La Colombie et le Maroc partagent la même vision d'une politique migratoire humanitaire, selon la diplomatie des deux pays    Casablanca / Fonds de solidarité des avocats : Le bâtonnier dévoile les prélèvements    Compteur coronavirus : 303 nouveaux cas en 24h, 1.32 millions troisièmes doses administrées    La Russie resserre ses relations économiques et politiques avec la Libye et l'Algérie    La Commission Islamique de Melilia : l'Espagne appelée à régulariser la situation des Marocains bloqués    Dette publique: Recul de 9,7% des souscriptions sur le MAVT à fin septembre    Equatorial Coca-Cola Bottling Company installe son siège à Casablanca    Sahara : l'Eswatini pointe la "prééminence" de l'initiative d'autonomie comme "seule solution"    Prolongation de l'état d'urgence au Maroc    La prison locale de Nador 2 dément le harcèlement d'un détenu pour son refus de se faire vacciner    Scolarisation des enfants en situation de handicap : Le taux de 55% dépassé, des efforts à soutenir    Maroc-Etats-Unis: La guerre de l'intégrité territoriale se poursuit toujours    Gazoduc GME : l'Algérie veut expédier vers l'Espagne plus de gaz par voie maritime, les observateurs dépaysés    Déficit de médecins urgentistes au Maroc: Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Lutte contre le cancer du sein au Maroc: Un combat qui est loin d'être gagné    Sondage du CESE sur légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et industrielles    «Le Maroc jouit d'un important soutien international pour sa souveraineté sur le Sahara», estime un média espagnol    Une amazighité encore à accomplir    ayad lemhouer: "Dans le débat sur les langues d'enseignement, l'Etat devrait ignorer les courants idéologiques et se soucier de ce qui est dans l'intérêt des Marocains"    Fonction publique: En 10 ans, le salaire mensuel moyen grimpe de plus de 15%    Pékin «s'oppose fermement» aux contacts militaires entre Taïwan et les Etats-Unis    Botola Pro D1 / Fin de la 7ème journée : Ce jeudi, le classico FAR-WAC à partir de 18h15    Barça : Limogé, Koeman recevrait un chèque de 20 millions d'euros !    Tourisme au Maroc: les opérateurs au fond du gouffre    Thé au Maroc : 400 marques se partagent le marché local    BMCE Capital présente ses nouvelles prévisions 2021-2022    Jusqu'au 19 mars 2022 : La Galerie Banque Populaire expose les photographies de Marcelin Flandrain    France. Zemmour n'est qu'un symptôme [Par Jamal Berraoui ]    Gouvernance économique : Le financement du PLF assuré sans emprunt national    Conseil de la ville de Casablanca : les préparatifs de la session extraordinaire bouclés    L'Assemblée Générale du Raja : Anis Mahfoud, le secrétaire général démissionnaire, nouveau président    L'ONU alerte sur une crise humanitaire qui « s'aggrave » en Syrie    De plus en plus de prisonniers politiques dans la Russie de Poutine    L'investissement au cœur d'une réunion interministérielle    Palestine : Les USA critiquent « fermement » la colonisation en Cisjordanie occupée    Soudan : La pression internationale « libère » Hamdok    Botola Pro D1: le Raja tenu en échec à domicile par le FUS    L'horizon s'assombrit pour l'OCK, le RCOZ méritait mieux    African Lion 2022 : Le coup d'envoi de la 18e édition sera donné cette semaine    Essaouira / Grotte de Bizmoune : Découverte d'éléments de parure datant de 150.000 ans    Grand succès pour les talents marocains à l'AFRIMA Awards    Publication : «La tribu des Bni Touzin : Etude monographique»    Ouverture du 14ème Festival du Théâtre universitaire de Tanger    Belgique : 24 migrants secourus    Maroc-Rwanda: Une proximité qui ne se dément plus    «Théâtre et philosophie» : Mohammed El Kabbaj explore l'interaction entre l'idée et la scène    Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sebta : Désespérés, les Marocains expriment leur colère
Publié dans L'opinion le 08 - 09 - 2021

Les manifestations des travailleurs marocains bloqués à Sebta et désirant regagner leur pays s'enchaînent. Pour les mineurs, nulle solution définitive n'a été mise en place.
