La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : Tebboune de retour, le Hirak aussi
Publié dans L'opinion le 21 - 02 - 2021

Les Algériens ne croient pas aux mesures de la présidence et restent déterminés à reprendre le Hirak.
Au deuxième anniversaire du Hirak algérien, chacune des parties cherchait à marquer la détermination de ses convictions.
Le pouvoir par la voix du président, Abdelmadjid Tebboune, de retour au pays, a annoncé la grâce des détenus du Hirak et la dissolution du parlement.
Côté Hirak, de nombreux Algériens affichaient encore leur détermination à investir les artères des villes, pour réitérer leurs revendications d'un changement radical pour lequel ils ont manifesté 54 semaines durant depuis le 22 février 2019, à savoir mettre table rase avec le passé. Les manifestants en lançant leur mouvement il y a deux années, et qui n'a été interrompu que pour cause du Covid-19, exigeaient et exigent toujours une désintégration radicale du système politique algérien et non une réforme qui sacrifierait quelques têtes sur l'autel de l'apaisement.
Pour preuve, près des deux tiers des électeurs algériens ont boudé les urnes de l'élection présidentielle qui a porté Tebboune en décembre 2019 au palais d'El Mouradia. Ce chiffre est réduit de moitié presque, une année plus-tard, lors du référendum pour la constitution. A peine 24% des électeurs s'étaient déplacés aux bureaux de vote.
En chassant Bouteflika, le Hirak ne voulait pas d'un autre cacique du pouvoir en substitut, ni d'une mesure placébo en guise de réforme constitutionnelle.
Dans les deux consultations, le Hirak a montré son rejet en boycottant les urnes respectivement aux trois cinquièmes et aux trois quarts. Le pouvoir n'a pas bien décrypté le message et a tenté d'amadouer le mouvement d'abord par une première amnistie pour les détenus du Hirak. Juste après son élection Tebboune a remis en liberté aux premiers jours de 2020, 76 militants du mouvement contestataire dans une sorte de main tendue au Hirak.
La rupture consommée
Une mesure juste soporifique puisque, juste après, la main tendue s'est muée en une poigne de fer. Militants, opposants politiques, journalistes, blogueurs et internautes ont constitué une cible du pouvoir qui a renoué avec les arrestations et les poursuites judiciaires. Les procès se sont enchaînés, les peines d'emprisonnement aussi.
Une année après la première mesure de grâce, voilà que Tebboune remet ça et annonce une nouvelle charrette de relaxation enveloppée d'un remaniement gouvernemental, d'une dissolution de l'assemblée et des élections législatives anticipées.
Le Hirak mordra-t-il à l'hameçon ? Plus qu'improbable. Pour plus d'un Algérien, la rupture est consommée entre le pouvoir et le peuple.
Plusieurs observateurs pensent que le pouvoir algérien continue sa politique unilatérale et cherche à se confectionner une majorité parlementaire sur mesure.
Et si les Algériens ont plus que largement boycotté la présidentielle et la constitutionnelle, tout annonce qu'il en serait de même pour d'éventuelles législatives.
Le ton a été donné mardi dernier à Kherrata, point de départ de la contestation, à l'Est algérien, et les appels sont lancés pour poursuivre, ce lundi, le mouvement ou du moins le commémorer.
Ali BENADADA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.