogènes ».
La LPL, qui permet de contribuer à l'amélioration du coût des emprunts du Maroc sur le marché financier international, est un accord à titre de précaution, explique le ministre, faisant savoir que le Maroc n'envisagera pas de tirer sur cette ligne, sauf en cas de dégradation significative de la conjoncture internationale.
« Nous avons déjà bénéficié, sans les utiliser, de trois accords de LPL de 2 ans chacun et pour des montants respectifs de 6,2 milliards, 5 et 3,5 milliards de dollars », rappelle-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.