Bloqués à Sebta depuis la fermeture des frontières il y a 18 mois, à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19, les travailleurs marocains appellent à la réouverture des frontières afin qu'ils puissent rejoindre le Maroc.
En fait, une cinquantaine desdits travailleurs se sont rassemblés lundi 6 septembre et ont organisé un sit-in devant la délégation gouvernementale à Sebta pour exiger une solution à leur situation. Ces Marocains comptent, selon le quotidien espagnol El Faro de Ceuta, aller plus loin et organiser des manifestations pareilles chaque lundi jusqu'à ce que leurs revendications soient entendues par les autorités.
Hassan Arahou, qui s'exprime au nom des Marocains n'ayant pas pu rentrer au Maroc depuis le 13 mars 2020 en raison de la fermeture de la frontière, a expliqué au média local que son fils lui manquait et qu'il voulait le voir : «Je lui dis que je ne peux pas le rejoindre car les frontières sont fermées, alors nous voulons que les responsables qui élaborent les lois se mettent à notre place», a-til amèrement déclaré.
Arahou a souligné qu'ils n'ont reçu aucune réponse à la demande de réunion formulée au sein de la délégation gouvernementale pour faire face à leur situation et prévient que l'enclave est également affectée par la fermeture de la frontière. «Les travailleurs domestiques ne sont pas les seuls à ne pas pourvoir traverser la frontière, il y a aussi de l'autre côté des ingénieurs, des menuisiers et des gens de tous les métiers qui sont empêchés de venir travailler à Sebta», a-t-il ajouté.
Il convient de rappeler que près de 500 Marocains sont encore coincés dans l'enclave, après la fermeture des frontières au mois de mars 2020, à cause de la pandémie du Covid-19. La majorité des personnes concernées sont des travailleurs de condition modeste.
Mineurs : l'autre facette du problème
L'Exécutif et la délégation gouvernementale de la ville de Sebta disposent de six mois pour traiter au cas par cas les plus de 500 dossiers de rapatriement de mineurs marocains ayant traversé la frontière au mois de mai.
La déléguée du gouvernement, Salvadora Mateos, a reconnu que le retour des enfants et adolescents au Maroc est son seul objectif : « Ces enfants doivent être avec leurs familles et dans leur pays ou assistés par une entité qui les protège, comme cela se fait à Ceuta, mais dans son pays ».
L'Exécutif de l'enclave de Sebta a demandé au moins une douzaine de travailleurs sociaux du Service Public de l'Emploi de l'Etat (SEPE), qui seront embauchés temporairement et dont le salaire sortira d'abord des caisses de Sebta et sera compensé plus tard par Madrid. L'embauche d'au moins huit interprètes de dialecte marocain ''Darija'', parlé par la plupart des enfants, a également commencé.
De plus, la Délégation compte embaucher une quinzaine de personnes pour accélérer les démarches convenues avec Rabat mais qui n'ont pas été effectuées en août. La procédure de rapatriement est encore entourée de controverses. En fait, le Président du gouvernement, Pedro Sánchez, avait promis après une rencontre en août avec le Maire de l'enclave de Sebta, Juan Jesús Vivas, d'envoyer du personnel aux administrations pour conclure les dossiers le plus rapidement possible. Jusqu'à présent, la majorité des enfants sont encore dans des dispositifs d'urgence.
Selon la Fondation SAMU, qui gère plusieurs structures d'accueil, plus de 400 mineurs vivent dans les 22 modules installés à Piniers, d'une capacité d'environ 108 places. Les associations de défense de l'enfance craignent que l'administration ne paralyse le traitement des titres de séjour des mineurs sous tutelle dans les prochains mois. Dans ce contexte, la Fondation Raíces a dénoncé au Defensor del Pueblo (Défenseur du Peuple) la tentative d'expulsion, la semaine dernière, d'au moins trois jeunes qui venaient d'avoir 18 ans.
Parmi les 500 mineurs accueillis dans les ressources gérées par la Fondation SAMU, au moins 147 ont entre 17 et 18 ans, dont 13 atteindront l'âge de la majorité dans les trois prochains mois et au moins 6 ont déjà atteint l'âge de 18 ans.
Achraf EL OUAD


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.