Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    Météo : temps chaud, averses et passages nuageux ce dimanche    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gims raconte son « Malheur Malheur »
Publié dans L'observateur du Maroc le 10 - 07 - 2020

Réalisé et produit par les Frères Naciri, le nouveau clip de Gims « Malheur Malheur » a été tourné au lendemain du déconfinement. Dans le titre issu de son 3ème disque « Ceinture Noire », le rappeur parisien qui a passé son confinement au Maroc se désole de l'état du monde, avec des images des manifestations antiracistes et de la crise de coronavirus.


Dans son nouveau clip « Malheur malheur », Gims résume l'état du monde à travers différents écrans de télévisions qui projettent les événements tragiques de ces derniers mois comme les manifestations du mouvement Black Lives Matter ou la crise mondiale du covid-19. Un constat sombre et amer de la réalité du monde qui colle à l'esprit du titre, dans lequel Gims raconte « ce qui a pu se passer en Libye, en Tunisie, le printemps arabe un peu partout » et où il évoque « l'homme avec un grand H, de la nature, de son père, de la guerre ». Une chanson engagée produite et composée par Renaud Rebillaud, sur laquelle il chante : « Malheur à moi, je suis né ici / J'ai voulu m'faire une raison, on m'a dit : « C'est ainsi » / Malheur à moi, j'ai vu ces cornes dans la nuit / Papa m'a dit : « Ne dis rien car, ici, c'est ainsi ».

Gims fait à nouveau confiance aux Frères Naciri


Après une première expérience réussie avec les Frères Naciri qui étaient à l'origine de « Senorita », le clip qui réunissait Maluma et Gims, la star de la pop française fait appel à nouveau aux réalisateurs marocains pour son dernier clip « Malheur Malheur », tourné le 26 juin à Marrakech, au lendemain du déconfinement.
Déconfinement progressif oblige, le clip s'est fait dans les règles de l'art et dans le respect des normes sanitaires exigées par le livret du Centre Cinématographique Marocain afin d'éviter toute propagation du virus. « Nous avons dû nous adapter à la situation avec une équipe réduite sur place d'une part, et avec une histoire du clip adaptée d''autre part » confie Mamoun Naciri. En effet, on voit un Gims assis seul, dans une ambiance minimaliste. Une façon de travailler nouvelle pour l'équipe habituée aux danseurs et figurants, mais une expérience des plus bénéfiques. « Cela nous a poussé à réaliser un clip minimaliste. Une première ! C'était très intéressant » ajoute le producteur du clip.

Quand le clip fait son cinéma

Habitué à l'univers du cinéma, Said C Naciri a trouvé, en la réalisation des clips, une certaine liberté qu'il ne peut pas toujours se permettre dans le septième art. Une sorte de laboratoire d'idées où le réalisateur se sent libre de poser sa caméra où il veut, d'utiliser les lumières qu'il souhaite. « Généralement j'écoute beaucoup le morceau en question, je me concentre sur les paroles et l'atmosphère qui se dégage de la musique, ce qui me permet de commencer à échanger avec le reste de l'équipe et à créer une ambiance autour du clip. Et il faut, bien entendu, cerner la personnalité de l'artiste avec lequel on travaille » précise le réalisateur qui rappelle qu'il s'agit de trouver un équilibre entre la chanson, la personnalité marquée de l'artiste et l'univers du réalisateur. Résultat ? Le clip est esthétiquement beau tout en étant sobre, la caméra se balade et cherche des plans audacieux pour mettre en valeur un titre qui a de la personnalité et pour mettre en lumière la voix charismatique et la belle présence de Gims.
LIRE AUSSI :
Hamza El Fadly « L'argent, la cause de tous les problèmes »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.