Open d'Australie: Shapovalov fait tomber Zverev (VIDEO)    Open d'Australie: Nadal trop fort pour Mannarino (VIDEO)    Les Etats arabes du Golfe cherchent à « restaurer la confiance » avec le Liban m    Marque Employeur.La SMT certifiée pour la deuxième année consécutive    Une ONG américaine dénonce l'utilisation des enfants-soldats dans les camps de Tindouf    Novak Djokovic veut jouer l'Open d'Australie en 2023    USA: La région de Big Sur en Californie frappée par un important feu de forêt    Nouvelles manifestations en France avant l'entrée en vigueur du passe vaccinal    Les températures attendues ce dimanche 23 janvier 2022    Législatives à Chypre-Nord sur fond de crise économique    Au chevet des animaux errants à Bagdad: un coeur gros comme ça mais zéro soutien    Manger ou se chauffer ? Le choix cornélien de Britanniques face à l'envolée des prix    Maroc/Météo : temps assez froid et faibles pluies par endroits ce dimanche 23 janvier    Covid-19: le sous variant BA.2 nécessite plus de vigilance que d'inquiétude    Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron toujours en tête des intentions de vote au premier tour    Aéroport de Zagora : hausse de 180% du trafic passagers en 2021    Nouvelle-Zélande: la Première ministre reporte son mariage pour cause de Covid    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    Ukraine : Londres accuse Moscou de « chercher à installer un dirigeant prorusse à Kiev »    Éliminatoires Mondial Costa Rica: le Maroc et le Sénégal font match nul    Présidentielle: Macron en tête des intentions de vote au premier tour (Sondage)    Neuf individus dont deux policiers interpellés    Après le discours de Felipe VI, Albares modère son optimisme quant à la reprise des relations avec le Maroc    CAN2021 : Samedi, les Lions de l'Atlas à l'entraînement sans Bounou, Hakimi et Fajr !?    CAN 2021: Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    Sahara marocain: Le SG de l'ONU appelle toutes les parties à reprendre le processus politique    Covid-19 au Maroc : 7 638 nouvelles infections et 31 décès ce samedi    Maroc- RD Congo aux barrages du Mondial (Qatar-2022)    La Bourse de Casablanca indécise du 17 au 21 janvier    Maroc/Coronavirus-Bilan 24H: 31 décès et 5.750 guérisons    Le bureau du Cercle d'Amitié Maroc-Israël reçu par la présidente de la commune de Casablanca    Strasbourg : Des trophées pour les initiatives les plus distinguées de la société civile franco-marocaine    Assassinat du président haïtien: plusieurs enquêtes mais le flou perdure    L'Espagne intensifie sa présence militaire autour des fermes piscicoles    L'humoriste Hamza Filali a célébré son mariage (VIDÉO)    Réunion d'urgence de la Ligue arabe dimanche au sujet de l'attaque des Houthis contre les Emirats arabes unis    The Voice : Le rappeur maroco-néerlandais Ali B accusé d'agressions sexuelles    Abdelilah Benkirane endeuillé (PHOTO)    Programme foot : les matchs à suivre ce week-end    Les marocains en tête des bénéficiaires des visas pour la France en 2021    Dessalement de l'eau: pourquoi le Maroc peut le faire    La maladie n'est pas à priori à l'origine de la disparition des abeilles dans certaines régions (ONSSA)    Ryanair: prête pour rester au Maroc?    Covid: le Brésil reporte les défilés de ses célébrissimes carnavals à avril    Vin Diesel n'oublie pas le Maroc    Younes Megri : « Ce que dit mon neveu ne concerne que sa personne »    5 figures contemporaines du féminisme marocain    Reportage : Lancement du projet de préservation des mosaïques historiques de Volubilis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Egypte: Dix morts dans une nouvelle flambée de violence au Caire
Publié dans L'opinion le 24 - 07 - 2013

L'Egypte était en proie mardi à une nouvelle flambée de violence, qui a fait dix morts en moins de 24 heures dans des affrontements entre partisans et adversaires du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Les affrontements entre pro et anti Morsi aux abords de la place Tahrir au Caire et dans le nord du pays ont déjà fait lundi au moins quatre morts et 26 blessés lundi après-midi, a-t-on appris auprès des services d'urgence. Un homme a été blessée par balle place Tahrir puis «a succombé» après son hospitalisation. Les 26 blessés l'ont été principalement par des tirs de chevrotine.
Six personnes ont trouvé la mort mardi aux première heures près de l'Université du Caire, selon le ministère de la Santé, peu après un appel du président par intérim Adly Mansour à la «réconciliation».
Deux d'entre elles au moins ont été tuées par un homme qui a ouvert le feu sur des militants pro-Morsi.
Les abords de l'Université, proches du centre-ville, sont, avec ceux de la mosquée Rabaa al-Adawiya dans le nord-est du Caire, l'un des deux sites occupés en permanence par les islamistes depuis près de trois semaines.
