Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Agression d'une Allemande à Tanger, le suspect arrêté    Vidéo. Sit-in de soutien aux professeurs suspendus    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Visa se mobilise pour la CAN    Enseignement public payant: Le niet des parents    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Compromis européen sur un budget de la zone euro    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CIH : Alioua redresse la barre
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 03 - 2005

L'opération de réhabilitation, d'assainissement et de restructuration du Crédit immobilier et hôtelier (CIH) en marche, depuis plus de sept mois, est en train de donner ses fruits grâce notamment à la détermination de sa nouvelle direction.
Le Crédit Immobilier et Hôtelier (CIH) est sur la bonne voie. La nouvelle direction de cet organisme financier mène, conformément à la politique tracée par le gouvernement, une politique de gestion ayant pour objectif à la fois de rétablir la confiance des opérateurs immobiliers dans cette banque et réconforter sa situation financière.
Le rétablissement de la confiance des clients et l'amélioration de l'image du CIH est un objectif qui figure en tête des priorités de son patron, Khalid Alioua, qui a été nommé au poste de président-directeur général, en juillet 2004.
L'image de la banque, rappelons-le, a largement souffert de l'éclatement au grand jour du scandale lié aux affaires de détournements et de malversations qui ont marqué sa gestion durant plus d'un quart de siècle.
Les poursuites judiciaires engagées contre tous ceux qui ont participé au pillage systématique des ressources de cet établissement bancaire durant plus de deux décennies attestent de la volonté du gouvernement d'aller jusqu'au bout dans l'épuration de ce dossier.
Dans ce cadre, il faut rappeler que le procès dit du CIH est en cours devant la Cour d'appel de Casablanca. La prochaine audience aura lieu le 26 avril prochain. Rappelons que les poursuites ont été engagées contre 18 accusés principaux. Trois d'entre eux dont l'ex-président directeur général, Moulay Ezzine Zahidi, sont en état de fuite et les autres sont poursuivis en liberté provisoire.
Outre les accusés, plus de 60 témoins dont des entrepreneurs et des chefs d'agences régionales de la banque seront appelés à la barre pour éclairer la cour sur les différentes circonstances qui ont entouré les faits imputés aux accusés. Ces derniers sont poursuivis, selon les chefs d'accusation établis par le juge d'instruction, de malversation et dilapidation des deniers publics, corruption et abus de pouvoir, faux et usage de faux, abus de confiance, escroquerie, viol de la loi sur les marchés publics, de la loi de change et de la loi bancaire, manœuvre dolosive, mauvaise gestion et complicité.
Outre cet aspect judiciaire, qui vise à consacrer le principe de la non-impunité pour ceux qui ont détourné les fonds publics, la politique du gouvernement en ce qui concerne le CIH est de procéder à une vaste opération de récupération des dettes impayées et de poursuivre les mauvais payeurs devant la justice.
Aussi, l'Etat a-t-il commencé par lui-même. Ainsi, le gouvernement a tenu à donner l'exemple en s'engageant à honorer ses dettes envers le CIH durant l'année 2005. Rappelons que les Organismes sous tutelle (OST) dont les Etablissements régionaux d'aménagement et de construction (ERAC) ont payé leurs dettes envers le Crédit Immobilier et Hôtelier.
Après une première tranche de 800 millions de dirhams, le reste, à savoir 500 millions de dirhams, a été versé à la banque, le 30 décembre 2004. Les autres administrations suivront l'exemple des ERAC cette année.
Il s'agit de l'ONE qui va rembourser près de 600 millions de dirhams et les Collectivités locales qui seront amenées à payer environ 500 millions.
En ce qui concerne les crédits octroyés à des promoteurs privés avec la garantie de l'Etat conformément à la politique d'encouragement de l'investissement dans les secteurs de l'immobilier et du tourisme, le gouvernement est décidé à user de tous les moyens légaux pour faire valoir ses droits.
Selon des déclarations récentes du Premier ministre, Driss Jettou, le gouvernement est disposé à trouver des arrangements avec les parties concernées pour solutionner les problèmes au cas par cas. Mais, le chef de l'Exécutif a annoncé que ceux qui ne voudront pas s'engager dans cette voie, seront poursuivis devant la justice.
D'ailleurs, le CIH a déjà annoncé la couleur en allant jusqu'au bout dans l'affaire de la chaîne hôtelière Riad Salam. En effet, le non-respect par les patrons de cette chaîne de leur engagement avec le CIH, leur a coûté le placement en liquidation judiciaire de six de leurs unités hôtelières.
En fait, le cas de la chaîne Riad Salam fait partie de quelques dizaines de dossiers que la banque est décidée à régler définitivement avec le souci principal de recouvrer son dû. Ainsi, la détermination du nouveau président-directeur général du CIH, associée à la volonté politique du gouvernement de réhabiliter cet établissement bancaire est en train de donner ses fruits.
Assaini, réhabilité et restructuré, le CIH pourra jouer pleinement son rôle d'établissement bancaire capable d'accompagner et de soutenir la politique de l'Etat dans le domaine de l'habitat social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.