Clasico: la victoire du Real face au Barça en vidéo    Nador: des candidats à l'immigration clandestine déposent une plainte pour escroquerie    Covid-19: la France bat un nouveau record de contaminations    Météo: le temps prévu ce dimanche au Maroc    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Internats fermés. Des élèves dans la rue
Publié dans L'observateur du Maroc le 25 - 09 - 2020

A la province de Chefchouen, les dégâts du Covid-19 prennent une autre dimension. Beaucoup d'élèves vont quitter les bancs de l'école à cause de la fermeture des internats et des dar Talib...

Par Hayat Kamal Idrissi

Hiba a 13 ans. Originaire de douar Ikrawchen dans la province de Chefchouen, elle devrait poursuivre ses études au collège, à Bab Berred. Mais la fermeture de Dar Taliba à cause de la pandémie du Covid-19 a mis fin à ses projets. Son père, petit agriculteur aux prises avec son pain quotidien, est incapable de lui payer le loyer en ville. Peinant à entretenir ses cinq enfants, il ne pourra pas loger sa cadette à ses propres frais. Pas d'internat, pas d'études pour Hiba. Alors que ses camarades ont déjà entamé leur nouvelle année scolaire, la petite, pourtant bonne élève, se contentera d'aider sa mère dans les travaux ménagers à la bourgade.
Avenir pris en otage
«Beaucoup d'élèves et d'étudiants souffrent profondément de la fermeture des internats. Les familles n'ont pas de quoi manger, alors de là à parler de louer un appartement à leurs enfants en ville pour poursuivre leurs études, c'est une véritable aberration ! », s'insurge Abdelmajid Aharaz, acteur associatif à Bab Berred et influenceur faceboukien. Evoquant le grand taux de pauvreté dans les bourgades de la province de Chefchouen, l'activiste décrit une situation critique.
« Cette décision a de lourdes répercussions sur l'avenir des élèves et risque de briser plusieurs familles, déjà trop éprouvées par la crise et par la pauvreté. Si on prive leurs enfants du droit à l'éducation, on les enfonce encore plus dans la misère », nous décrit au téléphone Aharaz.
« Plusieurs familles ont d'ailleurs fait le choix difficile de priver leurs enfants de l'école car incapables de payer les loyers trop chers en ville. Les communes locales doivent intervenir pour arrêter l'hémorragie », ajoute de son côté Abdelmounîim Boukhezar, acteur associatif à Bab Taza. Si la région connait un taux important de déperdition scolaire en temps normal, la pandémie a aggravé largement la situation.
Ecarts creusés
« La marginalisation et la situation socio-économique fragilisée des foyers dans les montagnes de Chefchouen ajoutée aux restrictions liées à la crise sanitaire du Covid-19 et la crise économique qui en résulte ... tout ça plonge la région dans le marasme. Priver les enfants et les jeunes de leur droit à l'éducation est injuste », analyse Abdelmajid Aharaz. Pour sa part Abdenasser Bekkeur explique comment la fermeture des internats a saturé l'offre de transport scolaire disponible. « Les associations de transport scolaire actives dans les montagnes de Chefchouen se retrouvent submergées par une demande triplée ou quadruplée alors qu'elles sont incapables de combler la demande habituelle des années dernières. La raison ? Avec Covid-19, les transports scolaires ne doivent pas dépasser 50% de leur capacité ! Alors comment voulez-vous qu'ils assurent le transport des anciens et nouveaux utilisateurs !!! », soutient Bekkeur.
Pire encore, Covid-19 ou non, le transport scolaire dans sa version actuelle reste incapable de répondre à la demande locale. « Nous souffrons d'un grand manque de véhicules conjugué à l'éparpillement des douars ciblés et l'inaccessibilité de certains par manque d'infrastructures et de routes », énumère-t-il. Un véritable casse tête où se mêlent plusieurs problématiques et dont le seul perdant reste les élèves de la région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.