Pacte pour la relance économique et l'emploi : les partenaires formalisent le cadre d'intervention (document)    Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    OMS: Dr. Tedros prie les Américains de revenir à l'OMS    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Météo France: 45 départements placés en vigilance orange canicule    Bombardier affiche une perte de 223 millions de dollars US    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    DIAPO-Relance et emploi: La CGEM, le GPBM et l'Etat signent le pacte    L'état d'urgence court jusqu'au 10 septembre    Droits et libertés: Le plaidoyer du CNDH    France: fin de la prise d'otage dans une banque (intérieur)    Relance touristique : Le détail du contrat-programme 2020-2022    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Coronavirus : 1.144 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 29.644 cas cumulés jeudi 6 août, à 18 heures    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Le Raja se rapproche du fauteuil de leader    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination! (3e partie)    Un acquis professionnel et une somme d'enseignements et de bonnes pratiques    Explosions à Beyrouth: le dernier bilan    Maroc: baisse du flux des IDE à fin juin 2020    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    La Libye cible de folies hégémoniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie. L'Europe dénonce la répression du peuple Kabyle
Publié dans L'observateur du Maroc le 01 - 07 - 2020

Les nombreux actes de répression du régime algérien en Kabylie ont été décriés lundi 29 juin au Parlement européen.
L'eurodéputé italien Massimiliano Salini (PPE) a fait part de ses préoccupations dans une lettre au Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité et une question écrite au Parlement européen concernant le Maghreb. L'eurodéputé pointe du doigt l'Algérie. Dans sa question, il indique que le gouvernement algérien renforce son emprise autoritariste et mène des actes de répression, particulièrement en Kabylie « où les protestations sont nombreuses car, selon l'Organisation des nations et des peuples non représentés (UNPO) qui défend les peuples indigènes et tribaux dans le monde, il s'agit d'un territoire occupé ».

« Le peuple kabyle rejette l'autorité du gouvernement algérien »

Selon le mouvement Mak-Anavad -formé en 2016 à la suite d'une fusion entre le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK) et le Gouvernement provisoire kabyle (GPK) et seul membre maghrébin de l'UNPO-, le peuple Kabyle rejette l'autorité du gouvernement algérien car elle découle d'un processus « d'annexion unilatérale du territoire de la Kabylie à la république démocratique d'Algérie ».
L'objectif du Mak-Anavad, souligne-t-on, est de « regagner l'indépendance que la Kabylie a perdu quand elle fut annexée à l'Algérie en 1957 ». « Durant la dernière décennie, le Mak-Anavad a organisé une résistance pacifique et a conduit progressivement le peuple Kabyle vers l'indépendance ». Depuis 1963, date où le parti FFS de Hocine Aït Ahmed a contesté l'autorité du FLN, le peuple Kabyle a été assujetti à la discrimination, la persécution, les assassinats et la répression violente.

L'Algérie refuse le droit du peuple Kabyle à l'autodétermination et à l'autoidentification

Le gouvernement algérien rejette, pour sa part, toute forme d'existence au Mak-Anavad sur la base d'élections libres et transparentes, ne respectant pas, ainsi, le droit du peuple Kabyle légitime, selon l'UNPO, à l'autodétermination et à l'autoidentification. Le régime algérien tente ainsi de se dérober à ses engagements de droit international portant sur la protection des droits des peuples autochtones. L'Algérie est en effet signataire de la Convention de l'Organisation International du Travail ILO No. 169, relative à la protection des peuples indigènes et tribaux.
Hugh Roberts, éminent professeur d'histoire de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient à la prestigieuse Université américaine Tufts et autorité de premier plan sur l'histoire et la politique algérienne, a scientifiquement corroboré cet état de choses dans son ouvrage "Berber Government: The Kabyle Polity in Pre-Colonial Algeria" publié en 2014 et réédité en 2017. L'auteur a démontré, preuves historiques et anthropologiques à l'appui, que la Kabylie qui s'est formée en tant qu'entité politique distincte et s'est développée avant la conquête française était une république dotée d'institutions fonctionnelles, "fondée sur le consentement de la population, avec un mode de légitimation fondé sur un principe de représentation politique, une procédure de délibération publique et une prise de décision respectueuse de l'opinion publique, un corpus de lois ayant une autorité et des partis politiques rudimentaires".


En cinq ans, le parlement européen a adopté deux résolutions d'urgence portant sur l'Algérie
Pour rappel, le service de l'état-civil mis en place par Mak-Anavad a délivré le premier Passeport kabyle le 14 juin 2020 à l'occasion de la Journée de la Nation Kabyle et ce, dix ans après la mise en circulation de la première Carte d'identité kabyle. Des mesures de proximité ont été mises en place pour permettre aux citoyens kabyles de commander en ligne leurs passeports kabyles biométriques.
Dans la même dynamique, le Parlement kabyle (Imni aqvayli) en tant qu'institution législative kabyle fut proclamé le 14 juin 2020, soit dix ans après l'avènement du pouvoir exécutif que représente le Gouvernement provisoire kabyle mis en place le 1er juin 2020.

En l'espace de cinq ans, le parlement européen a adopté deux résolutions d'urgence portant
sur l'Algérie. Il s'agit respectivement de la résolution du 30 avril 2015 sur l'incarcération des militants des droits de l'Homme et des travailleurs en Algérie et, de la résolution du 28 novembre 2019 sur la situation des libertés en Algérie. Dans sa lettre au Président du Parlement européen, datant du 5 décembre 2020, le Président du Mak-Anavad, Ferhat Mhenni, avait « salué la résolution du Parlement Européen du 28 novembre 2019, initiée par l'euro-député Raphaël Glucksmann, du Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, et mettant en cause le pouvoir militaire algérien dans le traitement des droits humains et des libertés des citoyens ».

LIRE AUSSI :
Jamila Moussali, la ministre qui ne sert à rien


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.