cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Energie : une chercheuse marocaine remporte le prix ENI Award 2020 en Italie    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    IMME : les professionnels sont optimistes    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Y A-T-IL UNE OPPOSITION DANS L'HEMICYCLE ?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Joe Biden annonce de nouveaux dons de vaccins pour l'Afrique    Edito : Feu vert    Maroc: le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les lieux publics ?    Football / IRT : En attendant l'élection d'un nouveau président, une commission provisoire pour combler le vide    Football : Hors jeu automatisé au Mondial Qatar 2022    L'Agence marocaine antidopage tient son 3ème Conseil d'administration    Pseudo-révélations sur un projet d'attaques en Algérie : pour Anouar Malek, «les services de Tebboune ont sombré dans le ridicule»    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : Après trois semaines de gel parlementaire, quelle suite aux mesures de Saïed ?
Publié dans L'opinion le 15 - 08 - 2021

Cela fait trois semaines que le président Saïed avait suspendu -pour un mois- l'activité du Parlement. Théoriquement, dans une semaine, les députés tunisiens devraient rejoindre leur hémicycle. Sauf si...
A une semaine gel du Parlement le limogeage du premier ministre et la levée l'immunité parlementaire, il reste difficile de déchiffrer ce qu'envisage le président tunisien Kaïs Saïed.
La crise politique en Tunisie commence à s'éterniser et Kaïs Saïed semble n'avoir pris aucune mesure alternative palpable, -hormis une opération de purge de quelques ministres et poursuite en justice de quelques députés-. Après trois semaines de ce que certains milieux tunisiens ont qualifié de coup d'Etat, la Tunisie semble toujours plongée dans l'inconnu.
En recevant vendredi dernier une délégation américaine conduite par le vice conseiller à la sûreté nationale américain, Kaïs Saïed a tenu à rassurer son interlocuteur que son action était, d'un côté conforme aux dispositions de la constitution, et d'un autre, nécessaire pour répondre aux attentes de son peuple, après les nombreuses crises qui ont étouffé le pays, notamment les dégâts occasionnés par la corruption et les corrompus.
Toutefois, l'absence de feuille de route attesterait d'un air d'improvisation et inquiète de plus en plus, surtout que le temps presse. Un mois demeure fort insuffisant pour que Saied puisse mener à terme ses desseins, surtout qu'à défaut de traçabilité, certains partis politiques qui se sont vus couper l'herbe sous le pied commencent à s'activer pour écorner le crédit de confiance et d'enthousiasme créé avec les mesures présidentielles du 25 juillet dernier.
Mais aussi paradoxalement que cela puisse paraitre du fait de l'opacité autour de la méthode du président et du fait qu'il ne rende pas de comptes de ce qu'il entreprend, la rue tunisienne semble toujours lui accorder quelque confiance depuis le 25 juillet, comme le rapporte le journal La Croix qui cite plusieurs témoins qui vantent les mesures de leur président et expriment leur espoir que la situation sociale et économique va changer.
Entre espoir et appréhensions
Mais si le président semble satisfaire une partie de la population avec les arrestations et les limogeages, l'activité parlement ne pourrait rester indéfiniment gelée et le pays ne peut naviguer sans gouvernement représentatif. Selon la politologue tunisienne, Khadija Mohsen-Finan, « les Tunisiens, exténués par la crise économique et sanitaire, ont besoin de réponses à leurs attentes des Tunisiens ».
Pour la politologue, il faudrait que le président rassure l'opinion et les pays étrangers en établissant un calendrier électoral, et dise ce qu'il compte faire au niveau du Parlement et quelles réformes économiques envisage-t-il, mais aussi de quelle manière il va positionner la Tunisie au niveau régional. « Il y a des réformes à prendre d'urgence et on ne sait pas dans quel sens ça va aller », conclut-elle.

Ali BENADADA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.