Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview avec B. Maïmouna Yomboumo : La coopération entre le Maroc et la Guinée est salutaire
Publié dans L'opinion le 27 - 06 - 2022

En marge de la 28ème Assemblée Régionale Afrique de l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie, tenue du 23 au 24 juin à Rabat, la première Vice-Présidente du Conseil national de la transition (organe législatif) de la Guinée, Mme Bangoura Maïmouna Yomboumo, à la tête d'une délégation, parle de la situation socio-politique de son pays ainsi que des relations avec le Maroc. Explications.
- Dans quel cadre s'inscrit votre présence au Maroc ?
- Je suis venue au Maroc dans le cadre de la 28ème Assemblée Régionale Afrique de l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie, en tant que première Vice-Présidente du Conseil national de la transition (organe législatif) de la Guinée pour représenter le président de cette institution Dr Dansa Kourouma. Je conduis une délégation composée d'une Conseillère nationale et un fonctionnaire parlementaire. C'est l'ensemble des pays francophones d'Afrique qui a pris part à cette Assemblée.
- Quel bilan pouvez-vous dresser de ce conclave ?
- Il faut dire que les travaux ont été intenses et instructifs dans la mesure où nous avons pu aborder tous les sujets relatifs au renforcement de la francophonie mais surtout ceux concernant les questions du genre et la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF) dans l'accélération de l'intégration économique de l'Afrique. Nous nous sommes aussi intéressés à la démocratie dans l'espace francophone en Afrique. Naturellement, le politique, le changement climatique, la protection de l'environnement n'ont pas été oubliés tout comme la situation sociale et sanitaire. C'est pour vous dire que la rencontre de Rabat nous a permis d'entrevoir un horizon plein d'espoir dans l'espace francophone d'Afrique en matière de développement, de démocratie et d'intégration.
- Vous avez évoqué la question du genre. Quelle est la situation de la femme aujourd'hui en Guinée ?
- Incontestablement, il y a aujourd'hui un changement notoire concernant la situation de la femme dans mon pays. Les nouvelles autorités, sous le leadership du Colonel Mamadi Doumbouya, chef de l'Etat, président du Conseil national du rassemblement et du développement (CNRD), ont pris plusieurs initiatives dans l'amélioration des conditions de vie des femmes en faisant de la parité une réalité. A tous les niveaux ou postes étatiques et institutions républicaines la femme est grandement représentée. J'en suis la parfaite illustration en tant que 1ère Vice-Présidente du Conseil national de la transition.
Au sein de cet organe, on est allé au-delà des dispositions dans la représentativité de la femme. D'ailleurs, c'est une femme qui est rapporteur général du CNT, une première dans l'histoire de la Guinée. Certes, nous ne pouvons pas crier victoire pour le moment mais ça donne de l'espoir quant à l'engagement de la Guinée sur la question du genre. Puisque déjà le caucus est mis en place. Il s'agit d'un forum de femmes qui vont participer à la rédaction de la Constitution et qui pourront valablement défendre la cause de la femme.
- Actuellement, la Guinée vit une transition. En tant que parlementaire, qu'attendez-vous du Maroc pour accompagner votre pays dans cette période transitoire ?
- Allant dans le sens de votre question, je dois rappeler que justement, lors de mes différentes interventions pendant cette Assemble, j'ai plaidé auprès des parlementaires francophones, notamment ceux de notre sous-région commune qu'est la CEDEAO, de s'engager à soutenir la transition en Guinée. Il est même question d'envoyer une mission de bons offices dans ce sens.
Pour ce qui est du Maroc, il faut souligner d'abord que mon pays et le Royaume Chérifien entretiennent des relations d'amitié et de fraternité historiques. Entre les deux Etats, c'est une coopération exemplaire qui ne date pas d'hier grâce à feu Ahmed Sékou Touré et feu SM le Roi Hassan II. Aujourd'hui, ce flambeau de l'amitié et la fraternité est maintenu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Colonel Mamadi Doumbouya.
Le Maroc a toujours été du côté de la Guinée dans tous les domaines. La visite royale qu'a effectuée en Guinée, en février 2017, est évocatrice à ce sujet, au cours de laquelle visite plusieurs accords de coopération et de conventions-cadres ont été signés. En outre, la Guinée a toujours soutenu le Royaume Chérifien dans toutes ses actions et initiatives. Aujourd'hui, nous avons beaucoup d'investisseurs marocains en Guinée, ce qui montre l'importance de la coopération entre les deux pays.
Avec la volonté affichée des nouvelles autorités, ce partenariat ira crescendo et beaucoup d'actions se profilent déjà à l'horizon et nous avons espoir que le Maroc accompagnera cette transition car il en a été toujours ainsi. Et beaucoup d'accords vont se concrétiser pendant cette transition puisqu'il y a la volonté et le dynamisme.
- Autrement dit, la coopération guinéo-marocaine est promue à un lendemain meilleur ?
- Tout à fait. Rien que la formation et l'éducation, le Maroc accorde un grand nombre de bourses à la Guinée. Il en est de même pour la formation de nos imams. On ne peut que s'en féliciter de l'excellence de la coopération entre mon pays et le Royaume Chérifien.
- Un mot sur le Conseil national de la transition ?
- Tout se passe bien. Il y a la liberté de ton sans tabou et cela par la vision de son président. Les concertations sont menées avec l'ensemble des différentes composantes de la nation. Nous avons célébré les cents jours au mois de mai dernier et qui ont été marqués par un ensemble d'activités. L'un des temps forts a été, sans aucun doute, la tournée à travers tout le pays pour s'enquérir des réalités du territoire et discuter avec les populations. Ce fut un grand enseignement. Nous avons également adopté le chronogramme de 36 mois pour la transition contre 39 initialement. Et les actes seront posés les jours et les mois à venir.
Propos recueillis par Wolondouka SIDIBE
Bon à savoir

La Charte de la transition, l'acte fondamental, assigne aux autorités de transition une série de missions, dont l'élaboration d'une nouvelle Constitution et l'organisation d'élections libres, démocratiques et transparentes. La transition est conduite par quatre organes : le CNRD (mis en place le 5 septembre), le président de la transition tout à la fois chef du CNRD, chef de l'Etat et des forces armées, un gouvernement dirigé par un Premier ministre civil, et un organe législatif, le Conseil national de la transition (CNT).
Selon la Charte, aucun membre de ces organes ne pourra se présenter ni aux élections nationales ni aux élections locales qui seront organisées pour marquer la fin de la transition. Le Conseil est composé de 81 membres, lesquels ont été proposés par différentes composantes de la population, dont les partis politiques, la société civile, les syndicats, le patronat ou les forces de sécurité.
S'agissant de l'ordre chronologique des différentes missions de la transition figurent la révision des listes électorales et l'élaboration d'une nouvelle Constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.