Quatre autres personnes avaient été tuées lundi soir - trois dans la ville de Qalioub, à la périphérie nord de la capitale, et une au Caire, près de la place Tahrir.
Quelque 150 personnes ont péri dans des heurts liés aux troubles politiques depuis la fin du mois de juin.
Au moins une quarantaine d'autres ont été tuées durant cette période dans la région instable du Sinaï, frontalière d'Israël et de la bande de Gaza, principalement lors d'attaques contre l'armée et la police, ou d'opérations militaires contre des radicaux islamistes.
Quatre Egyptiens ont été tués lundi dans des affrontement entre partisans et adversaires du président destitué Mohamed Morsi, dont la famille a annoncé des poursuites contre le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, l'accusant d'»enlèvement».
Deux ont été tués dans des affrontements à Qalioub, à la périphérie nord du Caire, tandis qu'un troisième a été écrasé par un train en tentant de s'enfuir, selon des sources de sécurité.
Dans la capitale, un homme de 20 ans a succombé à ses blessures par balle aux abords de la place Tahrir, où les partisans des deux camps se sont affrontés à coups de pierres et de de chevrotine.
Vingt-six autres personnes ont été blessées dans les heurts près de Tahrir, principalement par des tirs de chevrotine, selon les services d'urgences. La police est intervenue en tirant des grenades lacrymogènes.
Par ailleurs, un civil a été tué et quatre militaires blessés par une série d'attaques dans le nord du Sinaï, selon des sources de sécurité. Les violences sont casi quotidiennes dans la péninsule depuis la chute du président islamiste.
Dans la soirée, le président intérimaire Adly Mansour a plaidé pour la «réconciliation» nationale, dans une brève allocution télévisée, à la veille de l'anniversaire du renversement de la monarchie en 1952 par les «Officiers libres» conduits par Gamal Abdel Nasser.
«Nous voulons ouvrir une nouvelle page pour notre nation: ni rancune, ni haine, ni confrontation, ni offense à ceux qui ont donné pour la patrie», a-t-il déclaré.
Les autorités de transition poursuivaient leur programme, avec des consultations du public sur les amendements envisagés pour la Constitution, et la prestation de serment de deux nouveaux ministres, Adel Abdelhamid Abdallah à la Justice et Ibrahim al-Doumeïri aux Transports, des postes que tous deux ont déjà occupés.
De leur côté, les Frères musulmans ont réitéré leur rejet des nouvelles autorités en réunissant des membres islamistes de la Chambre haute (Conseil de la Choura), qui assumait la totalité du pouvoir législatif jusqu'à sa dissolution lors de la destitution de M. Morsi.
Lors d'une session improvisée à la mosquée Rabaa al-Adawiya, où plusieurs milliers de pro-Morsi sont installés dans un village de tentes, les parlementaires ont réclamé le rétablissement président, et de la Constitution, ainsi que «la fin immédiate de la disparition forcée» de M. Morsi.
La famille de Mohamed Morsi, détenu au secret depuis sa destitution par l'armée le 3 juillet, a dénoncé son «enlèvement».
«Nous sommes en train d'engager des procédures légales localement et internationalement contre Abdel Fattah al-Sissi, chef du coup d'Etat militaire sanglant, et son groupe putschiste», a déclaré la fille du président déchu, Chaïmaa Morsi, précisant les «tenir pour pleinement responsables de la santé et de l'intégrité du président Morsi».
«Aucun d'entre nous n'a eu aucun contact avec notre père depuis l'après-midi du coup d'Etat», a indiqué un fils du chef de l'Etat évincé, Oussama Morsi.
Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) réunis à Bruxelles ont appelé à «la fin des arrestations politiques et à la libération de tous les détenus politiques, dont Mohamed Morsi», selon un communiqué.
L'UE a réaffirmé sa «profonde inquiétude» face à la situation. Elle a reconnu que «beaucoup d'Egyptiens en manifestant ont exprimé des préoccupations légitimes», en allusion à la mobilisation massive pour le départ de M. Morsi, mais souligné que «les forces armées ne devraient pas jouer un rôle politique dans une démocratie».
Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, et l'Allemagne, ont exigé la libération de M. Morsi. Les nouvelles autorités s'y sont refusées, mais ont assuré le 10 juillet qu'il était «en lieu sûr» et «traité dignement», sans toutefois livrer la moindre information sur son lieu et ses conditions de détention.
M. Morsi a été interrogé le 14 juillet par la justice sur les circonstances de son évasion de prison en 2011, au début de la révolte contre le régime de Hosni Moubarak, selon des sources judiciaires.
Des centaines de fidèles de Mohamed Morsi se sont également rassemblés près du ministère de la Défense, brandissant des photos et des banderoles libellées «A bas le régime militaire». Plusieurs centaines d'autres ont manifesté devant le siège du parquet au Caire, scandant «Sissi meurtrier!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.