Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'émission obligataire de 1,5 milliard de dollars souscrite plusieurs fois
Publié dans Albayane le 11 - 12 - 2012


Levée à l'international, une opération réussie
Selon les analystes financiers de la banque d'affaires Attijari Intermediation, la sortie à l'international du Maroc s'est avérée une réelle réussite. Une opération particulièrement louable dans le contexte économique mondial actuel, preuve de l'attrait toujours vif que représente le papier marocain, à chaque sortie, pour les investisseurs étrangers. Ainsi au terme d'une tournée qui a duré plus d'une semaine, la délégation marocaine, accompagnée d'acteurs de référence sur les marchés financiers internationaux, a réussi un taux de sursouscription de 6 fois. Preuve d'un accueil chaleureux, l'issue de cette sortie à l'international présente une véritable source de satisfaction. Le Maroc confirme ainsi sa bonne image à l'international, notent les auteurs de ce commentaire.
Trois principaux arguments militent en faveur des dettes émergentes:
Une liquidité abondante en quête d'un rendement raisonnable pour un niveau de risque tolérable ;
Des difficultés persistantes des pays périphériques de la zone euro ;
Des perspectives économiques sujettes au doute dans les pays développés.
Si les conditions à l'international sont réunies pour une émission de dette émergente, le Maroc a tout intérêt à saisir cette occasion dans sa quête de refinancement en devise.
Un taux d'endettement au-dessous de 60% du PIB
Cet emprunt à l'international ne devrait pas, outre mesure, pénaliser les indicateurs d'endettement du pays, ni entacher les ratios des finances publiques du Maroc. En effet, les données macroéconomiques du pays permettent d'attester de leur bonne tenue. Premier indicateur de taille, le taux d'endettement du Trésor à fin 2011 qui s'établit à 52,9% soit un niveau inférieur au seuil de 60% tel que recommandé par le FMI. Deuxième indicateur tout aussi important, la répartition de l'encours global de la dette du Trésor entre financement interne et externe demeure quasi-stable ces cinq dernières années et oscille autour de la structure optimale préconisée par le ministère des Finances qui est de (75% intérieur vs 25% extérieur).
La dette marocaine et le rating du risque pays sont mieux lotis par rapport aux pays européens comme l'Espagne. Par ailleurs, la dette extérieure en % du PIB du Maroc demeure à des niveaux très faibles en comparaison avec d'autres pays émergents.
Le Maroc n'est pas à sa première sortie réussie à l'international. Déjà, en 2003, le Trésor, accompagné d'acteurs de référence sur le marché international, a réussi son pari. En 2007, l'argentier de l'Etat réitère l'expérience avec grand succès, sans compter l'année 2010 où il a réussi à obtenir une prime de risque très satisfaisante, accordée en marge de son nouveau statut «Inversement Grade». En 2012, le Trésor renouvelle sa tentative avec un succès au rendez-vous. De plus, cette émission est la première en son genre: libellé en dollars, elle permet de toucher un panel d'investisseurs élargi et de gagner une plus grande profondeur du marché des Eurobonds en dollars.
Apport de liquidités extérieures
Sur le marché monétaire marocain, la nouvelle a été très bien accueillie et a généré l'enthousiasme des opérateurs de marché espérant que cet emprunt à l'international ouvrira la voie à d'autres opérations du même genre en cas de nécessité. A l'instar de la dernière levée sur les marchés financiers étrangers en 2010 qui a pu soulager les réserves de change de plus de 11 milliards DH, cette nouvelle opération se joindrait à l'action de la Banque Centrale en renflouant les réserves de changes marocaines et en atténuant de facto le déficit de la balance des paiements de quelques 13 milliards DH
Le Trésor concrétise sa volonté de diversifier ses sources de financement, et lance un message clé aux opérateurs de marché à travers ce nouvel emprunt sur les marchés internationaux. L'Etat marocain diminue ainsi les pressions sur la liquidité domestique. En effet, tout au long de l'année 2012, la courbe primaire a poursuivi son chemin haussier face à des besoins grandissants du Trésor au titre de l'exécution de la loi de finances 2012 auxquels les investisseurs ont eu du mal à satisfaire.
Dans ce contexte, cette levée à l'international soulagera le marché intérieur à travers un apport de liquidité extérieur. Du côté des taux obligataires, la courbe primaire pourrait connaître une stabilisation voire une légère baisse en cette fin d'année liée à l'anticipation des acteurs de marché du recul des levées du Trésor sur le marché domestique.
D'après les analystes, les retombées de cette opération sont nombreuses, dont notamment, (i) une bonification de la liquidité sur le marché monétaire ; (ii) un relèvement des réserves de change de prés de 12 jours d'importation pour les porter au-delà du seuil fatidique de 4 mois ; (iii) une diminution de la pression sur les taux des marchés primaire et secondaire ; et (iv) une optimisation du coût de la dette publique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.