Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Orange Maroc se prépare à la 5G    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger : La mythique médina prend des couleurs
Publié dans L'opinion le 12 - 10 - 2020

Source d'inspiration, la médina de Tanger, dont les ruelles blanches et les cafés ont vu naître de grandes œuvres littéraires, prend des couleurs, sans pour autant perdre de son charme.
La ville du Détroit est un vrai joyau architectural et culturel grâce à ses murailles, datant du 14e siècle et ses ruelles surplombées de balcons arabo-andalous et la place de la Casbah, qui était notamment un repaire préféré de l'écrivain américain Paul Bowles, où il passait des heures à écrire.
De même, à la médina de Tanger, Eugène Delacroix redécouvre le romanticisme, Henri Matisse apprend l'alchimie des couleurs, William S. Burroughs écrit «Le festin nu», Paul Bowles crée «Un thé au Sahara», Mohamed Choukri rédige «Le pain nu», Paul Morand vit son exil et pour Jean Genet, «c'était la ville adorée».
Carrefour de civilisations, la ville était très convoitée pour sa position stratégique : au cours des époques antiques, elle a successivement été conquise par les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Wisigoths et principalement les Arabes. Les vestiges français, portugais ou espagnols ne manquent pas.
Ce sont des richesses essentielles à l'identité culturelle de la ville, d'où la nécessité de la valorisation et la réhabilitation du patrimoine immatériel, a expliqué la cheffe de projet chargée du programme de réhabilitation et de valorisation de la médina au sein de l'Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), Hajar Mzibra.
Faisant suite à la volonté Royale visant la valorisation du patrimoine des médinas et intervenant dans le cadre du programme de réhabilitation et de mise en valeur de la médina de Tanger, des programmes ont été établis dans une optique transversale, a-t-elle relevé.
Des travaux concerneront les axes de «la réhabilitation des zones urbaines», «la restauration et la réhabilitation du patrimoine», «la restauration et la réhabilitation des lieux de culte» et «le renforcement de l'attractivité touristique et économique des médinas». Ils visent, notamment, à préserver le patrimoine culturel et urbain de la médina et investir pour le développement local et le renforcement de l'attractivité touristique et économique, a-t-elle ajouté.
Ces programmes visent essentiellement la réhabilitation des murailles et des édifices religieux, le réaménagement du cadre bâti, le développement des services socioculturels, la réorganisation des commerces et la valorisation des monuments historiques, note la responsable, précisant qu'ils touchent différents volets, notamment touristiques, culturels et relatifs aux infrastructures.
S'agissant du volet infrastructures, ces projets concernent le ravalement des façades, la réhabilitation des réseaux d'assainissement et d'eau potable, le pavage, l'éclairage public pour plus de sécurité, les équipements publics, à travers l'amélioration des accès, et la restauration des souks.
Sur le volet touristique, selon Mme Mzibra, ces projets contribueront à la promotion des circuits touristiques, étant donné l'emplacement unique de la médina surplombant la côte méditerranéenne. Sur le volet culturel, poursuit-elle, le projet de réhabilitation favorisera la création de musées et salles de théâtre et de cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.