Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nabil Benabdallah à la MAP : Il est possible qu'un châtiment rapide et exemplaire puisse dissuader les «corrupteurs»
Publié dans Albayane le 27 - 03 - 2012

L'agence Maghreb arabe presse (MAP) a réalisé, à la veille du lancement de la campagne électorale des Législatives du 25 novembre, un entretien avec le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme.
Voici les éléments de réponses de Mohamed Nabil Benabdallah au questionnaire de la MAP.
Question : Dans quelles conditions le PPS va-t-il affronter les élections ?
Je dirais en toute objectivité que les conditions sont plutôt bonnes :
Nos candidats sont pour la plupart des militants et des militantes, choisis par ceux qui les connaissent le plus, c'est-à-dire par leurs bases. La direction du Parti n'a fait qu'entériner ce choix, sauf bien sûr en cas de litige. Pour la liste nationale, les candidats ont été choisis et classés par un vote démocratique et transparent des membres du comité central, sans aucune ingérence des responsables du parti. Ce sont des hommes et des femmes intègres, honnêtes et dévoués à leur pays et aux causes des masses populaires.
Notre plateforme programmatique qui contient les éléments principaux de notre projet sociétal (démocratie, modernité et progrès) est claire et détaillée, sans surenchère ni démagogie. Elle est réalisable.
Nous pensons que nous n'avons pas à rougir de notre contribution à l'action gouvernementale. Nous occupions deux postes très exposés (porte parole du gouvernement ayant en charge la communication, et les affaires sociales et familiales). Les camarades qui représentaient le PPS au gouvernement ont assumé leurs responsabilités avec beaucoup de courage et d'abnégation.
Notre totale disponibilité à assumer nos responsabilités dans la gestion des affaires du pays. Comme nous sommes prêts à rendre des comptes, individuellement et collectivement sur notre gestion - passée et à venir - de la chose publique.
- Cependant sur le plan organisationnel, nous pouvons dire que nos différentes structures n'ont pas encore atteint un niveau de mobilisation et d'implication optimal. Il faut dire que les délais de préparation ont été courts compte tenu des délais exigés par toute démarche démocratique qui se doit de tenir compte de l'avis des militants.
Q. Etes-vous optimistes sur le score que pourrait réaliser votre parti ? Pouvez-vous faire mieux qu'en 2007 ?
Nous pensons que nous pouvons faire mieux qu'en 2007.
D'abord au niveau de la mobilisation des électeurs, quel que soit leur penchant, en vue d'atteindre un taux de participation important. Ce serait une grande victoire contre les abstentionnistes et les nihilistes.
Ensuite au niveau du pourcentage des voix nous espérons raisonnablement un score supérieur à 7%
Enfin, un nombre d'élus conséquent, permettant de disposer d'un groupe parlementaire homogène et efficace.
Q. On sait que les programmes politiques présentent beaucoup de ressemblance, , qu'est-ce qui fait la particularité du projet du PPS ?
Les programmes présentent objectivement des ressemblances. Cela est tout à fait normal, car la réalité politique, économique et sociale de notre pays s'impose à tous de la même façon. Les différences apparaissent compte tenu des positionnements idéologiques et politiques, c'est-à-dire dans les catégories sociales qu'on choisit de privilégier.
Le PPS est un parti patriotique : il œuvre à la défense des intérêts supérieurs de la Nation. En cela, il n'est pas le seul.
Le PPS est un parti de gauche. A ce titre, il privilégie les intérêts des masses laborieuses. Les questions sociales sont pour lui des questions structurantes, c'est-à-dire positionnant les hommes et les femmes au centre de toute préoccupation. Pour y faire face, il prône une répartition équitable des richesses produites, le respect des droits fondamentaux à la santé, l'éducation, le travail, la justice et la dignité.
Ce positionnement est fortement décliné dans notre programme sous la forme de 5 grandes orientations, 15 engagements et 100 mesures.
Q. La Koutla est-elle toujours en vie ? N'envisagez-vous pas d'autres alliances en dehors de vos alliés traditionnels de l'USFP et de l'Istiqlal
La Koutla est toujours en vie, ce que chacun peut voir. La difficulté c'est son efficacité d'une part, et son irrégularité d'autre part. Au lieu d'être une instance stratégique permanente de consultation, d'harmonisation et de mobilisation, elle apparaît comme une structure saisonnière qui réapparait au moment des alliances électorales et gouvernementales.
Par ailleurs, elle gagnerait à s'ouvrir à d'autres composantes du champ politique présentant des points communs avec son évaluation de la phase historique et avec sa démarche. Ceci étant, les liens entre ses trois composantes n'ont jamais cessé et la convergence entre leurs orientations et positionnements est évidente. C'est ce que nous avons réaffirmé ensemble dans la plateforme programmatique commune signée le 2 novembre 2011.
Nous sommes prêts à toute alliance avec tout partenaire qui partage notre crédo (servir les intérêts supérieurs de la Nation et du peuple) notre sensibilité de gauche et les grandes lignes prioritaires de notre programme.
Q : L'utilisation de l'argent pourrait-elle être décisive lors de cette consultation et comment faire pour mieux neutraliser les corrupteurs ?
Nous n'en savons rien. C'est possible car les moyens et les dispositifs sont nombreux et variés et la demande est réelle, vu le nombre de votants qui sont dans le besoin.
Il est possible qu'un châtiment rapide et exemplaire puisse dissuader les « corrupteurs »
Q : Le PPS pourrait-il retrouver l'opposition après près de 13 ans dans le gouvernement ?
Il est toujours plus facile d'être dans l'opposition qu'aux commandes : on n'assume aucune responsabilité ni promesse.
Le PPS a certes passé 13 ans au gouvernement, mais il en a passé plus de 35 dans l'opposition. Alors oui le PPS peut se retrouver dans l'opposition sans la moindre gène ni le moindre complexe. Mais là aussi le PPS est un parti particulier : les notions «d'opposition» et de «pro-majorité» ne lui correspondent pas. Le PPS critique et combat toute attitude, toute position et toute action qui ne lui semble pas aller dans le sens de l'intérêt du pays et des masses populaires, qu'elle provient de la majorité ou de l'opposition
Q : Est-ce qu'on peut voir un jour l'émergence d'un véritable pôle de gauche, surtout que le printemps arabe a contribué à la montée en puissance des islamistes comme en Tunisie, en Libye ou en Egypte ?
Indépendamment du « printemps arabe » ou de la prétendue montée en puissance des islamistes, nous le souhaitons vivement. D'ailleurs nous y avons œuvré à plusieurs reprises et cela dans le but de :
- rassembler les forces en vue de l'élargissement des acquis des travailleurs et de la concrétisation de leurs droits fondamentaux
- renforcer la capacité des hommes et des femmes de gauche à imposer la mise en œuvre des droits démocratiques et sociaux qui feraient des marocains des citoyens à part entière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.