L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Le Onze des locaux attendu de pied ferme par l'Ouganda    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    Quelles mesures anti-Covid des Jeux Olympiques Tokyo 2021 ?    L'INDH à la rescousse de l'école publique    L'IF du Maroc soutient les librairies indépendantes francophones au Maroc    Foire Aux Questions sur les vaccins anti-Covid-19    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu
Publié dans L'opinion le 03 - 12 - 2020

La culture de l'annulation n'excommunie pas seulement. Elle tue également, au sens propre du terme, culturellement et socialement.
Dans l'univers de la cancel culture, la magie de Harry Potter n'est d'aucun recours pour J. K. Rowling, l'auteur adulée qui se voit clouée au pilori et ses livres brûlés pour, est-il argué, ses positions considérées comme transphobes. Consolation pour J.K. Rowling : sa mise à l'index sur les réseaux sociaux ne semble pas avoir d'effet sur les ventes en librairie !
Les tribunaux médiatiques qui se multiplient à l'infini avec internet ne chôment pas et les condamnations sont prononcées sans discontinuer. La finalité de ces jugements émis sont de faire taire, sinon tout simplement de faire disparaître sans même permettre au sujet jugé (entreprise, homme politique, écrivain, artiste, etc.) la possibilité de se faire entendre par ses juges, sans visages, derrière l'anonymat des claviers et, souvent, des pseudonymes. Sans procédures connues ni règles établies, la cancel culture frappe à l'aveuglette et bien malin qui pourrait prévoir les prochaines cibles. Souvent, la réaction est instantanée et va même plus vite que la personne concernée. Ainsi en fut-il de l'affaire Justine Sacco. Suivie par 170 abonnés - qui sont autant de bombes à fragmentation ! - son tweet « Départ pour l'Afrique. Espère ne pas choper le sida. Je déconne. Je suis blanche ! » qu'elle avait commis avant de prendre l'avion, a valu à Justine Sacco le refus, à son arrivée en Afrique du Sud, des employés de l'hôtel où elle devait séjourner, de la voir prendre possession de la clé de sa chambre... Mieux encore, sa famille la dénonce et son employeur la congédie sans aucune autre forme de procès et Donald Trump se retrouve dans la liste de ses pourfendeurs.
De la haine au châtiment médiatique
La haine médiatique, son racisme même se construit sur le supposé paradigme de l'antiracisme et de l'excommunication. Cette culture de l'annulation, en traduction littérale, ne compte plus ses victimes parmi lesquelles Gary Garrels, conservateur du musée d'Art moderne de San Francisco, qui devait démissionner au prétexte qu'il avait déclaré que le musée allait faire des efforts afin d'acquérir une quantité plus importante d'œuvres d'artistes noirs ou latinos... avec cette précision que les Blancs ne seront pas discriminés. Le châtiment médiatique prit une telle ampleur que le recours était sa mise à mort professionnelle. Le peloton d'exécution n'a pas tiré une seule balle. Il ne fut pas traîné dans la chambre à gaz ou placé sur la chaise électrique : sa démission équivaut à un suicide que personne sur les réseaux sociaux ou dans les médias ne viendra contrarier.
La mort sociale et culturelle
Le glissement de la simple dénonciation à la mise à mort est ainsi décrit par Laure Murat, historienne à l'université de Californie à Los Angeles, « sur le principe, il s'agit ni plus ni moins de lancer des alertes et de boycotter, ce qui est un droit politique. Telle société utilise des slogans racistes ? Annulons-la ! Telle personnalité a eu des propos homophobes ? Annulons-la ! Ce raccourci signifie : soyez responsable de ce que vous faites et assumez ce que vous dites ou nous vous retirons notre soutien, ce qui est notre seul pouvoir. Avec des méthodes radicales, souvent contestables, comme le cyberharcèlement ou le tribunal médiatique. », poussant à des morts sociales et culturelles programmé.
Une tribune contre la Cancel Culture dans Harper's Magazine, signée par 150 écrivains et intellectuels, dont Noam Chomsky, Margaret Atwood, Salman Rushdie, J. K. Rowling pour dénoncer « une intolérance à l'égard des opinions divergentes, un goût pour l'humiliation publique et l'ostracisme » a poussé les réseaux sociaux à des réactions, précisément, dénoncées par les signataires de la tribune qui appelait à « accorder aux gens le bénéfice du doute, débattre de bonne foi, et surtout ne pas priver des personnes de leur travail parce qu'on n'est pas d'accord avec elles », pour reprendre les termes de Thomas Chatterton Williams, à l'origine de cette initiative.
La Cancel Culture ou Culture de l'annulation ne vise pas que les vivants : la destruction des statues vise à faire disparaître jusqu'au souvenir de ce qui a existé !
Un regard sur les déclarations des personnes « cancellées » semble montrer une sorte de retour en force du « politiquement correct », une sorte de mutation rendue possible et amplifiée par les réseaux sociaux.
Abdallah BENSMAIN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.