Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La justice française saisie par des femmes marocaines agressées par des pro-polisario
Publié dans L'opinion le 02 - 12 - 2020

Un collectif de femmes franco-marocaines a saisi la justice française suite aux agressions qu'elles ont subies de la part d'éléments du polisario, lors d'une manifestation de soutien à l'intervention marocaine à El Guergarat, samedi 28 novembre dernier à Paris.
Dans une plainte introduite auprès du procureur de la République à Paris, ces femmes, dont certaines étaient accompagnées d'enfants mineurs, dénoncent de "violentes attaques" menées par des milices du Polisario dont certains, portant des treillis militaires, étaient munis d'armes blanches, de bâtons et de bouteilles de verre", venus intimider des "manifestants pacifistes qui chantonnaient des slogans unionistes sur un fond musical, pour défendre l'intégrité territoriale du Maroc dans une ambiance joviale".
Après plusieurs provocations sagement ignorées par le rassemblement unioniste marocain, les miliciens du Polisario ont "avancé progressivement en rangs serrés avant de lancer un ordre d'attaque à haute voix en arabe comme dans un terrain de guerre moyenâgeux avec en première ligne des hommes masqués en treillis militaire qui ont donné des coups de matraque aux gens sans que les victimes n'aient eu le temps de réaliser ce qui se passait", s'indigne le collectif féminin franco-marocain dans un communiqué.
"Nous avons été témoin et victime de la magnitude des violences portées à des personnes venues manifester en paix et nous avons assisté certaines victimes dans une ambiance de panique générale", affirment ces femmes.
"Ces miliciens du Polisario ont tapé sur tout le monde comme en attestent les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux : des jeunes, des personnes âgées, des femmes accompagnées de mineurs et de bébés en poussette, coincées à côté de la fontaine du monument de la place de la République", soulignent ces femmes qui se sont constituées en collectif pour poursuivre en justice les auteurs de ces agressions.
Il s'agit de scènes d'une "violence inouïe" dont les auteurs doivent être mis en examen par la justice française, réclament-elles, notant que "le plus étonnant est qu'aucun d'entre eux ne répondait aux sommations en français lancées par les victimes".
Ces miliciens du Polisario ont également enrôlé plusieurs adolescents mineurs postés en hauteur autour du monument, lançant des cris d'exaltation avec violence et déchainement, dénoncent-elles dans leur communiqué.
A l'heure où le monde entier dénonce la violence à l'égard des femmes, plusieurs femmes portant les drapeaux marocain et français accompagnées d'enfants mineurs et de bébés, voulant échapper aux heurts pour se mettre en sécurité, ont été "isolées dans les avenues adjacentes à la Place puis physiquement agressées, blessées, insultées et humiliées par une bande de miliciens du Polisario", ajoutent ces femmes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.