Installation des membres de la Commission des droits de l'Homme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Le PLF 2021 donne un tout petit coup de pouce à l'emploi    COMMISSION SPECIALE POUR LE NOUVEAU MODÈLE DE DEVELOPPEMENT – GARE À LA DESILLUSION!    Le prodige du football marocain, Achraf Hakimi, testé positif au Covid-19    Les échanges interbancaires enregistrent une hausse de 7% en 2019    Colombie: Les indigènes se mobilisent contre le Président Ivan Duque    Vidéo – Aléas du direct : Un séisme fait trembler la Première ministre islandaise    Palestine : Poursuite du dialogue national Fatah - Hamas jusqu'à réconciliation globale    France: Gérald Darmanin accuse Edwy Plenel de Mediapart de « lâcheté intellectuelle »    Relance économique : le BTP retrouve sa dynamique    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 21 octobre    L'UNESCO révèle la face cachée du trafic de biens culturels    Samir Cherfan, vice-président PSA Moyen-Orient/Afrique : « Il y a un potentiel important au Maroc pour la voiture électrique Citroën Ami »    France: le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire    Tétouan : Couvre-feu nocturne réinstauré à partir de ce mercredi    Tanger : sept cas de contaminations au Covid-19 à la Faculté de Médecine    El Ahly-WAC: nouvelle décision de la CAF    Un mouvement de forte protestation    Non à l'indécision    Quand les zones Bour vont toute l'économie va!    Le Zamalek accepte de reporter la rencontre face au Raja    Pyramids FC rejoint la Renaissance de Berkane en finale    Adieu Mohamed Laftouhi    La nouvelle stratégie agricole au centre des préoccupations    Liquidation de la retraite. Les Parlementaires veulent leur pognon    Populisme ... non populaire    Communiqué du BP du mardi 20 octobre 2020    Fès: un individu impliqué dans un réseau de trafic de drogue et de psychotropes    Inédit : Une application anti-violence numérique    Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre    Liberté d'une image culturelle à une autre    Cheb Kader lance «Liyem»    Le musée Yves Saint Laurent à Marrakech rouvre ses portes dès ce 21 octobre    L'épopée d'Abdelkrim Khattabi utile à toute époque    Alerte météo: les villes où il va pleuvoir mercredi et jeudi au Maroc    Mitchell Prather : « L'accès au financement reste la priorité des innovateurs et entrepreneurs marocains »    Comment la Turquie dame le pion à la France en Afrique    Dounia Batma s'exprime après son accouchement (PHOTOS)    La CAF valide le report de la demi-finale « retour » Zamalek/Raja    Les Français ne décolèrent pas contre le New York Times    Finances publiques : Légère atténuation du déficit budgétaire en 2021    Le coronavirus s'invite chez Benkirane (PHOTO)    Sahara: le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan marocain d'autonomie    Champions League : tous les résultats (VIDEOS)    Ce que nous vivons: ouvrage collectif autour de la pandémie du Covid-19    Subvention des projets artistiques: Les précisions du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une alternance consensuelle ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 24 - 09 - 2020


Par Ahmed Charaï

L'exécutif actuel souffre d'un handicap d'acceptabilité. Il est pourtant issu d'élections libres. Mais le mode de scrutin aboutit à des alliances très peu naturelles, qui entravent le fonctionnement du gouvernement. Le PJD est aux affaires depuis huit ans, grâce à son socle d'électeurs, moins de 20% des voix exprimées. Les partis de la coalition paraissent contraints. La société dans sa majorité n'adhère pas au discours islamiste. Concrètement, les résultats ne sont ni mirobolants, ni catastrophiques. Les discours sur la lutte anti-corruption ont fait pschitt, puisque le Maroc recule dans les classements internationaux. La pauvreté n'a pas reculé non plus et les projets structurants sont portés par des technocrates.
Mais ce ne sont pas ces éléments objectifs qui importent, c'est le ressenti général. Tout le monde s'accorde à dire que la situation politique est morose. Le PJD, à cause de son histoire, de ses positions, réelles ou présumées, reste dans l'inconscient des Marocains un élément de blocage. En 2016, nous avons mis 6 mois pour constituer un gouvernement. Le nouveau ministre de la Justice a retiré le projet de loi sur le code pénal, déposé par Ramid. Même quand les urnes parlent, les acteurs politiques ne sont pas prêts à normaliser totalement avec le PJD.
C'est une réalité incontournable. De fait, le PJD, sans peut être le vouloir, tient en otage l'évolution politique au Maroc. Ce constat lui impose un examen de conscience.
On entend ici et là des voix s'élever pour demander aux islamistes de réduire leur présence électorale. Ce n'est pas sain comme attitude. On ne peut pas demander à un parti politique d'organiser volontairement sa propre défaite électorale.
Par contre, le PJD peut annoncer dès maintenant qu'il n'est pas concerné par la constitution du prochain gouvernement. Le retour dans l'opposition lui permettrait de se régénérer, après huit ans aux responsabilités. Mais surtout, il peut utiliser ce temps pour dissiper les malentendus, s'il y en a.
Cette nouvelle alternance consensuelle aurait énormément de vertus : ouvrir le jeu politique, en permettant des clivages programmatiques et non pas idéologiques, avec une opposition parlementaire forte qui joue son rôle et alimente le débat public. C'est une véritable option pour sortir de l'ornière. Le PJD y gagnerait une opportunité réelle de se créer une autre image.
La construction démocratique ne suit jamais un schéma préétabli. C'est aux acteurs de s'adapter et d'inventer des solutions en cas de blocage.
Le PJD peut offrir cette porte de sortie, ce qui sera mis à son actif par l'histoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.