Le gouvernement mauritanien condamne les propos de Raissouni    Nador : 13 migrants condamnés à deux ans et demi de prison ferme    Jerusalem-Ankara. Une normalisation très avancée    M'diq: l'incendie de forêt presque entièrement maîtrisé    Le Maroc persévère dans sa lutte contre la traite des humains    Vague de chaleur de vendredi à dimanche dans plusieurs régions    Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français    Le président tunisien Kais Saied entérine la nouvelle Constitution    Plan d'aide de Séoul pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne    Jeux de la solidarité islamique, karaté : deux médailles d'or pour le Maroc    Brésil-Argentine annulé    Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l'Europe centrale    Fête nationale gabonaise: activités sportives et culturelles à Laâyoune    La forteresse « Casa del Mar »    Un Tremplin rythmé et électrique au stade du R.U.C. à Casablanca    Ciné Plage de Harhoura n'aura pas lieu    L'acteur marocain Mohamed Zyat est hospitalisé (VIDEO)    Agadir: Présentation des opportunités d'investissement aux Marocains du monde    Google : Les robots appelés à prendre des décisions    France : Les étudiants universitaires marocains connaîtront une nouvelle augmentation de frais de rentrée    Marrakech : Célébration du 69ème anniversaire de la Manifestation du Mechouar    فيروس كورونا : 109 إصابات جديدة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Beach-soccer: le Maroc qualifié pour la CAN 2022    Dogmatisme aveuglant !    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    Tragédie de Khouribga: les dernières précisions d'un responsable (VIDEO)    Mercato : le Marocain Benjamin Bouchouari rejoint l'AS Saint-Étienne (PHOTO)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 Aout 2022    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Le Radisson Hotel Group s'implante à Saïdia    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Le Nord plébiscité par les touristes    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Humeur : Chaîne Inter, Jean-Louis Trintignant, émoi
Publié dans L'opinion le 26 - 06 - 2022

L'immense acteur français rend l'âme vendredi 17 juin à 91 ans. Plusieurs vies en une et un drame qui secoue la quiétude de celui qui ne brille au théâtre que tardivement : la mort en 2003 de sa fille, la comédienne Marie Trintignant, sous les coups de son compagnon Bertrand Cantat, chanteur du groupe Noir Désir. Voilà pour cette courte bio qui renvoie au retour à la terre.
La suite du propos choisi ici se situe ailleurs, en 1984-1985 lorsque je reçois au micro de RTM-Chaîne Inter l'inoubliable Jean-Louis Trintignant. Je suis très jeune journaliste, jonglant entre la presse écrite et la radio. L'histoire est épique pour mon minois de débutant. Je croise un matin mon défunt patron Benabdesslam dit Ben dans l'un des couloirs de la bâtisse de l'historique rue rbatie Brihi. « Anis, tu vas te farcir Trintignant dans le 12-13 », m'ordonne-t-il.
A l'annonce de l'émission programmée le même jour -généralement gérée par M'Hamed Bhiri, absent à cette édition pour une raison inavouée- et du nom sismique de l'invité, mes jambes commencent à exécuter un drôle de twist, sachant que l'ultimatum n'a que trois heures de vie. Je m'installe dans le mythique « Studio 3 », rebaptisé des années plus tard Alifi Hafid, et commence à donner des coups de fil à quelques aînés en prenant frénétiquement des notes.
A un quart d'heure du direct, je sors accueillir l'affable Jean-Louis flanqué d'un représentant du Centre culturel français devenu Institut français. L'émission démarre avec un « indicatif » qui transforme le twist en une simulation d'arrêt cardiaque. De l'autre côté de la vitre du studio, derrière le réalisateur, se tient une foule entre admirateurs de la star et des semi-collègues qui attendent mon crash.
A la première question, les joues de Jean-Louis Trintignant tournent au rouge, ce qui m'accorde une certaine assurance. Heureusement que je ne mène pas seul l'entretien. L'antenne est ouverte aux auditeurs qui font exploser le standard téléphonique. D'une troublante gentillesse, Trintignant répond avec délicatesse à des questions qui s'engagent parfois dans les ruelles de l'intimité. Merci d'avoir été l'acteur de l'une de mes pires interviews.

Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.