La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Pfizer : Le stock disponible réservé aux deuxièmes doses suite à des contraintes logistiques    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique
Publié dans L'opinion le 24 - 09 - 2021

Les Bourses mondiales s'affolent au chevet du géant immobilier chinois, Evergrande, aujourd'hui écrasé par une dette de 300 milliards de dollars à laquelle il ne peut plus faire face. Les analystes comparent sa faillite à celle de Lehman Brothers en 2008 et n'excluent pas l'éventualité d'une crise financière mondiale. Eclairage.
L'action du second promoteur immobilier chinois, plombé par 2.000 milliards de yuans de dettes (300 milliards d'euros), a perdu 84 % depuis le début de l'année et 17 % rien que lundi 20 septembre. La hantise des investisseurs ? Qu'une faillite de ce deuxième plus grand promoteur immobilier du pays provoque une crise systémique en Chine, entraînant avec elle d'autres marchés, qui, par contagion, fragiliserait la finance mondiale. Bref, un « moment Lehman », treize ans après la faillite du géant bancaire américain, qui avait marqué le début de la grande crise financière.

Cet aveu, relayé par le « Financial Times », intervient alors que des centaines de particuliers manifestaient la semaine dernière devant le siège du groupe à Shenzen. En tout, ils sont plus de 70.000 à avoir souscrit des placements financiers auprès de la filiale de gestion de patrimoine d'Evergrande. Attirés par les rendements élevés proposés, certains se sont même endettés pour investir. Maintenant qu'Evergrande a besoin de plus de temps pour payer les intérêts et rembourser le capital de ces produits, ils risquent de se retrouver en difficulté, précise-t-on.

Comment Evergrande a-t-il pu en arriver là ?

Pour mieux cerner cette histoire il faut remonter un peu plus en arrière. Evergrande s'est développé de manière agressive pour devenir l'une des plus grandes entreprises de Chine, et ce en empruntant plus de 300 milliards de dollars, sachant qu'en 2012 avait environ 12 milliards de dollars de passif.
L'année dernière, Pékin a introduit de nouvelles règles pour contrôler le montant des dettes des grands promoteurs immobiliers. Ainsi, ces nouvelles mesures ont conduit Evergrande à proposer ses biens immobiliers avec des rabais importants afin de s'assurer que l'argent rentrait pour maintenir l'entreprise à flot.
Aujourd'hui, l'entreprise a du mal à faire face au paiement des intérêts de ses dettes. Cette incertitude a fait chuter le cours de l'action d'Evergrande d'environ 85 % cette année. Ses obligations ont également été déclassées par les agences de notation mondiales. Son sort est désormais dans les mains de Pékin, qui compte éviter à tout prix un scénario « à la Lehman Brothers ».

Le gouvernement de Pékin pourrait éviter l'effet domino ?

Du moins c'est ce que pense Mattie Bekink, de l'Economist Intelligence Unit (EIU) : « Plutôt que de risquer de perturber les chaînes d'approvisionnement et de mettre en colère les propriétaires, nous pensons que le gouvernement trouvera probablement un moyen de garantir la survie de l'activité principale d'Evergrande ». En effet, malgré les retombées potentielles très graves de l'effondrement d'une entreprise aussi lourdement endettée, certains analystes sont plutôt optimistes et estiment que Pékin pourrait bien éviter le pire. D'ailleurs, de petits signaux positifs commencent d'ores et déjà à s'afficher, puisque Wall Street a fini en forte hausse jeudi, rassurée par l'évolution de la crise Evergrande en Chine. Le marché s'est montré rassuré par un début de résolution ordonnée de la crise que traverse le promoteur immobilier, a expliqué JJ Kinahan, responsable de la stratégie de marché chez TD Ameritrade. Les autorités chinoises de régulation des marchés financiers auraient donné jeudi aux dirigeants d'Evergrande une série d'instructions, selon plusieurs médias, en leur demandant notamment d'éviter un défaut de paiement sur leur dette libellée en dollars, améliorant ainsi les indicateurs de la Course de New York et par ricochet les effets ravageurs de la faillite du géant chinois sur le marché mondial.
Par ailleurs, la plupart des analystes estiment que même dans les pires scénarios, l'impact d'une restructuration d'Evergrande devrait être limité pour les banques comme pour les investisseurs obligataires. « la connexion entre les marchés financiers chinois et les autres est moins grande que ce que nous voyons dans le monde occidental », a tenu à rappeler mardi Laurence Boone, la cheffe économiste de l'OCDE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.