Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    Le RNI convoque son «parlement»    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fitch Ratings : Les banques marocaines vont affronter une puissante vague de crédits douteux à cause de la pandémie
Publié dans L'opinion le 04 - 12 - 2020

Les prêts douteux au Maroc verront leurs ratios se dégrader à deux chiffres à cause de la pandémie de Covid-19. Les perspectives des banques africaines sont stables pour 2021, mais un retour aux niveaux de performance pré-pandémique n'est pas prévu avant au moins deux ans, prévoit Fitch Ratings.
La qualité des actifs se détériorera plus rapidement en 2021 et au-delà en raison de l'effet de la pandémie sur les ménages et les entreprises, combiné à l'expiration des mesures temporaires d'allégement de la dette, souligne l'agence de notation dans un communiqué, fraîchement publié.
Le scénario le plus probable est la restructuration active des prêts aux grandes entreprises, empêchant une hausse plus marquée des prêts douteux, ajoute la même source.
Une telle flexibilité ne sera pas accordée aux prêts à la consommation et aux PME et ces segments entraîneront une augmentation des prêts douteux à long terme, est-il indiqué.
Toujours dans ledit communiqué, Fitch note que des ratios de prêts douteux feraient preuve d'une dégradation à deux chiffres dans certains pays, en particulier au Nigéria et au Maroc. « Notre scénario de base est qu'avec une capacité de génération de revenus toujours saine, la plupart des banques de la région resteront rentables malgré d'importantes pertes de crédit. La reconstitution des bénéfices sera plus lente pour les banques sud-africaines », prévoit l'agence de notation internationale.
Autre pronostic du Fitch : le financement et la liquidité resteront globalement stables, et la croissance des dépôts restera forte.

Risques de liquidité en devises

Il est souligné aussi que les risques de liquidité en devises ne se sont pas matérialisés, notamment au Nigéria, mais présentent un risque important pour les notations des banques. Le risque pour le capital provient de la qualité des actifs, mais nos tests de résistance montrent que les banques disposent de fonds propres sains et pourraient résister à des chocs modérés, ajoute l'agence de notation américaine.
De l'autre côté, 50% des notations bancaires couvertes par Fitch ont des perspectives négatives, "contre 35% il y a un an, suite à de multiples révisions à la baisse depuis le déclenchement de la crise.
Par conséquent, les perspectives de notation du secteur sont négatives. Ces perspectives, ajoute la même source, « reflètent soit le fait que le souverain soit sur les perspectives négatives, soit une faiblesse autonome, généralement autour du capital ».
Rappelons que l'encours des créances en souffrance détenues par les établissements bancaires au Maroc, durant le mois d'octobre, s'est encore alourdi de 670 millions de dirhams par rapport au mois précédent. A fin octobre 2020, le portefeuille des créances en souffrance détenu par les banques atteint 79,69 milliards de dirhams, en hausse significative de plus de 10 milliards de dirhams en un an, soit +14,3%.
Rapporté à l'encours total des crédits bancaires de 936 milliards de dirhams, le taux de créances en souffrance du secteur bancaire ressort, à fin octobre 2020, à 8,53%, contre seulement 7,6% au début de l'année. La hausse des ces créances concerne aussi bien les prêts aux entreprises que ceux aux ménages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.