Nomination : Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Immobilier. Une nouvelle introduction en bourse    Les flux des marchandises entre les ports de Casablanca et de La Spezia fluidifiés    Travail des enfants et droits de la femme : 14 associations bénéficient de la subvention de l'Etat    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président mauritanien    Détection des discours haineux : Facebook chiffre ses progrès    Programme Intelaka: Jouahri a présenté les derniers chiffres    Covid-19 au Maroc: le taux de reproduction a baissé, voici les villes concernées    [Vidéo] C.I.N. comme garantie : ce que dit la loi [MFM Radio]    L'hommage au Roi unificateur    Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises    Liverpool ne pourra bientôt plus aligner 11 joueurs valides    Le "butin " qui trahit l'expédition du Polisario à El Guerguarat    "Bayt Dakira " , partenaire du ministère de l'Education nationale pour promouvoir la richesse de toutes nos diversités    Parution de l'édition arabe des "Voix de Marrakech" de l'Allemand Elias Canetti    Croissance économique et rationalisation des choix budgétaires : cas du Maroc [Tribune]    HACA/ONU Femmes : «16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes»    Un nouveau bain de sang évité en Tunisie    Un chanteur marocain testé positif au covid-19    La Franco-marocaine Amina dévoile son premier clip«Je te quitte»    Réseau de lecture au Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    FICMEC 2020 : Une 9ème édition virtuelle qui met à l'honneur l'Amérique latine    Vaccin anti-covid-19: Prendre son mal en patience    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Le Parlement péruvien salue l'intervention du Maroc    Zoom : Hamilton ou Schumacher, qui est le meilleur pilote de l'Histoire ?    660 nouveaux véhicules mis à la disposition de différents services    Intégrité territoriale : L'Alliance des Médecins Istiqlaliens fière des positions de SM le Roi    Large soutien international à l'intervention du Maroc pour protéger ses territoires    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    L'épreuve de vaccination!    Conseil de gouvernement: ce qui est prévu jeudi à Rabat    Raja de Casablanca: Ziyat persiste et signe    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Colorado: le chiffre d'affaires en baisse de 10,3% à fin septembre    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Chambre des conseillers: L'importance de la mission exploratoire des commissions permanentes mise en avant    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Opinion : Sortir la culture de la logique de « sada9a »
Publié dans L'opinion le 22 - 10 - 2020

Faute reconnue, faute à moitié pardonnée, est-on tenté de dire. C'est ce qui ressort de l'intervention de Othmane El Ferdaous, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, devant la commission de l'enseignement, de la culture et de la communication à la première Chambre. Il a reconnu avoir commis «une erreur de communication» en ayant omis d'organiser une conférence de presse pour dévoiler les résultats du travail des commissions ad hoc chargées de juger les projets candidats au soutien du ministère. Ce mea culpa n'est pas allé plus loin que la forme, au détriment du fond. La polémique qui est remontée à la surface, concernant ces subventions, s'était attaquée aux noms figurant sur ces listes. D'aucuns ont relevé que certains « artistes » ne méritaient pas d'être soutenus.
Cependant, la problématique se trouve ailleurs. Distribuer 4.4 M dhs pour des projets artistiques qui ne verront jamais le jour, ou seront confinés dans les tiroirs du ministère, ne règle pas la crise structurelle de la production culturelle nationale. Les artistes ont besoin de structures favorisant cette production, de projets de lois incitatives au financement d'œuvres artistiques par le secteur privé, de circuits de distribution et de diffusion de cette production. Ils ont besoin d'un environnement propice à la création de véritables marchés de la culture. Dans la configuration actuelle, les aides se résument à être une sorte d'aumône que le ministère fait aux gens de la culture qui se contentent du politiquement correct pour avoir ses faveurs qui, au demeurant, restent bien maigres. Ce n'est pas trop dire que de qualifier ces aides de « mendicité institutionnelle ».

Mustapha BOURAKKADI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.