Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 11 août à 18h    En soutien aux petites entreprises et au commerce : La BERD accorde un financement de 40 millions d'euros au Maroc    Bientôt une usine de production d'acide phosphorique à Jorf Lasfar    Mia la sainte, Mia « la salope »    Les joueurs du club tangérois en confinement : Le match IRT-RSB reporté à une date ultérieure    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Les Eaux Minérales d'Oulmès se renforce en profils internationaux    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Alerte météo : rafales et chute de grêle dans des régions du Maroc    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Fondation Ali Zaoua organise le 1er Festival HipHop On-line    L'AS FAR et le Difaâ se neutralisent    El Ouafi appelle à un mécanisme participatif de dialogue et de concertation    Ça commence à bouger...    Les parents d'élèves rencontrent le Conseil de concurrence    Damane Relance hôtellerie : les critères d'éligibilité    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Hommage aux acteurs de la lutte contre la Covid-19    Fatalisme et fatalité    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Une malade Covid dénonce    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les formes graves de Covid-19    Maigre salaire et grosse déconvenue    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Casablanca confinée», se livre à Pedro Orihuela
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 07 - 2020

L'exposition virtuelle "Casablanca confinée" du photographe espagnol Pedro Orihuela présentée à L'Institut Cervantes nous offre des images inédites de Casablanca pendant les trois mois de confinement, de la mi-mars à la mi-juin, dans lesquels la ville s'est vidée et s'est tue comme nous ne l'avions jamais vue auparavant.

Réputée pour être une ville bruyante, animée et surpeuplée, Casablanca s'est vidée de son âme et son cœur a presque cessé de battre pendant les trois mois de confinement.
Fini les embouteillages et les rues bondées, les klaxons qui ne s'arrêtent jamais, les piétons qui se bousculent, les milliers de motos, de vélos et de camions qui se chevauchent à l'image des villes indiennes comme Bombay ! Un arrêt sur image que Pedro Orihuela Orellana a shooté avec brio, un silence assourdissant et un vide presque divinement immortalisé par le photographe espagnol.


Avec le confinement, la ville a vécu un changement radical et le soir, elle ressemblait à une ville fantôme. La Grande Mosquée, bien triste, s'ennuyait de ses fidèles, les magasins pleuraient leurs clients, les cafés et les restaurants étaient en deuil...On ne voyait plus que les barrages et les voitures de police qui veillaient au strict contrôle des passants, quelques fourgonnettes par ci, des motos dans les rues principales et les avenues par là.


Casablanca était bien confinée et a livré tous ses secrets à Pedro Orihuela Orellana qui a su la consoler, et la sublimer par la magie de ses clichés.

LIRE AUSSI :
On va enfin danser à Marrakech


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.