Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Evolution du coronavirus au Maroc : 3988 nouveaux cas, 203.733 au total, mardi 27 octobre à 18 heures    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    S.M le Roi félicite la Renaissance de Berkane suite à sa consécration en Coupe de la CAF    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Covid-19, le président de la FIFA testé positif    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    L'Union des Comores ouvre son ambassade à Rabat et fustige la thèse séparatiste    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Serie A: L'AC Milan et l'AS Rome se neutralisent    Zamalek: Bencharki en forme avant le choc face au Raja!    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Tanger: de nouvelles mesures restrictives en vigueur à l'approche de la fête du Mawlid    Analyse des eaux usées: un nouveau protocole anti-Covid-19 adopté    Tourisme : Nadia Fettah Alaoui fait de nouvelles promesses    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Sévir contre «la minorité radicale» et protéger une communauté intégrée    France : Les appels au boycott des produits français ont peu d'impact    «Messi est la clé de ce nouveau projet», assure le président Bartomeu    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Business Stay by Kenzi Hotels Group : Un travail en toute sérénité    Matériaux de construction : Chryso se renforce au Maroc avec Aptex    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horrible découverte: Un bébé dans une poubelle
Publié dans L'observateur du Maroc le 19 - 09 - 2020

Macabre découverte à Casablanca : Le cadavre d'un énième nourrisson abandonné dans une poubelle.
Par Hayat Kamal Idrissi

Un autre bébé fraichement né a été retrouvé mort dans une poubelle au quartier Sidi Moumen à Casablanca. Une macabre découverte qui a provoqué un grand émoi tout en remontant en surface le grand débat sur les libertés individuelles et le droit à l'avortement. Une réclamation qui devrait selon les militants féministes, limiter le nombre des avortements pratiqués clandestinement et réduire le nombre horrifiant de bébés abandonnés aux recoins des rues et dans les poubelles de quartiers.
Libertés compromises
« A cause des lois incriminant les relations consensuelles entre adultes et l'avortement le Maroc enregistre des chiffres hallucinants en matière d'avortements clandestins, de mortalité maternelle et infantile et d'abandon de bébés», s'insurge auparavant Ibtissam Lachgar, activiste au mouvement MALI. Rappelons qu'aujourd'hui, on compte 800 avortements clandestins par jour, soit près de 300.000 par an. Ce chiffre est revu à la hausse selon un rapport de l'ONU datant de 2017. Ce dernier estime en effet que les avortements clandestins s'élèvent à 1 000 quotidiennement.
Des chiffres inquiétants surtout si l'on considère les conséquences médicales, psychiques et sociales de ces interruptions de grossesse sur les femmes concernées ; mais également sur leur entourage. Sans parler des incidents désastreux et parfois fatals survenus lors de nombreux avortements clandestins. Un point crucial pour les défenseurs du droit à l'avortement et qu'ils font valoir dans leur combat pour une légalisation ouverte.
Une réclamation qui, selon ces activistes, aura le grand mérite d'éradiquer le phénomène d'abandon, par les mères célibataires, de leurs nourrissons. « La peur des représailles familiales, la crainte de la stigmatisation sociale et l'incapacité socio-économique de prendre en charge leurs enfants nés hors mariage, poussent beaucoup de jeunes femmes à abandonner leurs enfants », nous explique-t-on auprès de l'association tangéroise « 100% maman ».
Loi en gestation
Même si un projet de loi sur la légalisation de l'avortement est intégré dans la réforme globale du Code pénal, les activistes féministes, eux, restent sur leur faim. La cause ? Selon ce projet, ne seront pris en compte que la santé de la femme et celle de l'enfant pour autoriser un avortement. Une restriction «trop» limitante et limitée pour MALI (Mouvement alternatif pour les libertés individuelles) et insatisfaisante pour l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin. Cette dernière réclame tout simplement l'alignement sur les critères de l'OMS.
Un projet de loi qui malgré ses «imperfections» devrait changer la donne pour beaucoup de femmes victimes de viol, d'inceste, atteintes de troubles mentaux et dans le cas de malformations fœtales. En suspens depuis l'adoption, en juin 2016, par le conseil de gouvernement du projet de loi amendant le code pénal, ce projet de loi est toujours en gestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.