Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Haro sur les erreurs du passé !    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Mondial 2022: les Lions de l'Atlas s'offrent les Diables Rouges (2-0)    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Armement : Le Maroc négocie avec la Chine une commande de missiles    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fatima El Hajjaji répond en peinture à «l'Appel de la forêt»
Publié dans L'opinion le 29 - 07 - 2011

«L'appel de la forêt» est le titre d'une exposition, qui se veut un hymne à la nature, de l'artiste-peintre Fatima El Hajjaji, mercredi & » juillet, et se poursuivra jusqu'au 30 courant à la Galerie Mohamed El Fassi à Rabat.
Cette exposition se décline en une série de toiles qui se proposent de jeter une lumière crue sur la dégradation de l'environnement et l'impact des changements climatiques exacerbées par l'intervention du facteur humain.
«Chaque toile reflète un état d'âme et possède sa petite histoire. Ca se voit dans mon travail qu'il y a un cri contre la déforestation, la dégradation de la nature, la pollution et la mutilation de l'environnement», a confié Mme El Hajjaji à la MAP.
L'exposition offre à contempler plusieurs toiles aux titres assez révélateurs et expressifs, dont «Forêt fantôme», «Douce violence», «Brise d'espoir», «Complainte d'espoir», «Il était une fois la forêt», «L'infini boisé» ou encore «Déforestation».
«J'ai travaillé avec les couleurs de la forêt dans toute sa splendeur avec toutes les saisons et toutes les couleurs», a-t-elle précisé.
Tant est si bien, a-t-elle ajouté un tantinet fière, que «d'aucuns m'ont attribué la création d'une cinquième saison».
Et pour cause, l'artiste n'est-il pas par définition sensible aux mutations de son environnement? Par touches successives de palettes de couleurs, tantôt tristes, tantôt chatoyantes, et d'un jeu de formes dont elle est seule à connaître les arcanes, Fatima El Hajjaji lance un cri au secours de la nature et surtout des forêts.
Et c'est précisément à ce titre que l'artiste-peintre Afif Bennani soutient, dans sa présentation de cette exposition, que «le spectateur est frappé par le rayonnement d'un soleil qui capte et domine celui des étoiles».
«Dans ces forêts luxuriantes aux mille couleurs avec des sentiers mystérieux, qui se profilent à l'horizon infini, l'artiste a voulu nous montrer son meilleur profil», explique-t-il.
Et de relever que dans ces toiles «nous sommes aux portes du rêve, entre réalisme et onirisme, tant Fatima El Hajjaji réussit de mémoire à sublimer les éléments naturels».
Depuis sa première exposition en 1998, Fatima El Hajjaji, qui vit et travaille à Rabat, compte à son actifs plusieurs expositions individuelles et collectives, notamment à Casablanca, Fès, Essaouira, Settat, Casablanca, Marrakech, mais aussi à l'étranger, notamment à Londres.
En 2008, elle a effectué une résidence d'artistes au «Blackie Art Center» à Liverpool (Grande-Bretagne).
Autodidacte et passionnée d'art plastique, Fatima El Hajjaji a commencé par le figuratif, «sa première école», avant de céder à l'appel de la nature et particulièrement aux sirènes de la forêt. (MAP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.