De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un verdict pour l'exemple
Le rideau est tombé sur «l'affaire du CIH»
Publié dans L'opinion le 19 - 01 - 2010

L'affaire du Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH), qui remonte à la fin des années 90 du siècle dernier, vient de connaître son dénouement avec le verdict rendu vendredi par la Cour d'Appel de Casablanca.
Cette juridiction n'a pas seulement, en effet, confirmé le jugement précédemment rendu par le tribunal de Première Instance, mais l'a aggravé en doublant les peines infligées aux principaux accusés, à savoir l'ex-P.D.G de la banque My Zine Zahidi qui écope de 20 ans de prison ferme au lieu de dix auparavant et ses deux co-accusés Ahmed Skalli et Naïma Hoyam dont la peine est passée à 10 ans d'emprisonnement.
Dans ses attendus, la Cour n'a retenu que les chefs d'accusation portant sur la dilapidation de deniers publics et de non respect des règles et procédures de gestion, le CIH étant un établissement bancaire public alors que la défense des principaux protagonistes tentait de donner à l'affaire un caractère politique en arguant d'«instructions» données par des responsables haut-placés.
On rappelle, à ce sujet, que le scandale avait éclaté suite à la découverte d'un «trou» de presque dix milliards de dirhams, ce qui avait donné lieu à la constitution d'une commission parlementaire d'enquête dont les conclusions avaient été rendues publiques en 2001 et qui, toutes, pointaient du doigt Zahidi et ses principaux complices les accusant de laisser-aller, de gabegie et de mauvaise gestion pour avoir fermé les yeux, des années durant, sur le non-remboursement d'importants crédits généreusement accordés à de grands magnats de l'immobilier ou en octroyant des prêts en violation des procédures en vigueur dans toute banque qui se respecte.
Les autres personnes poursuivies dans cette affaire - au nombre d'une dizaine - ont, quant à elles, été condamnées à trois ans de prison avec sursis.
La question qui se pose cependant est : Zahidi et ses deux principaux co-accusés étant en fuite depuis pratiquement le début de l'affaire, comment l'Etat pourra-t-il récupérer toutes ces sommes ainsi perdues même si, par ailleurs, les peines prononcées contre Zahidi & Co en appel ont le mérite de servir de leçon et d'envoyer un message fort à ceux qui seraient encore tentés de se considérer au-dessus de la loi et de gérer les affaires publiques comme on gère sa propre basse-cour ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.