L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Pegasus : selon Jean-Marc Morandini, «le Maroc a le droit de se défendre devant la justice, qui tranchera le fond de l'affaire»    Benkiran attaque El Othmani et confirme ne pas être candidat au Secrétariat général du PJD    Laftit exige la numérisation des services dans les collectivités territoriales    PLF 2022 : Noureddine Moudian appelle à intégrer davantage les PME dans les marchés publics    Agriculture : La Banque africaine de développement accorde 114 M€ au Maroc    Agressions du personnel médical : Khalid Ait Taleb ordonne des poursuites judiciaires    Rabat : Enquête judiciaire contre un officier de paix    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    El Ktiri : La mémoire historique marocaine incite à ressentir des sentiments de fierté et d'appartenance    Dialogue social : Le Conseil économique et social plaide pour un changement des mentalités    La trique au lieu de la réforme    L'Opinion : Le pass sanitaire, une protection pour la vie quotidienne    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Comment le thé (« atay ») est devenu indispensable aux Marocains    Evolution du coronavirus au Maroc. 398 nouveaux cas, 945.201 au total, mercredi 27 octobre 2021 à 16 heures    «Journée internationale de la fille» : Procter & Gamble partage son expérience    Accidents de la circulation: 19 morts et 2.269 blessés la semaine dernière    Belgique : 24 migrants secourus    La France fournit du matériel militaire au Niger pour la lutte anti-djihadiste    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    Le PPS appelle le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le Maroc participe au Festival du Film Arabe de Stockholm    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de private equity de 945 MDH    Dr Bouazza Kherrati: "Rendre le pass obligatoire est un non-sens"    Dakhla. Les opérateurs français en prospection pour saisir les opportunités d'affaires    L'Union africaine suspend les activités du Soudan et condamne le putsch    Eliminatoires CAN féminine (Soudan-Algérie): L'équipe nationale algérienne bloquée à l'hôtel à cause du coup d'Etat !    Cameroun Janvier 2022 : L'organisation de la CAN sous la menace du TAS    La retransmission du Clasico une nouveauté audiovisuelle    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Alsa Al Baida réalise la plus grande fresque de Casablanca    Nasser Bourita prend part à Kigali à la 2ème réunion ministérielle UA-UE    Sahara marocain : La Bolivie et Liechtenstein pour une solution politique «juste» et «acceptable»    Royal Air Maroc : Reprise des vols directs avec Miami et Doha en décembre    Le Chine et les Etats-Unis s'écharpent autour de la présence de Taïwan à l'ONU    Maroc Telecom : Un chiffre d'affaires de près de 27 milliards DH au 3ème trimestre    Débat : De la fausseté des idéologies à la post-vérité    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"
Publié dans L'opinion le 05 - 05 - 2021

Suite au mécontentement du Maroc vis-à-vis de l'accueil scandaleux du Chef des séparatistes sur son sol, la diplomatie espagnole a tenté de rassurer Rabat en lui expliquant les raisons de cet acte jugé inamical.
La crise diplomatique entre le Maroc et l'Espagne est si complexe maintenant que Madrid peine à convaincre Rabat des motifs l'ayant conduite à accueillir le Chef du Polisario sur son territoire. Le voisin ibérique s'obstine à avancer l'argument humanitaire, qui ne trouve pas d'échos au Maroc. Lors d'une conférence de presse, la ministre des Affaires étrangères espagnole Arancha Gonzalez Laya a tenté de nouveau de baisser la tension. « Nous avons donné les explications opportunes au Maroc sur les circonstances qui nous ont conduits à accueillir pour des raisons strictement humanitaires M. Ghali en Espagne », a-t-elle déclaré, ajoutant que le Chef du front séparatiste quittera l'Espagne «quand ces raisons humanitaires prendront fin ».
La Cheffe de la diplomatie espagnole n'a pas manqué de ponctuer son discours de belles paroles, « la relation de l'Espagne avec le Maroc, qui est une relation stratégique, n'a pas changé », a-t-elle réitéré, évoquant « l'amitié, la coopération et le partenariat étroit » qui réunit les deux pays. Des valeurs que le Maroc reproche à son partenaire du Nord de ne pas respecter en se livrant à une manœuvre malicieuse en coordination avec les autorités algériennes pour abriter un séparatiste par un faux passeport.
Alors que le tribunal de Madrid s'apprête à poursuivre Ghali, le gouvernement de Pedro Sanchez se trouve dans une situation scabreuse. Interrogé sur ce point, Gonzalez Laya s'est montrée circonspecte en professant sa confiance dans la justice dans son pays. "Si la justice entend faire comparaître M. Ghali, M. Ghali comparaîtra devant la justice. Ce n'est pas au gouvernement espagnol de s'interposer dans le fonctionnement indépendant de la justice", a-t-elle affirmé.
Selon l'Agence de presse espagnole, le juge d'instruction de l'Audiencia Nacional Santiago Pedraz Gomez a demandé l'identification de Barhim Ghali pour qu'il comparaisse devant un tribunal et réponde aux multiples accusations de viols, torture et séquestration et détention arbitraire.
Rappelons que le ministère des Affaires étrangères a sévèrement réagi vis-à-vis de l'Espagne, en convoquant l'ambassadeur de Madrid pour lui faire part de l'exaspération du Maroc. Pour sa part, Nasser Bourita n'a pas manqué de hausser le ton, en appelant le gouvernement de Pedro Sanchez à choisir entre le Maroc et le Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.