« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CIH : Alioua redresse la barre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 03 - 2005

L'opération de réhabilitation, d'assainissement et de restructuration du Crédit immobilier et hôtelier (CIH) en marche, depuis plus de sept mois, est en train de donner ses fruits grâce notamment à la détermination de sa nouvelle direction.
Le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH) est sur la bonne voie. La nouvelle direction de cet organisme financier mène, conformément à la politique tracée par le gouvernement, une politique de gestion ayant pour objectif à la fois de rétablir la confiance des opérateurs immobiliers dans cette banque et réconforter sa situation financière.
Le rétablissement de la confiance des clients et l'amélioration de l'image du CIH est un objectif qui figure en tête des priorités de son patron, Khalid Alioua, qui a été nommé au poste de président-directeur général, en juillet 2004.
L'image de la banque, rappelons-le, a largement souffert de l'éclatement au grand jour du scandale lié aux affaires de détournements et de malversations qui ont marqué sa gestion durant plus d'un quart de siècle.
Les poursuites judiciaires engagées contre tous ceux qui ont participé au pillage systématique des ressources de cet établissement bancaire durant plus de deux décennies attestent de la volonté du gouvernement d'aller jusqu'au bout dans l'épuration de ce dossier.
Dans ce cadre, il faut rappeler que le procès dit du CIH est en cours devant la Cour d'appel de Casablanca. La prochaine audience aura lieu le 26 avril prochain. Rappelons que les poursuites ont été engagées contre 18 accusés principaux. Trois d'entre eux dont l'ex-président directeur général, Moulay Ezzine Zahidi, sont en état de fuite et les autres sont poursuivis en liberté provisoire.
Outre les accusés, plus de 60 témoins dont des entrepreneurs et des chefs d'agences régionales de la banque seront appelés à la barre pour éclairer la cour sur les différentes circonstances qui ont entouré les faits imputés aux accusés. Ces derniers sont poursuivis, selon les chefs d'accusation établis par le juge d'instruction, de malversation et dilapidation des deniers publics, corruption et abus de pouvoir, faux et usage de faux, abus de confiance, escroquerie, viol de la loi sur les marchés publics, de la loi de change et de la loi bancaire, manœuvre dolosive, mauvaise gestion et complicité.
Outre cet aspect judiciaire, qui vise à consacrer le principe de la non-impunité pour ceux qui ont détourné les fonds publics, la politique du gouvernement en ce qui concerne le CIH est de procéder à une vaste opération de récupération des dettes impayées et de poursuivre les mauvais payeurs devant la justice.
Aussi, l'Etat a-t-il commencé par lui-même. Ainsi, le gouvernement a tenu à donner l'exemple en s'engageant à honorer ses dettes envers le CIH durant l'année 2005. Rappelons que les Organismes sous tutelle (OST) dont les Etablissements régionaux d'aménagement et de construction (ERAC) ont payé leurs dettes envers le Crédit Immobilier et Hôtelier.
Après une première tranche de 800 millions de dirhams, le reste, à savoir 500 millions de dirhams, a été versé à la banque, le 30 décembre 2004. Les autres administrations suivront l'exemple des ERAC cette année.
Il s'agit de l'ONE qui va rembourser près de 600 millions de dirhams et les Collectivités locales qui seront amenées à payer environ 500 millions.
En ce qui concerne les crédits octroyés à des promoteurs privés avec la garantie de l'Etat conformément à la politique d'encouragement de l'investissement dans les secteurs de l'immobilier et du tourisme, le gouvernement est décidé à user de tous les moyens légaux pour faire valoir ses droits.
Selon des déclarations récentes du Premier ministre, Driss Jettou, le gouvernement est disposé à trouver des arrangements avec les parties concernées pour solutionner les problèmes au cas par cas. Mais, le chef de l'Exécutif a annoncé que ceux qui ne voudront pas s'engager dans cette voie, seront poursuivis devant la justice.
D'ailleurs, le CIH a déjà annoncé la couleur en allant jusqu'au bout dans l'affaire de la chaîne hôtelière Riad Salam. En effet, le non-respect par les patrons de cette chaîne de leur engagement avec le CIH, leur a coûté le placement en liquidation judiciaire de six de leurs unités hôtelières.
En fait, le cas de la chaîne Riad Salam fait partie de quelques dizaines de dossiers que la banque est décidée à régler définitivement avec le souci principal de recouvrer son dû. Ainsi, la détermination du nouveau président-directeur général du CIH, associée à la volonté politique du gouvernement de réhabiliter cet établissement bancaire est en train de donner ses fruits.
Assaini, réhabilité et restructuré, le CIH pourra jouer pleinement son rôle d'établissement bancaire capable d'accompagner et de soutenir la politique de l'Etat dans le domaine de l'habitat social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.