Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vidéo-Bourita: « Le Pacte mondial sur les migrations est un acte de souveraineté »
Publié dans L'observateur du Maroc le 10 - 12 - 2018

Le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières est un acte de souveraineté, a souligné, lundi à Marrakech, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.
« Si certains pensent que le multilatéralisme concurrence la souveraineté, nous démontrons aujourd'hui que ce pacte est dans son essence même un acte de souveraineté, il en est l'outil et la preuve de sa résilience », a relevé Bourita à l'ouverture de la Conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte mondial sur les migrations (10-11 décembre).
Selon le ministre, « ce multilatéralisme reste l'ultime langage du dialogue et de la coopération face aux défis globaux la migration. Il ne s'agit pas d'une affaire d'un pays, d'une région ou d'un continent, c'est un phénomène qui touche l'Afrique comme l'Europe ou l'Amérique et qui interpelle chacun d'une manière différente, mais la différence ne signifie nullement l'indifférence ».
« Aujourd'hui notre responsabilité est partagée, nous sommes incontournables les uns pour les autres, nous avons fait la preuve de flexibilité en optant pour un cadre multilatéral global pour incarner cette conscience à travers l'adoption éminente du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », a-t-il indiqué.
Il a, dans ce sens, mis en avant les efforts « colossaux » déployés par le Maroc sous la conduite éclairée du Roi Mohammed VI, saluant l'engagement fort et sérieux du Royaume pour parvenir à un consensus mondial autour de la question migratoire.
Le Maroc ne ménage aucun effort en tant qu'acteur agissant sur la scène internationale et leader en matière de migration, a-t-il relevé, notant que le Royaume a veillé à introduire ces principes au sein de l'Agenda africain sur la migration basés notamment sur la responsabilité commune, l'approche positive de la question migratoire et la lutte contre les réseaux de migration clandestine et de traite d'êtres humains.
Cette conférence historique est le couronnement d'un long processus qui a commencé en 2016 avec l'adoption par les Nations Unies de la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants. Il s'agit d'une conférence d'engagement face aux défis de la migration et de l'action ferme au service des Etats et des droits des migrants, a-t-il ajouté.
Elu président de la Conférence intergouvernementale pour l'adoption du Pacte mondial sur les migrations, Bourita s'est félicité, à cette occasion, de la confiance placée en lui par la communauté internationale.
La conférence intergouvernementale sur la migration, qui a débuté ses travaux lundi à Marrakech, a été sanctionnée par l'adoption formelle du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.
Cette manifestation de grande envergure connait la participation d'au moins 150 Etats membres. Outre des responsables gouvernementaux, plus de 700 partenaires, y compris des représentants de la société civile et des secteurs publics ainsi que des migrants prennent part aux discussions sur les opportunités de partenariats innovants, les possibilités de coopération et les initiatives transversales avec les gouvernements.
Approuvé le 13 juillet dernier par les Etats membres sous l'égide de l'Assemblée générale des Nations-Unies, le Pacte mondial sur les migrations a été salué comme « une réalisation importante » et un document complet visant à mieux gérer les migrations internationales, à relever leurs défis et à renforcer les droits des migrants tout en contribuant au développement durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.