L'ASADEH appelle les autorités espagnoles à arrêter Brahim Ghali    Le Conseil de Sécurité désavoue le Polisario (papier d'angle)    Sidi Mohamed Abouchikhi, DG de Créditinfo Group : « Les usagers du service de centralisation des chèques irréguliers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés »    Entrepreneuriat : Bank Of Africa signe un partenariat avec Technopark    Une vingtaine de protestataires devant le siège du FUS: "Nous voulons des changements !"    Botola Pro D1 / 13ème journée: FAR-HUSA et RCAZ-MAS en ouverture    Foot français : Les Girondins de Bordeaux menacés de faillite    Espagne : Démantèlement d'une organisation criminelle exploitant des immigrés marocains    Vaccin russe anti-Covid : Berlin envisage de commander 30 millions de doses    "Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Sahel : de no man's land à no man's power    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    La Super Ligue se déballonne, le foot européen reprend son souffle    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Guerguarate : le Maroc décide d'agir, le «Polisario» devra assumer les conséquences
Publié dans L'opinion le 13 - 11 - 2020

Suite aux multiples provocations graves des milices du «Polisario » dans la zone d'El Guergarate au Sahara Marocain, le Royaume a décidé d'agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoir et en parfaite conformité avec la légalité internationale, en mobilisant son armée pour briser le blocage.
Après trois semaines de blocage de la circulation des biens et des personnes au niveau de Guergarate, à la frontière maroco-mauritanienne, suite aux agissements «graves et inacceptables» des polisariens, le Maroc a décidé d'agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoir et en parfaite conformité avec la légalité internationale, a indiqué vendredi le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Marocains résidant à l'étranger. Après s'être astreint à la plus grande retenue, face aux provocations des milices du «Polisario», «le Royaume du Maroc n'a eu d'autre choix que d'assumer ses responsabilités afin de mettre un terme à la situation de blocage générée par ces agissements et restaurer la libre circulation civile et commerciale», a souligné le ministère dans un communiqué. Selon l'agence espagnole EFE, l'armée marocaine aurait pénétré ce vendredi matin l'extrémité sud du Sahara pour rompre le blocus routier imposé les gangs et les bandits du Polisario.
Un couloir composé de militaires des Forces Armées Royales (FAR) permettra une circulation normale entre Guergarate et la Mauritanie, poursuit l'agence espagnole qui cite une source diplomatique marocaine. En effet, un communiqué de l'Etat Major Général des Forces Armées Royales, cité par l'agence MAP, a indiqué que les FAR ont procédé, dans la nuit de jeudi à vendredi, «à la mise en place d'un cordon de sécurité en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes à travers la zone tampon de Guerguarate, reliant le Maroc à la Mauritanie». «Cette opération non offensive et sans aucune intention belliqueuse se déroule selon des règles d'engagement claires, prescrivant d'éviter tout contact avec des personnes civiles et de ne recourir à l'usage des armes qu'en cas de légitime défense », précise le communiqué.
Non-respect des conventions internationales !
Cela dit, le ministère des Affaires étrangères, a rappelé dans son communiqué du venredi, que le «polisario» et ses milices, qui se sont introduits dans la zone depuis le 21 octobre 2020, y ont mené des actes de banditisme, bloqué la circulation des personnes et des biens sur cet axe routier, et harcelé continuellement les Observateurs militaires de la MINURSO. Et d'ajouter que ces agissements documentés, constituent de véritables actes prémédités de déstabilisation, qui altèrent le statut de la zone, violent les accords militaires et représentent une menace réelle à la pérennité du cessez-le-feu.
Ces actes sapent les chances de toute relance du processus politique souhaitée par la Communauté internationale, a martelé le ministère, notant que depuis 2016, le «polisario» a multiplié ces agissements dangereux et intolérables dans cette zone tampon, en violation des accords militaires, au mépris des rappels à l'ordre lancés par le Secrétaire Général de l'ONU et en transgression des résolutions du Conseil de Sécurité, notamment 2414 et 2440, qui ont enjoint au «polisario» de mettre fin à ces actes déstabilisateurs.

Le Royaume avait immédiatement alerté et régulièrement informé de ces développements gravissimes, le Secrétaire Général de l'ONU et les hauts responsables onusiens, a poursuivi la même source, soulignant que le Maroc avait également pris à témoin les membres du Conseil de Sécurité et la MINURSO, ainsi que plusieurs Etats voisins. Et d'ajouter que le Royaume du Maroc a accordé tout le temps nécessaire aux bons offices du Secrétaire Général des Nations Unies et de la Minurso, afin d'amener le «polisario» à cesser ses actions déstabilisatrices et quitter la zone tampon d'El Guerguerat. Cependant, les appels de la MINURSO et du Secrétaire Général de l'ONU, ainsi que les interventions de plusieurs membres du Conseil de Sécurité, sont malheureusement restés vains, a déploré le ministère, soulignant que «le Maroc a donc décidé d'agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoir et en parfaite conformité avec la légalité internationale».


In fine, la diplomatie marocaine, a affirmé que le «polisario» en assume, seul, l'entière responsabilité et les pleines conséquences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.